Archives par mot-clé : Ecologie

Comprendre le mouvement des Gilets jaunes avec des méthodes mixtes/Understanding the French Yellow Vest Movement through the lens of mixed methods”

Mercredi 29 Septembre 2021, 14h00-19h15

Cette journée était initialement organisée dans le cadre d’une mini-conférence de la conférence de l’American Political Science Association. En raison de la crise sanitaire, elle n’a pu se dérouler comme prévu. Nous avons donc choisi de présenter les communications à Paris, avec le soutien des programmes de recherche LONGI et de l’ANR GILETSJAUNES. En raison de la crise sanitaire, elle ne peut se tenir en présence du public. Mais nous trouverons des formats accessibles pour diffuser nos résultats.

This workshop was initially organised as a mini-conference of the American Political Science Association conference. Due to the COVID crisis, it could not take place as planned. We therefore chose to present the papers in Paris, with the support of the LONGI research programme and the ANR GILETSJAUNES. Due to the health crisis, our meeting cannot be held in public. But we will find accessible formats to disseminate our results.

Crédit: C. Sagat, Centre Emile Durkheim

Session 1 :   14h15-15h45 How the YVM Challenges Social Movements Studies and Assumptions about Contentious Politics

Chair : Emmanuelle Reungoat, CEPEL/Univ. de Montpellier

Discussant: Olivier Fillieule, Univ. de Lausanne/CRAPUL.

14h15-14h35:  “How political are Yellow Vests’ Ecologies?”

Alix Levain, CNRS/AMURE/ University of Brest, Christèle Dondeyne, University of Brest, Yann Le Lann, University of Lille, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Magali Della Sudda CNRS/CED, Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL.

14h35-14h55: “Gender, a Useful Category of Analysis for the Yellow Vests Movement”/Male Standards of Behaviour and Women’s Involvement in the Yellow Vests Movement”

Jean-Baptiste Devaux, Sciences Po Lyon, Marion Lang Univ. of Saint-Etienne, Antoine Lévêque Sciences Po Lyon, Christophe Parnet, Sciences Po Lyon, Valentin Thomas, IRISSO.

14h55-15h15: “Family as a vehicle for mobilization. The Yellow Vests movement in France”

Antoine Bernard de Raymond, INRAE/GRETHA & Sylvain Bordiec, University of Bordeaux.

15h15-15h45 Discussion by Olivier Fillieule

Session 2:   16h-17h30 Understanding a Social Movement through various Quantitative analysis: the Case of the Yellow Vests Movement

Chair: Magali Della Sudda, CNRS/CED

Discussant: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po, Paris/Washington State University)

16h00-16h20: “Punish or partake? The Yellow Vests’ democratic aspirations through mixed methods analysis”

Camille Bedock, CNRS/CED, Frédéric Gonthier, Sciences Po Grenoble/PACTE; Tristan Guerra, Sciences Po Grenoble/PACTE; Chloé Alexandre, Sciences Po Grenoble/PACTE, Stephanie Abrial, CNRS/PACTE.

16h20-16h40: “Shedding light on the Yellow Vests movement through its spatial dimension, from the gathering places to the origins of the participants”

P. Blavier, CNRS/CLERSÉ & É. Walker, Univ. de Caen/ESO.

16h40-17h00: “Gathered in their diversity. Understanding the social and political dynamics of the Yellow vest’s mobilization”

Jean-Yves Dormagen, Univ. Montpellier/CEPEL; Laura Michel, Univ. Montpellier/CEPEL; Emmanuelle Reungoat Univ. Montpellier/CEPEL.

17h00-17h30: Discussion by Amy G. Mazur.

Pause 10 min

Session 3:   17h45-19h15 Social movements as stepping stone to politicization

Chair: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po Paris/Washington State University

Discussant: Nina Eliasoph, Professor of Sociology, University of Southern California.

17h45-18h15: “Becoming Political While Avoiding Politics: A Study of Yellow Vests First-Timers”

Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL; François Buton CNRS/ENS Lyon; Cécile Jouhanneau, Univ. Paul Valéry Montpellier/Art-Dev.

18h15-18h35 “From the Yellow Vests protest to the City Council “

Magali Della Sudda, CNRS/CED.

18h35-18h55 “Live-streaming as engagement in the Yellow vests movement”

Olivier Baisnée, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Alizé Cavé, Sciences Po Toulouse/ LaSSP, Cyriac Gousset, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/ LaSSP & Fanny Parent, Sciences Po Toulouse/ LaSSP.

18h55-19h15: Discussion by Nina Eliasoph.

Organisation :

Emmanuelle Reungoat, Assistant Professor of Political Science, University of Montpellier (France)/CEPEL* emmanuelle.reungoat@umontpellier.fr

Magali Della Sudda, CNRS Research Fellow in Political Science, CNRS/Centre Emile Durkheim-Bordeaux Political Science Institute & Visiting Scholar 2020-21 CASBS, Stanford.  * m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr

Fundings : ANR GILETSJAUNES & LONGI

Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

Jaunes et verts Vers un écologisme populaire?

par Théo GREMION, Diplômé de M2 Sociologie, EHESS et Maxime GABORIT, Doctorant et Assistant à l’Université de Saint-Louis (Bruxelles).

Grémion Théo et Maxime Gaborit, “Jaunes et verts : Vers un écologisme populaire ?, La Vie des idées, 20 décembre 2019.

L’opposition des gilets jaunes à la hausse de la taxe carbone exprimait-elle une indifférence aux enjeux écologiques? Comparant le mouvement aux marches pour le climat, deux sociologues identifient un discours écologique des classes populaires, entre conviction pratique et contraintes sociales.

À l’automne 2018 débute une période de forte contestation politique au cours de laquelle deux mouvements, surprenants par leur forme, leur durée et leurs modes d’action, ont ébranlé le paysage politique. Le mouvement pour le climat, d’un côté, émerge à la suite d’un été marqué par l’importante médiatisation des conclusions du GIEC, puis par la démission de Nicolas Hulot. En réaction à l’inaction gouvernementale, de grandes manifestations mobilisent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plusieurs villes de France. Si des manifestations pour le climat avaient déjà été organisées en marge de la COP21 en 2015, elles ne sont toutefois pas comparables avec la récurrence des mobilisations mensuelles du début d’année, rejointes par une partie de la jeunesse à l’occasion de «grèves pour le climat», qui ont notamment rassemblé, le 15 mars 2019, plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants.

De l’autre côté, en novembre 2018, une mesure politique présentée comme écologique — la hausse d’une taxe sur le carburant — conduisit des milliers de Français à déposer sur le tableau de bord de leur voiture, puis à revêtir un gilet de signalisation jaune fluo devenu emblématique, au point d’incarner le ras-le-bol social d’une frange importante de la population. À partir du 17 novembre, des gilets jaunes commencent à occuper des ronds-points, et des manifestations sont organisées tous les samedis, un an durant.

À première vue, l’écart paraît important entre ces deux mouvements. Aux revendications initiales de pouvoir d’achat des gilets jaunes, semble s’opposer la volonté des militants pour le climat d’imposer à l’agenda politique des mesures à la hauteur de l’urgence écologique. Le mouvement des gilets jaunes a lui été abondamment décrit comme anti-écologiste et ses membres comme des individus refusant de faire un effort pour enrayer la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Les contradictions entre les deux mouvements se sont également matérialisées sur le terrain des modalités d’action. La «non-violence» affichée du mouvement pour le climat contraste avec certains «actes» (notamment les 1 et 8 décembre) des gilets jaunes, et avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Une division semble s’établir entre ceux qui luttent pacifiquement pour l’écologie et des gilets jaunes violents indifférents à ces enjeux.

Lire la suite en accès libre :

https://laviedesidees.fr/Jaunes-et-verts.html