Archives par mot-clé : Gilets jaunes

Enquête sur les doléances girondines

Présentation d’une enquête menée avec des citoyennes et citoyens, Gilets jaunes ou non, et des universitaires.

Le 27 février 2020, lors de la contestation de la réforme des retraites, des Gilets jaunes ont organisé un “cycle de conférences gilets jaunes” avec des universitaires de Bordeaux. Ce soir-là, dans l’amphithéâtre La Boétie, on débattait de “l’Assemblée des assemblées ou comment les débats citoyens sont porteurs d’alternatives”. Une présentation des ADA et Écologie et convergence étaient au programme. Dans la salle, emplie de personnes revêtant le gilet jaune, un membre d’On-the-RIC  faisait passer un petit papier à l’une des organisatrices de la soirée “Savez-vous où sont doléances?” avec son courriel. Les doléances n’ont pas été confisquées: elles sont là, dans des cartons, consultables aux Archives départementales. Nous étions à la veille du premier confinement et la crise sanitaire a mis en sommeil cette enquête sur les doléances.

En septembre 2020, une équipe de volontaires et bénévoles s’est réunie à la Cour des Mureine, un bar dont le tenancier avait collecté les doléances de 1989! Un historien se joint à nous. Après avoir consulté un inventaire et réparti la liste des cartons à consulter et numériser, nous avons pris rendez-vous aux Archives départementales de Gironde. Nous avons photographié l’intégralité des documents communicables. Chaque personne était responsable d’un carton. Les photographies ont été totalement anonymisées puis transcrites selon une méthode spécifique.

Les textes ont été rassemblés dans un tableur. Puis ils ont été analysés avec un logiciel libre qui s’appelle IraMuteQ. Ce logiciel permet de déterminer les mots ou les groupes de mots les plus fréquents ou les plus distinctifs. On peut établir des “classes” de mots relativement cohérentes (elles sont parfois très homogènes et parfois plus hétérogènes) et distinctes les unes des autres.

Parallèlement à cette analyse quantitative, nous avons relu les doléances de manière qualitative.

Voici un premier article issu de cette recherche citoyenne paru sur le site de The Conversation (en français)

Le 27 mars 2022, l’équipe de recherche citoyenne sur les doléances girondines a présenté les premiers résultats de l’enquête. Ils sont accessibles sur le site de publication ouverte HAL SHS en cliquant ici ou là : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03669696/document.

 

 

 

Saisir une mobilisation par l’image: une cartographie des déplacements en manifestation

Le travail que je présente ici est tiré des réflexions et des données recueillies par les membres du WP 7 “Productions médiatiques des Gilets jaunes” de l’ANR Gilets jaunes (O. Baisnée, A. Cavé, C. Gousset, M. Gidon, J. Nollet, F. Parent, LaSSP Sciences-Po Toulouse). En tant que post-doctorante au sein de cette équipe depuis 20201, je me suis investie dans l’analyse des productions visuelles des Gilets jaunes en gardant à l’esprit le questionnement de départ de mon équipe qui consistait à comprendre le décalage entre le traitement médiatique et les images émanant du mouvement et de ses sympathisants, tout comme le vécu de la mobilisation (défiance envers les médias, sentiment d’injustice et de mauvais traitement). Dans ce cadre, ce billet vise à présenter le travail que j’ai réalisé sur l’analyse des vidéos d’un samedi de mobilisation où Toulouse était la « capitale des Gilets jaunes » (l’Acte 22 du 13 avril 2019)2 et à soumettre la méthodologie que j’ai adoptée au regard critique pluridisciplinaire des membres de l’ANR et de tout autre lecteur de ce billet. Pour cela j’exposerai, dans un premier temps, la méthode et les outils que j’ai utilisés en tirant quelques pistes de réflexion sur ce qu’elle apporte à notre enquête sur les productions médiatiques des Gilets jaunes. Dans un second temps, j’ouvrirai le débat sur la place de ce type d’innovation méthodologique et plus largement du travail sur les images animées dans la boîte à outils du chercheur en science politique travaillant sur les mouvements sociaux.

1.    Méthode et outils de cartographie des déplacements des vidéastes en manifestation

Le mouvement des Gilets jaunes ayant été marqué par sa dimension numérique et notamment la place importante qu’ont tenu les plateformes de diffusion numériques comme Facebook et Twitter dans cette mobilisation, la question des images et notamment de la production d’images vidéo live dans les manifestations a tout de suite attiré notre attention. Nous avons donc décidé de travailler sur un corpus de vidéos publiées sur les réseaux sociaux par des comptes de journalistes indépendants, de vidéastes amateurs, et de Gilets jaunes. L’enquête ayant été circonscrite dans un premier temps à Toulouse et ses environs nous avons fait jouer l’effet boule-de-neige et sélectionné dans la mesure du possible les vidéos encore disponibles des personnes que nous avions pu avoir en entretien (à ce jour le corpus, encore inachevé, est composé de 529 vidéos de 13 différents médias).

Je me suis appuyée sur cette base données pour analyser la manifestation des Gilets jaunes du 13 avril 2019 lors de l’acte 22 à Toulouse. Alors que se développent les travaux portant sur l’appropriation de l’espace dans le cadre de l’action collective3 , notre ambition était d’interroger la continuité entre ces espaces sociaux de mobilisation (ici les rues du centre-ville de Toulouse) et les espaces numériques afin de comprendre ce qui se jouait dans le décalage entre le bilan médiatique de la manifestation (ce qui est donné à voir à l’observateur lambda qui s’informe à la télévision) et son vécu sur place et en ligne sur les réseaux sociaux. Dans cette optique, j’ai visionné, codé et pris des notes sur les 23 lives disponibles sur la principale page Facebook des Gilets jaunes de Toulouse pour la journée de mobilisation du 13 avril 2019 à Toulouse (soit environ 14h de vidéos). Le codage et la prise de notes a consisté à repérer les lieux traversés par les liveurs Gilets jaunes (GJ dans la suite du texte) et à les géolocaliser. J’ai également pris des notes sur la chronologie des événements clés : blocage par un cordon de CRS, feu, nassage, points de tension, gaz, etc. Ce travail m’a permis de retracer la chronologie des événements ce jour-là (cf. la carte n°1 ci-dessous).


Carte n°1: Chronologie de la manifestation, Acte 22 (capture d’écran du logiciel CARTO annotée par l’auteure)

J’ai réalisé le même travail sur le site Internet et les réseaux sociaux de BFM-TV (qui diffusaient des passages en direct de Toulouse entre 12h01 et 14h55) et sur le site Internet (live en direct de Toulouse) et le compte Twitter du journaliste de France 3 Occitanie présent ce jour-là.

À partir de ces différentes images animées (que ce soit en capsules vidéo courtes sur Twitter, des vidéos en direct sur BFM-TV ou des vidéos live continu), j’ai pu dégager manuellement 336 positions (c’est-à-dire l’adresse où le journaliste ou le liveur GJ se trouve lorsqu’il filme) ainsi que les horaires correspondants. Le logiciel CARTO4 , m’a permis d’agréger ces positions spatio-temporelles et de tracer les trajets correspondants des journalistes et GJ afin d’en rendre compte visuellement dans l’espace et dans le temps.

Carte n°2: Trajet des journalistes de BFM-TV (capture d’écran du logiciel CARTO)

Ce jour-là, BFM-TV fait deux directs à Toulouse (cf. la carte n°2) en mettant en parallèle la manifestation parisienne et la manifestation toulousaine : l’écran est alors partagé en deux avec les images des deux villes qui tournent pendant que les personnes invitées sur le plateau proposent leur analyse. De manière épisodique la parole est donnée aux journalistes en direct pour des éléments de contextualisation. Le premier direct commence à 14h et le second à 14h30. Les journalistes semblent toutefois présents dès 12h puisque des Tweets sont partagés sur le compte de la chaîne: ils évoquent la présence de « BlackBlocs venus de l’étranger » et la « volonté des manifestants d’en découdre avec les forces de l’ordre ».

Carte n°3: Trajet du journaliste de France 3 Occitanie (capture d’écran du logiciel CARTO)

France 3 Occitanie a mis en place un direct live de l’événement qui permet de suivre la manifestation sur Internet, avec des informations sur les fermetures de métro et en suivant les live tweets d’un de ses journalistes sur place entre 10h27 et 19h15 (cf. carte n°3). On voit ici que la bonne connaissance du terrain par le journaliste lui permet de se mouvoir dans de nombreux espaces et de suivre les différents groupes de manifestants un peu partout, proposant une représentation plus large (dans l’espace et le temps) de l’ensemble de la manifestation.

Carte n°4: Trajet des liveurs GJ (capture d’écran du logiciel CARTO)

Enfin, la carte n°4 reprend les positions des différents liveurs GJ. Sur cette carte on peut voir l’intensité de la production d’images de la part des Gilets jaunes, et leur étalement à la fois dans le temps et dans l’espace.

Si cette présentation graphique est visuellement parlante, son interprétation ne peut toutefois s’extraire de l’ensemble du corpus de données dont nous disposons sur cette journée et sur l’ensemble du mouvement (revue de presse, entretiens avec des liveurs GJ et des journalistes). Elle vient ainsi en appui pour conforter des hypothèses de travail de notre équipe.

Ces représentations cartographiques, en lien avec les autres matériaux d’enquête, illustrent ainsi le décalage entre le cadrage médiatique et le vécu de la mobilisation exprimé par les Gilets jaunes : en matière de spatialité, en matière de durée, en matière de focalisation sur telle ou telle violence et en matière de diversité des lives. Par exemple les trajets des journalistes de BFM-TV (du moins les images qui en sont restitués sur la toile et à la télévision) sont plus réduits et sont concentrés autour des points de dégradation comme par exemple la voiture brûlée et les dégradations sur la place Arnaud Bernard, alors que les images des liveurs GJ montrent ces événements parmi d’autres, comme la nasse de Jean-Jaurès, les différents blocages de ruelles par des cordons de CRS, les gaz récurrents sur les boulevards, etc.

Carte n°5: Position des journalistes et liveurs GJ entre 14h et 15h, acte 22 (capture d’écran du logiciel CARTO)

Par exemple la carte n° 5 ci-dessus montre (points gris) les positions des journalistes BFM-TV (repérée sur les images en direct) entre 14h et 15h, et les positions du journaliste de France 3 Occitanie (point bleu) à la même heure. On peut voir que ces journalistes circulent essentiellement entre la place Arnaud Bernard et la place Jeanne d’Arc. Sur cette heure de la journée plusieurs événements ont pourtant lieu : le feu sur un véhicule (14h20) près de la place Jeanne d’Arc, les confrontations dans les ruelles proches d’Arnaud Bernard, mais aussi le second départ de manifestation au métro Capitole (largement relayé par les comptes Facebook Gilets jaunes). Les positions des liveurs GJ (en violet, jaune et vert) illustrent bien ces différents événements et l’étalement de la manifestation dans le centre-ville.

Cela nous permet d’appuyer, d’une part, une hypothèse déjà présente lorsque l’équipe du LaSSP a réalisé la revue de presse écrite nationale et régionale de cet Acte (en 2019). Ils avaient alors constaté que malgré les nombreux journalistes locaux et nationaux présents ce jour-là, il faut attendre le 30 avril pour qu’un journal (L’Humanité) fasse état de ce qu’il s’y était déroulé. La plupart des titres nationaux reprennent le compte-rendu de l’AFP. Le principal journal local (La Dépêche du Midi) se base principalement sur les sources policières insistant sur le rôle des manifestants dans le déclenchement de l’action des forces de l’ordre. La répression policière particulièrement violente, empêchant dès le début du rassemblement toute tentative de manifestation pacifique (par la mise en place d’une nasse géante sur les allées Jean-Jaurès dès le début de la manifestation), n’est quant à elle jamais signalée5.

D’autre part, l’analyse qualitative des vidéos permet de distinguer différents types de liveurs GJ selon leur placement et la durée du live (certains filment uniquement les prises de paroles et actions festives ; d’autres sont présents du matin au soir, etc.), leur prise de risque face aux forces de l’ordre (s’ils dénoncent tous la répression du mouvement par leurs images, ils diffèrent dans leur manière d’interagir avec les forces de l’ordre sur le terrain); et leur “style” (avec ou sans commentaires, commentaires plus ou moins engagés et politisés). Le croisement avec les données des entretiens renvoie les différences de placement (entre les liveurs violet, vert et jaune) à des différences sociales (en termes d’origine, de position sociale et de trajectoire de politisation) et permet de voir différents usages de ces lives par les liveurs, venant alimenter notre typologie des pratiques de publicisation6 : pour témoigner, mobiliser ; pour communiquer en direct sur les points de blocage, sur les déplacements des manifestants (vu que les trajets ne sont pas déclarés) et aussi pour communiquer sur les positions et sur les blessés ; pour se protéger et avoir des images sous de multiples angles afin d’alimenter la défense des manifestants dans le cadre de leurs procès ; et enfin l’image peut servir à dénoncer des violences policières7. Le nombre important de lives et de liveurs GJ ce jour-là semble alors être corrélé avec l’intensité de la répression policière, ce qui constitue une autre hypothèse de recherche.

L’image apparaît alors ici comme une forme de « prise de parole des « dominés » »8 pour apporter une autre image du mouvement et de ce qu’ils vivent (« en direct » et sans filtre), ce qui nous mène à d’autres types de questionnements : est-ce que l’image animée produite avec son smartphone et diffusée sur les réseaux sociaux offre une possible expression à des populations invisibilisées et stigmatisées dans les espaces médiatiques dominants, de trouver un moyen d’expression à moindre coût d’entrée que l’écriture ? Toute réponse impliquerait de suivre l’histoire de ces images et de leur reprise, partage et diffusion par la suite que ce soit par d’autres internautes ou par des journalistes. Cela supposerait aussi une analyse des méta-données et donc du texte et des commentaires qui accompagnent ces images (ce que nous avions commencé à faire avec l’équipe du LERASS pour la communication à l’AFS 2021). Comme le montre bien André Gunthert, la question de la visibilité des images est au cœur de la question des usages et cette question de la visibilité est profondément transformée à l’ère du numérique9:

« En passant de l’album aux réseaux sociaux, l’image privée d’autrefois a accédé à l’exposition publique, multipliant son impact social dans des proportions inédites. En apportant au débat les ressources du document figuré, l’intégration de l’image au sein de la conversation en ligne (ici dénommée « image conversationnelle ») participe à la construction du récit de l’actualité, pèse sur les choix médiatiques et les décisions politiques. Elle constitue une nouvelle étape dans l’histoire longue de l’accès à la sphère publique10 ». 

Ces quelques pistes d’analyse montrent l’intérêt de combiner cette approche avec d’autres méthodes d’enquêtes.

2.    Un outil complémentaire à combiner avec d’autres usage des images dans l’enquête en science politique

Si l’anthropologie11 et l’histoire12 s’intéressent depuis longtemps aux images, la prise en compte de l’image en science politique semble plus timide. En 2002, Laure de Verdalle et Liora Israël13 soulignaient les réticences des chercheurs en sciences sociales à se saisir des images que ce soit comme source, objet ou problème, et invitent ces derniers à le faire à partir des contextes de production et de réception de ces images. Presque 20 ans plus tard, si les travaux sur le numérique font la part belle aux représentations visuelles mais surtout à leur mode de diffusion (notamment sur la question des usages des réseaux sociaux numériques) force est de constater que l’analyse de l’image n’est toujours pas le premier réflexe du sociologue, encore moins du politiste. Depuis les années 2000, l’image a pourtant connu un regain d’intérêt de la part des sociologues que ce soit comme source, objet ou comme technique d’enquête, notamment dans la lignée des réflexions d’Howard Becker sur la sociologie visuelle14. On voit par exemple apparaître la revue Image du travail, travail de l’image15 qui propose d’intégrer l’image dans la boîte à outil du sociologue du travail et des groupes professionnels. En science politique, malgré l’invitation de certains sociologues du politique à se saisir des images pour traiter des objets politiques (affiches politiques, symboles, etc.), l’intérêt des chercheurs reste limité et porte plus sur les documents iconographiques que sur les documents audiovisuels.

C’est du côté des mobilisations collectives16 que l’on trouve quelques exceptions, avec par exemple un regain d’intérêt pour la dimension émotionnelle de l’action collective chez Christophe Traïni17 ou encore un intérêt méthodologique et théorique pour l’iconographie de la contestation chez Alexandre Dezé18. En effet, les mobilisations collectives sont à la fois des espaces de productions visuelles riches du côté des protestataires (« la production et le partage d’images [devenant] un élément central du répertoire contemporain de la contestation »19) mais elles sont aussi saisies et restituées par des professionnels de l’image : journalistes et photographes de presse. Patrick Champagne montre bien toute l’importance de s’intéresser à cette dimension médiatique pour analyser les « manifestations de papier » qui semblent devenir dominantes depuis les années 1980. Ces dernières ayant pour objectif nous dit-il, d’« agir sur les journalistes afin d’occuper l’espace médiatique dans le but de déclencher les prises de position des différents agents qui cherchent à peser sur l’“opinion publique” et par là sur le pouvoir »20. Et pourtant les travaux abordant les mobilisations au prisme des productions médiatiques restent majoritairement produits par des chercheurs en sciences de l’information et de la communication avec quelques exceptions notamment dans le cadre de l’abondante littérature sur les printemps arabes21. Par exemple, alors même que le mouvement des Gilets jaunes a marqué les esprits par l’ampleur de sa dimension visuelle, que ce soit par l’abondance de sa couverture médiatique sur les chaînes d’information continue ou par la production de nombreux contenus vidéos sur les réseaux sociaux (diffusion de nombreuses images, lives, montages vidéo qui construisent ce que Patrick Champagne appelait une « manifestation de second degré »22), c’est bien la presse écrite que Jean-Louis Siroux choisit d’étudier pour rendre compte du traitement médiatique du mouvement23 et les quelques exceptions émanent d’initiatives de chercheurs eux-mêmes impliqués dans la production d’image24.  

En définitive, comme Christine Pina et Éric Savarese, on peut s’interroger :

« Plus encore avec les évolutions techniques, dont la plus importante nous semble ici le développement du numérique (se traduisant en particulier par la progression des facilités liées à la transmission, au partage, à l’indexation, au traçage des photographies…), nombre de difficultés liées au support argentique ont disparu. Toutefois, cette plus grande facilité d’utilisation (visible dans les pratiques ordinaires mais également dans le développement d’un photo-journalisme documentaire) n’a pas produit un bouleversement identique quant à l’usage de ces mêmes supports dans la recherche en sciences sociales »25

L’étude des mouvements sociaux gagnerait alors à combiner les différents usages de l’image en sciences sociales : l’image produite par le chercheur, au cours de son ethnographie de la mobilisation, l’image comme facilitateur dans la démarche d’enquête (ou photo-élicitation qui consiste à confronter les enquêtés aux images pendant l’entretien26) et l’image comme objet d’étude. Elle gagnerait également à ne pas se limiter à l’analyse de l’image (faire de l’analyse de contenu de cette image) mais la prendre dans son contexte de production et de diffusion et donc de s’intéresser aux producteurs et récepteurs de ces documents, mais aussi aux supports de leur diffusion (type de plateforme et effets).

Premièrement, comme le dit Alexandre Dézé, le travail des images présente une juxtaposition des types de « manifeste »27 pouvant intéresser le chercheur qui tente de saisir une mobilisation puisque les supports iconiques (affiches, pancartes, banderoles et dans notre cas, des slogans et dessins sur les gilets jaunes) sont plus ou moins filmés, plus ou moins longtemps et prennent une place plus ou moins importante au sein des vidéos qu’on étudie. étudier les images et leur diffusion sur les réseaux sociaux s’avère donc particulièrement heuristique pour compléter l’analyse des trajectoires par entretiens car l’image permet d’interroger les logiques d’engagement et de désengagement (à partir de quand commence à apparaitre les publications ? quand est-ce qu’elles s’arrêtent ?) ; mais également d’identifier des agents ayant gagné en visibilité dans l’espace de la mobilisation ; et de poser la question de la viralité de certaines images et donc de leurs usages. Cela permet ainsi de questionner sous un nouveau jour plusieurs problématiques plus classiques qui nous intéressent comme par exemple les frontières professionnelles du journalisme, la question de l’engagement dans les mobilisations, la question des usages du numérique. Dans le cadre des investigations du WP7, cette attention sur les images a aussi rendu possible l’émergence de nouvelles problématiques de recherche comme la question de la mise à l’agenda médiatique et politique des violences policières. Étudier la production d’images sur les manifestations éclaire ainsi sous un autre angle la question des usages sociaux et politiques des images (vidéo) par les manifestants, les passants, les journalistes et les commentateurs (éditorialistes et politiques).

Deuxièmement, le travail en amont sur les images diffusées sur les réseaux sociaux permet de restaurer la mémoire des enquêtés qui, lorsqu’ils sont interrogés un ou deux ans (voire plus) après les faits, pouvaient se perdre dans leurs souvenirs d’un mouvement qui a été long et éprouvant. Cela permet de saisir le mouvement dans sa dimension temporelle et de rendre compte, grâce à l’analyse des trajectoires, de la mobilisation de dispositions antérieures et de l’acquisition de compétences au fil du mouvement.

Ce travail sur les images animées se heurte cependant à certaines difficultés liées aux enjeux de la récolte, de la conservation et de l’exploitation des images. Dans notre cas d’étude, certains comptes Facebook, Youtube ou Twitter de Gilets jaunes ont été fermés pendant la période d’enquête et d’autres étaient des groupes privés qui ne savaient pas qu’on enquêtait sur eux (ce qui pose aussi des problèmes éthiques). De plus, le mouvement ayant duré dans le temps et les publications étant très nombreuses, le recueil de l’ensemble des images diffusées sur les réseaux sociaux présente des problèmes d’ordre technique puisque les interfaces de Facebook et de Twitter ne permettent pas d’enregistrer et de transposer les données facilement. Le travail pluridiciplinaire (comme celui que nous menons dans le cadre de cette ANR) semble alors particulièrement adapté pour mener à bien ce type d’enquête, que ce soit en mobilisant des disciplines plus familières avec le recueil de données de masse sur Internet (comme les sciences de l’information et de la communication ou l’informatique) ou des disciplines plus familières avec les représentations spatiales et les outils de la cartographie (comme la géographie).



  1. Financé de 2020 à 2021 sur les Programmes de R&D2020 -Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse dans le cadre d’un partenariat avec des membres du LERASS Toulouse et la société Immédiat, puis financement ANR en 2021. []
  2. Ce travail a été présenté en partie lors du congrès de l’Association Française de Sociologie 2021, RT 21, dans le cadre d’une communication commune entre l’équipe du LaSSP (Olivier Baisnée, Alizé Cavé, Cyriac Gousset, Maximilien Gidon, Jérémie Nollet et moi-même) et l’équipe du LERASS (Julie Renard et Brigitte Sebbah) intitulée « Entre espaces numériques et espaces publics : les contours de la mobilisation des Gilets jaunes Toulouse ». Dans cette communication, nous proposions de croiser la dimension territoriale et la dimension numérique de la mobilisation. []
  3. Auyero J. (2005), « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. no 160, no 5, pp. 122-132 ; Hmed C. (2008), « Des mouvements sociaux “sur une tête d’épingle” ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants ». Politix 84, no 4, 145‑65 ; Hmed C. (2020), « Espace géographique et mouvements sociaux ». In Dictionnaire des mouvements sociaux, 2e éd.:237‑44. Références. Paris: Presses de Sciences Po ; Segas S. (2020), « Introduction : de nouveaux territoires du politique ? Interroger les évolutions du répertoire de la territorialité dans les domaines de l’action collective, des politiques publiques et de la compétition politique », Pôle Sud, vol. 52, no. 1, pp. 7-19. []
  4. Je remercie Pierre Vincenot de la société Immédiat partenaire de notre recherche en 2020-2021 pour m’avoir présenté ce logiciel et aidé à sa prise en main. []
  5. Baisnée, Olivier, Cavé, Alizé, Gousset, Cyriac et Jérémie Nollet, « La ‘violence’ des Gilets jaunes : quand la fait-diversification fait diversion. Les routines journalistiques à l’épreuve des manifestations à Toulouse (novembre 2018-juin 2019) », Sur le journalisme, 10(1), p. 28-43. []
  6. Cette typologie est présentée dans un article en cours d’évaluation pour la revue French Politics dans un dossier consacré au mouvement. []
  7. Gunthert, André. « L’image virale comme preuve. Les vidéos des violences policières dans la crise des Gilets jaunes », Communications, vol. 106, no. 1, 2020, pp. 187-207 et Gunthert, André. « Violences publiques. L’image virale donne l’alerte », Questions de communication, vol. 38, no. 2, 2020, pp. 333-350. []
  8. Alviso-Marino, Anahi. « Soutenir la mobilisation politique par l’image. Photographie contestataire au Yémen », Participations, vol. 7, no. 3, 2013, pp. 47-71, p.70. []
  9. Sur les images sur Twitter, à la fois arguments et supports des débats et sur les différentes manières de faire sens en fonction des supports de communication voir aussi Bouté, Édouard, et Clément Mabi. « Des images en débat : de la blessure de Geneviève Legay à la répression des Gilets Jaunes », Études de communication, vol. 54, no. 1, 2020, pp. 29-52. []
  10. Gunthert, André. « ‪La visibilité des anonymes‪. Les images conversationnelles colonisent l’espace public », Questions de communication, vol. 34, no. 2, 2018, p. 135. []
  11. Conord S., « Usages et fonctions de la photographie », Ethnologie française, vol. 37, n°1, p.11-12. []
  12. Gervereau Laurent, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 2004. []
  13. de Verdalle, Laure, et Liora Israël. « Image(s) des sciences sociales (avant-propos) », Terrains & travaux, vol. 3, no. 1, 2002, pp. 7-13. []
  14. Becker Howard S. « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme », Communications, vol. 71, 2001, p. 333-351. []
  15. Voir par exemple : Christian Papinot et Marc Perrenoud, “Le travail à l’écran. Mise en scène des groupes professionnels par les médias”, Images du travail, travail des images [Online], 5 | 2018, , consulté le 11 January 2022. URL: http://journals.openedition.org/itti/797; Flora Bajard. Les usages « sauvages » de l’image. Retours sur une expérience profane de la sociologie visuelle. Images du travail, travail des images, Université de Poitiers, 2017, pp.[En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01476165. []
  16. Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2017. []
  17. Traïni, Christophe. Émotions… Mobilisation !Presses de Sciences Po, 2009. []
  18. Dezé Alexandre « Pour une iconographie de la contestation », Culture et conflits, vol 3-4, n°91/92, 2013, p.13-29. []
  19. Bertho, Alain. « Énoncés visuels des mobilisations : autoportraits des peuples. » Anthropologie et Sociétés, volume 40, numéro 1, 2016, p. 33. []
  20. Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Minuit, 1990, p.339. []
  21. Notamment les travaux d’Anahi Alviso-Marino sur l’image comme « dispositif politique de mobilisation ».  L’enquête porte sur douze artistes visuels participant au sit‑in de Sanaa, dont la moitié était composée de photographes. Ces photographes « en voie de professionnalisation » apportent à la mobilisation leur savoir-faire qui permettent de la documenter. La photographie est envisagée comme « un dispositif qui prolonge la mobilisation à travers l’émotion qu’elle suscite et la sensibilisation qu’elle produit ». Alviso-Marino, Anahi. « Soutenir la mobilisation politique par l’image. Photographie contestataire au Yémen », Participations, vol. 7, no. 3, 2013, pp. 47-71. Ou encore, sur la variété des usages vidéo dans le cadre des printemps arabes voir : Boëx, Cécile. « Montrer, dire et lutter par l’image », Vacarme, vol. 61, no. 4, 2012, pp. 118-131 ; Riboni U. L., « Représentations mobilisatrices et stratégies visuelles pour convaincre et fédérer dans les productions vidéo de Tunisie ». []
  22. Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Minuit, 1990, p.339. []
  23. Jean-Louis Siroux, Qu’ils se servent de leurs armes. Le traitement médiatique des gilets jaunes, Paris, éditions du Croquant, 2020. []
  24. Voir par exemple : Brice Le Gall, « L’observation photographique. Auto-analyse d’une enquête sur les gilets jaunes », Condition humaine / Conditions politiques [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 20 juin 2021, consulté le 23 mars 2022. URL : http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=506 []
  25. Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2017, p. 25. []
  26. Collier, J. and Collier, M.,Visual anthropology: Photography as a research method, University of New Mexico Press, Albuquerque, 1986 ; Meyer, Michaël. « 9. Le travail des regards. Photographier les interactions et interagir avec les photographies », Marc Perrenoud éd., Les mondes pluriels de Howard S. Becker. La Découverte, 2013, pp. 147-166. []
  27.  Dezé Alexandre « Pour une iconographie de la contestation », Culture et conflits, vol 3-4, n°91/92, 2013, p.19. []

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

Vincendon, Salomé, “Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans”, BFMTV, 17/11/2020

Dans cet article, la journaliste Salomé Vincendon revient sur le mouvement social des Gilets jaunes en donnant la parole aux participantes et participants, ainsi qu’à Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et Magali Della Sudda, chargée de recherche en science politique au Centre Émile Durkheim (CNRS/Sciences Po Bordeaux).

“On retrouve entre un tiers et la moitié de primo-manifestants, voire des primo-contestataires”, soit qui n’ont jamais participé à une mobilisation sociale, explique à BFMTV.com Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Montpellier. Elle réalise depuis la fin 2018 des enquêtes qualitatives et quantitatives sur la mobilisation des gilets jaunes, avec un groupe de chercheurs.

Emmanuelle Reungoat, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

« Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes », Le Monde, 10/12/2018

Légende: Gilets jaunes Bordeaux Acte 1
Crédits photographiques : Pleinledos.org

Les premiers résultats d’une étude de sociologues, politologues et géographes sur cette mobilisation démontrent que les manifestants portent des revendications sociales plutôt que nationalistes

S’il n’y a pas de portrait type des manifestants, puisqu’une des caractéristiques du mouvement est sa diversité, les « gilets jaunes » sont d’abord des personnes, hommes et femmes, qui travaillent (ou, étant retraités, ont travaillé), âgées de 45 ans en moyenne, appartenant aux classes populaires ou à la « petite » classe moyenne. Les résultats, encore très provisoires, présentés ici s’appuient sur l’analyse de 166 questionnaires distribués auprès des participants aux actions sur les ronds-points et aux péages, ou lors des manifestations des 24 et 1er décembre, par une équipe d’une dizaine de chercheurs et d’étudiants.

Une surreprésentation des employés et une sous-représentation des cadres Certaines catégories apparaissent comme particulièrement surreprésentées au sein des « gilets jaunes » qui nous ont répondu. C’est le cas des employés, qui constituent 33 % des participants (soit 45 % des actifs présents, ­contre 27 % de la population active française). Ils sont plus de deux fois plus nombreux que les ouvriers, qui représentent 14 % des participants. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprise sont également particulièrement nombreux : 10,5 % des participants (14 % des actifs présents, contre 6,5 % de la population active française).

A l’inverse, les professions intermédiaires et les cadres sont peu représentés : les premiers comptent pour 10 % des participants (13 % des actifs présents, contre 26 % de la population active française); les seconds sont à peine 5 % des participants (7 % des actifs présents, contre 18 % de la population active française) dans les cortèges et blocages qui ont eu lieu entre le 24 novembre et le 1er décembre. Un quart des participants au mouvement des « gilets jaunes » appartiennent à la catégorie « inactifs »; pour la majeure partie, il s’agit de retraités.

Des manifestants « d’âge moyen » Les « gilets jaunes » participant à l’enquête ont en moyenne 45 ans, un peu plus que l’âge moyen de la population française, qui s’élève à 41,4 ans. Les classes d’âge les plus mobilisées sont les 35-49 ans (27,2 %), puis les 50-64 ans (26,6 %) et les 25-34 ans. Les 18-24 ans représentent 6,2 % des participants; les plus de 65 ans, 17,3 %.

Un mouvement mixte Les hommes (54 %) sont un peu plus nombreux que les femmes (45 %). Cependant, la forte proportion de femmes, appartenant souvent aux classes populaires, une catégorie sociale traditionnellement peu mobilisée politiquement, est un fait notable. On y lit une propension de femmes à manifester identique à celle que nous avons observée dans les cortèges des 24 novembre et 1er décembre. Un écart comparable (55 % d’hommes, 44 % de femmes parmi les répondants) était observé dans le questionnaire administré dans La Manif pour tous du 16 octobre 2016.

Les femmes ont toujours manifesté, comme le montrent de nombreux travaux historiques. Elles sont en revanche ici plus visibles. A cela plusieurs raisons : sans porte-parole officiel, représentants syndicaux et politiques, qui sont habituellement des hommes, et en absence de structures, les médias sont contraints de tourner le regard vers les participantes et participants « ordinaires . La forte dimension sociale du ­conflit et la centralité des revendications sur les conditions matérielles d’existence dans le mouvement social participent à la visibilité des femmes.

Une surreprésentation des bacheliers et des titulaires de CAP et BEPQuelque 20 % des personnes interrogées sont diplômées du supérieur (contre 27 % de la population générale, données Insee 2014); 5 % des participants ont un bac + 4 et au-delà, tandis que les deux niveaux de diplôme les plus représentés sont les détenteurs de BEP et CAP, qui sont 35 % (contre 24 % dans la population générale), et les bacheliers (29,3 % des répondants, contre 16,5 % de la population générale). Seuls 15,4 % des participants ont un diplôme inférieur au brevet (31,4 % de la population générale). Toutefois, le 8 décembre, nous avons reçu davantage de réponses de la part de personnes ayant un diplôme de master ou équivalent. Se dessine ainsi une population de participants ayant des niveaux de qualification intermédiaires.

Des mobilisés aux revenus modestes Quelque 55 % des répondants nous déclarent être imposables (une proportion presque identique à la population générale) et 85 % indiquent posséder une voiture. Le revenu médian du foyer déclaré représente 1 700 euros par mois, soit environ 30 % de moins que le revenu médian moyen déclaré de l’ensemble des ménages (enquête « Revenus fiscaux et sociaux » 2015 de l’Insee). Les participants aux actions des « gilets jaunes » sont donc pour la majorité d’entre eux des individus aux revenus modestes. Ils n’appartiennent pas aux catégories les plus précarisées économiquement : 10 % d’entre eux déclarent avoir un revenu inférieur à 800 euros par mois (contre 519 euros pour les 10 % des ménages français les plus pauvres).

Des primo-manifestants en nombre et des modes d’action variés Pour presque la moitié des répondants (47 %), le mouvement des « gilets jaunes » constitue leur première mobilisation. Seuls 44 % ont déjà participé à une grève. Il s’agit donc de participants peu rompus à l’action collective. Aux questions posées sur les formes d’action collective que la personne serait prête à accomplir ou à laquelle elle a déjà participé, la manifestation est le mode d’action le plus plébiscité (81 %), suivi par la pétition (69,4 % d’entre eux déclarent en avoir déjà signé une). Presque 9 participants sur 10 rejettent les modes d’action impliquant des violences aux biens, mais 58,8 % d’entre eux se déclarent par exemple prêts à occuper un bâtiment administratif. La moitié exclut également l’idée d’aller manifester à Paris, les répondants évoquant des raisons économiques, la violence et la nécessité de rester visible en province pour justifier ce choix. Sur le consentement à l’impôt, seuls 5 % des participants déclarent avoir déjà refusé de payer l’impôt, tandis que 58,4 % l’excluent complètement comme moyen d’action. Des analyses séparées ont d’ailleurs relevé très peu de différences entre les réponses des hommes et des femmes.

Un rejet des organisations représentatives traditionnelles et des orientations politiques atypiques Notre enquête confirme également le large rejet des organisations représentatives traditionnelles : 64 % considèrent que les syndicats n’ont pas leur place dans le mouvement, 81 % pensent de même pour tous les partis politiques.

Ce rapport de distance ou de méfiance à l’égard du système de représentation institué se retrouve lorsque les répondants sont invités à se situer sur l’échelle gauche-droite. La réponse dominante consiste à se déclarer comme apolitique, ou « ni de droite ni de gauche » (33 %). En revanche, parmi ceux qui se positionnent, 15 % se situent à l’extrême gauche, contre 5,4 % à l’extrême droite; 42,6 % se situent à gauche, 12,7 % à droite et, surtout, seulement 6 % au centre. En comparaison, un sondage conduit par Ipsos en avril montrait que 22 % des Français rejettent le clivage gauche-droite, quand 32 % se situent à gauche et 39 % à droite. Cette grande diversité du rapport au politique est un élément majeur de la singularité du mouvement.

Les motivations : pour le pouvoir d’achat et contre une politique favorable aux riches Pour les répondants, il s’agit moins d’une révolte contre une taxe en particulier, ou pour la défense de l’usage de la voiture, qu’une révolte contre un système fiscal et de redistribution jugé inique. Une révolte contre les inégalités, mais aussi contre une parole politique qui les méprise et les infériorise symboliquement. Il s’agit à la fois de défendre leur pouvoir d’achat et leur accès à un standard de vie (notamment les loisirs, de plus en plus inaccessibles) et d’une exigence de respect à leur égard et de reconnaissance de leur dignité de la part du personnel politique (gouvernement et président de la République).

Nous avons invité les participants à s’exprimer sur leurs motivations à travers une question ouverte en début du questionnaire (« Pourquoi manifestez-vous aujourd’hui? »). Un pouvoir d’achat trop faible est le premier motif évoqué (plus de la moitié des répondants). Plusieurs personnes se plaignent de ne plus pouvoir s’offrir le moindre plaisir (« J’ai la vingtaine et j’ai pas une thune. Si je veux sortir, je dois me mettre à découvert. »). Des mères de famille nous font part de leurs fins de mois difficiles (« J’aimerais bien que mes enfants puissent avoir à manger dans leurs assiettes, et pas que des patates les deux dernières semaines du mois »), qui entraînent parfois des difficultés de logement, dont ont témoigné aussi bien des jeunes étudiants (« Je n’ai pas les moyens de me loger, je vis dans la dépendance d’une amie. ») que cette mère de famille (« Nous étions obligés de descendre dans le Sud pour vivre chez ma belle-mère. »).

Suit, dans la liste des motivations, le fardeau fiscal trop important (69 répondants, dont 18 qui pointent explicitement le prix élevé du carburant). Près d’un sur cinq déclare être là pour protester contre le gouvernement actuel et demande la démission d’Emmanuel Macron, évoquant l’ « arrogance » de l’exécutif. Les termes de « monarchie », d’ « oligarchie » ou de « dictature » reviennent pour souligner son caractère illégitime. On voit poindre le 24 novembre, puis se confirmer le 1er décembre, la demande de réformes institutionnelles. Un dixième des enquêtés demandent des réformes institutionnelles. Cette tendance semble accentuée chez les participantes et participants aux cortèges du 8 décembre.

Une deuxième question ouverte portait sur les mesures que le gouvernement devrait prendre pour répondre aux revendications des « gilets jaunes . La réponse la plus fréquente est sans surprise une baisse des taxes et impôts, évoquée spontanément par un tiers des répondants. Pour 48 enquêtés, des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat sont également nécessaires. Parmi eux, 28 personnes demandent une augmentation du smic, voire des salaires en général, 14 une augmentation générale du pouvoir d’achat, 8 une augmentation des retraites. Des demandes de redistribution des richesses reviennent dans les réponses de 36 participants : 19 demandent spontanément la réintroduction de l’ISF, 5 une répartition plus juste des impôts.

Plus d’un cinquième des répondants demandent d’ailleurs tout simplement que le gouvernement écoute les citoyens, « qu’il se mette à [leur] place . Il s’agit ainsi d’une des préoccupations principales des personnes rencontrées. Enfin, une des spécificités de ce mouvement est la présence de revendications institutionnelles, en plus des revendications sociales. Ainsi, 26 personnes ont déclaré que des réformes institutionnelles importantes seront nécessaires pour qu’elles puissent considérer que le mouvement est un succès : 18 en demandant des changements parfois fondamentaux (par exemple, en réclamant une « réforme totale de l’Etat », « un autre système politique »), 8 en demandant la fin des privilèges des parlementaires et 4 en se disant convaincus de la nécessité d’une VIe République.

Il est à noter que seulement 2 des 166 personnes interrogées ont mentionné la gestion de l’immigration dans leurs réponses aux deux questions présentées. Cela invite à reconsidérer les analyses qui font du mouvement une émanation de l’extrême droite.

Les deux principales motivations des personnes mobilisées apparaissent donc comme étant une plus grande justice sociale (qu’il s’agisse d’un système fiscal faisant davantage participer les plus aisés, d’une meilleure redistribution des richesses ou encore du maintien des services publics) et la demande d’écoute de la part du pouvoir. Au ­contraire, les revendications nationalistes, liées notamment à l’identité ou à l’immigration, sont très marginales, démentant l’idée d’un mouvement qui serait noyauté par les électeurs ou les militants du Rassemblement national. Comme le souligne le sociologue Alexis Spire, auteur de Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat (Seuil, 312 pages, 22 euros), c’est avant tout le sentiment d’injustice fiscale, plus prégnant chez les classes populaires, qui explique cette mobilisation.

En résumé, cette révolte est bien celle du « peuple » – comme se revendiquent nombre de personnes interrogées au sens des classes populaires et des « petites » classes moyennes, celle des revenus modestes. Dès lors, plusieurs éléments font des « gilets jaunes » une ­contestation singulière par rapport aux mouvements sociaux des dernières décennies. Outre son ampleur, la forte présence des employés, des personnes peu diplômées, des primo-manifestants et, surtout, la diversité des rapports au politique et des préférences partisanes déclarées font des ronds-points et des péages des lieux de rencontre d’une France peu habituée à prendre les places publiques et la parole, mais aussi des lieux d’échange et de construction de collectifs aux formes rarement vues dans les mobilisations.Note(s) :

Autrices et auteurs : Camille Bedock, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS; Antoine Bernard de Raymond, Irisso, université Paris-Dauphine, INRA; Magali Della Sudda, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS; Théo Grémion, diplômé d’un master de géopolitique et d’une maîtrise d’urbanisme; Emmanuelle Reungoat, Centre d’études politiques de l’Europe latine, université de Montpellier; Tinette Schnatterer, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS.

Jaunes et verts Vers un écologisme populaire?

par Théo GREMION, Diplômé de M2 Sociologie, EHESS et Maxime GABORIT, Doctorant et Assistant à l’Université de Saint-Louis (Bruxelles).

Grémion Théo et Maxime Gaborit, “Jaunes et verts : Vers un écologisme populaire ?, La Vie des idées, 20 décembre 2019.

L’opposition des gilets jaunes à la hausse de la taxe carbone exprimait-elle une indifférence aux enjeux écologiques? Comparant le mouvement aux marches pour le climat, deux sociologues identifient un discours écologique des classes populaires, entre conviction pratique et contraintes sociales.

À l’automne 2018 débute une période de forte contestation politique au cours de laquelle deux mouvements, surprenants par leur forme, leur durée et leurs modes d’action, ont ébranlé le paysage politique. Le mouvement pour le climat, d’un côté, émerge à la suite d’un été marqué par l’importante médiatisation des conclusions du GIEC, puis par la démission de Nicolas Hulot. En réaction à l’inaction gouvernementale, de grandes manifestations mobilisent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plusieurs villes de France. Si des manifestations pour le climat avaient déjà été organisées en marge de la COP21 en 2015, elles ne sont toutefois pas comparables avec la récurrence des mobilisations mensuelles du début d’année, rejointes par une partie de la jeunesse à l’occasion de «grèves pour le climat», qui ont notamment rassemblé, le 15 mars 2019, plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants.

De l’autre côté, en novembre 2018, une mesure politique présentée comme écologique — la hausse d’une taxe sur le carburant — conduisit des milliers de Français à déposer sur le tableau de bord de leur voiture, puis à revêtir un gilet de signalisation jaune fluo devenu emblématique, au point d’incarner le ras-le-bol social d’une frange importante de la population. À partir du 17 novembre, des gilets jaunes commencent à occuper des ronds-points, et des manifestations sont organisées tous les samedis, un an durant.

À première vue, l’écart paraît important entre ces deux mouvements. Aux revendications initiales de pouvoir d’achat des gilets jaunes, semble s’opposer la volonté des militants pour le climat d’imposer à l’agenda politique des mesures à la hauteur de l’urgence écologique. Le mouvement des gilets jaunes a lui été abondamment décrit comme anti-écologiste et ses membres comme des individus refusant de faire un effort pour enrayer la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Les contradictions entre les deux mouvements se sont également matérialisées sur le terrain des modalités d’action. La «non-violence» affichée du mouvement pour le climat contraste avec certains «actes» (notamment les 1 et 8 décembre) des gilets jaunes, et avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Une division semble s’établir entre ceux qui luttent pacifiquement pour l’écologie et des gilets jaunes violents indifférents à ces enjeux.

Lire la suite en accès libre :

https://laviedesidees.fr/Jaunes-et-verts.html

Elle apprend le métier de sociologue au contact des Gilets jaunes

Le Journal de Saône et Loire
Creusot-Autun, Montceau-les-Mines, Bresse, Chalon-sur-Saône, Charolais-Brionnais, Mâcon Saône-et-Loire, lundi 11 mars 2019 – 772 mots, p. Saône-et-Loire 5

par Benoît Montaggioni

La Mâconnaise Pauline Liochon est étudiante en Sciences sociales à Paris. Elle participe à une enquête sociologique sur les Gilets jaunes. Un travail qui l’a conduit au cœur des manifs parisiennes, mais aussi sur les ronds-points du Mâconnais.

Un carnet de notes en main, un dictaphone sur la table, et des dizaines de questions à poser aux Gilets jaunes : profil socioprofessionnel, passé militant, rapport aux politiques, aux médias, au travail, à l’écologie, à l’Europe…

Contrairement aux apparences Pauline Liochon n’est pas journaliste. La jeune femme de 21 ans, étudiante en 3e année de licence de Sciences sociales à Paris Dauphine, participe à une enquête sociologique sur le mouvement des Gilets jaunes. C’est après avoir observé les premières manifestations à Paris que la Mâconnaise a souhaité approfondir le sujet. « Avec un ami, nous avons demandé à un de nos professeurs s’il existait déjà une enquête sur le sujet. » Les étudiants apprennent alors que Magali Della Sudda enseignante-chercheuse au Centre Émile-Durkheim de Bordeaux pilote une étude sur la France fluo. Pauline Liochon a immédiatement été volontaire pour y participer. L’étudiante explique : « Ce mouvement m’interrogeait, j’avais envie de comprendre ce qui se passait. » La Mâconnaise et son camarade de promotion sont alors intégrés au collectif de chercheurs.

Questionnaires au milieu des manifs parisiennes

À Paris, au cœur des manifestations, ils sont ainsi allés faire remplir des questionnaires aux Gilets jaunes. Ceux-ci visaient notamment à déterminer le profil économique ou le positionnement politique des participants de ce mouvement social inédit. « On a toujours été bien reçus. Dans ce mouvement, il y a une volonté forte de faire entendre sa parole », a constaté l’étudiante. Mais la sociologie est aussi un sport de combat, et les conditions de travail au milieu des manifs ont été quelquefois compliquées. « Parfois, il fallait s’interrompre à cause d’assauts des CRS ou de tirs de lacrymos. »

Pauline Liochon est également allée à la rencontre de la France des ronds-points. En retournant voir sa famille à Crottet sur la rive gauche de la Saône, l’étudiante en a profité pour étudier les Gilets jaunes de Crêches-sur-Saône au sud de Mâcon. Le plus souvent c’est avec une chasuble fluo sur le dos qu’elle s’est rendue sur le rond-point : « C’est un choix qui ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs. Moi, je trouve que ça rend les choses plus faciles. »

700 questionnaires et des entretiens

Au final, près de 700 questionnaires ont été récoltés par le collectif de chercheurs. Pauline est maintenant entrée dans la deuxième étape de l’enquête. Elle conduit désormais auprès de Gilets jaunes volontaires de longs entretiens.

Et même si le travail est loin d’être achevé, la jeune femme a déjà pu tirer quelques enseignements. Notamment sur l’aspect politique : « Nous n’avons pas encore croisé l’extrême droite sur le terrain, on a plutôt vu des gens qui avaient des affinités avec La France insoumise. Mais globalement une grande part des Gilets jaunes n’est pas politisée. » Les questionnaires révèlent néanmoins qu’un Gilet jaune sur huit a appartenu par le passé à un syndicat ou un parti politique : « C’est six fois plus que la moyenne de la population. » Mais l’étudiante prévient : « J’ai été surprise par la non-pertinence de la distinction entre la gauche et la droite. C’est une grille de lecture qui n’a plus de sens. Les gens piochent un peu partout et ne s’identifient plus vraiment à un bloc de valeur. » Très intéressée par les questions de genre, Pauline Liochon a constaté que « dans ce mouvement, les femmes font des efforts pour imposer leur place et contester le leadership masculin. Ce mouvement n’est pas forcément féministe, mais dans leur façon de se structurer, on retrouve des actes féministes. »

Alors qu’elle a été embauchée pour poursuivre les entretiens de Gilets jaunes dans toute la France entre le mois d’avril et la fin de l’été, la Mâconnaise s’enthousiasme : « Avoir un tel objet d’étude c’est inespéré. En sociologie il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. »

« Ce sont les questions de genre et le rôle de l’école dans les inégalités qui m’ont amenée à la sociologie », explique Pauline Liochon, étudiante mâconnaise en Sciences sociales.

Avoir un tel objet d’étude, c’est inespéré. En sociologie, il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. Pauline Liochon

Illustration(s) : Photo Benoit MONTAGGIONI

“How to investigate a mobilisation in the heat of the moment : The case of a questionnaire survey among the Yellow jackets”

Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes*, “Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les Gilets jaunes”, Revue française de science politique, 2019, n°5, Vol. 69, pages 869 à 892.

https://doi.org/10.3917/rfsp.695.0869

This article, originally published in the Revue française de science politique, is based methodological issues raised during a collective research among the Yellow Vests. It is based on a face-to-face survey conducted in situ between November 2018 and March 2019, during the Yellow Vest movement. It focuses on three areas: the methodological challenges linked to survey research in social movements; the sociodemographic characteristics of participants and, lastly, their engagement and demands in relation to politics. The Yellow Vest movement has mobilized certain segments of lower- and middle-income groups. As a social movement, it also brings together people with very different levels of prior experience in political activism. We also show the existence of different social and political profiles according to the place and time at which interviewees were involved in the movement.

Authors : Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes : Alfieri Valeria, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Arsinée André, volonteer civil service; Camille Bedock, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Zakaria Bendali, PhD student, Sociology, CRAPUL ; Antoine Bernard de Raymond, Researcher, Sociology, INRA, Irisso, université Paris-Dauphine ; Anne-Gaëlle Beurier,  master student,  Political science, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye ; Pierre Blavier, researcher, sociology, CNRS, Clersé ; Loïc Bonin, master student, ENS ; Amaïa  Courty, PhD student, Political science, Centre Émile Durkheim ; Magali  Della Sudda, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Gauthier Delozière, graduate student, Sciences Po Paris ; Christèle Dondeyne, lecturer, LABERS & université de Bretagne occidentale ; Charif Elalaoui, PhD student, sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Fabrice Flipo, Professor, Philosophy, Institut Mines-Télécom BS/LCSP & université de Paris ; Camille Frémont, PhD Sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Maxime  Gaborit, PhD student, Sociology, université Saint-Louis, Bruxelles ; Antonin Girardin, PhD student geography, ESO & université de Caen ; Theo Grémion, master student Sociology, EHESS ; Pierre Guillemin, PhD student,  ESO & université  de  Caen  Normandie ;  Métilde Havard, PhD student geography, ESO-Caen ; Mila Ivanovic, PhD Political science, ; Damien Larrouqué, post-doc INAP, universidad de Chile ; Alix Levain, researcher, CNRS, AMURE ; Pauline Liochon, master student IOES, université Paris-Dauphine, EHESS, MINES ParisTech ; Frédéric Neyrat, professor, Sociology, DySoLab & université de Rouen ; Lucas Ormiere-Noblet, PhD student, Centre Émile Durkheim & Sciences Po Bordeaux, Universidad Autónoma, Madrid ; Laura Pauchard, research engineer, ESO & université  de  Caen  Normandie; François Pigot, master student, Political science institute Bordeaux ; Emmanuelle Reungoat, lecturer, CEPEL, université de Montpellier ; Tinette Schnatterer, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux ; Ludwig Spéter Lejeune, master student, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Floriane Soulié, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Étienne Walker, lecturer, geography, ESO & université de Caen Normandie.