Enquête gilets jaunes et écologie

Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)
Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)

Le mouvement des gilets jaunes s’est déclenché, en novembre 2018, suite à l’annonce d’une augmentation de la taxe sur les carburants. Cette mesure était alors présentée par le Gouvernement d’Edouard Philippe comme la mise en oeuvre d’un engagement de campagne d’Emmanuel Macron et comme une étape importante dans la mise en place d’une fiscalité écologique visant la transition vers une économie bas carbone et la réduction de la dépendance des Français à une énergie “à la fois chère, étrangère et polluante” (E. Philippe, RTL Matin, 14 novembre 2018). Aussi le mouvement a-t-il pu apparaître ou être présenté initialement comme la traduction d’une résistance, voire d’une opposition à l’écologie politique d’une part, à l’écologisation des politiques publiques d’autre part. Dans le cadre de l’enquête nationale qu’il a engagée à la naissance du mouvement, le collectif de recherche Jaune Vif se penche depuis lors sur les relations complexes entre écologie et Gilets Jaunes : qu’est-ce que l’écologie pour les personnes engagées dans le mouvement? De quelle(s) écologie(s) sont-elles porteuses? Que le mouvement nous apprend-il sur le rapport des classes populaires à celle-ci? Comment, où, autour de quels enjeux et à quelle(s) échelle(s) l’écologie politique et les revendications des Gilets Jaunes se rencontrent-ils? Le groupe, constitué d’une dizaine de chercheur-e-s s’appuie sur l’enquête nationale par questionnaire portée par le collectif Jaune Vif, sur des observations de terrain et sur des entretiens réalisés dans le Bordelais, la région montpelliéraine, l’Ile-de-France, les Hauts de France et la Bretagne pour donner à voir une image circonstanciée et nuancée du rapport des Gilets Jaunes aux enjeux environnementaux, bien éloignée d’une indifférence, d’une résistance de principe ou d’un déni de circonstance. Pour contacter le groupe : Magali della Sudda (m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr); Alix Levain (alix.levain@univ-brest.fr)

Enquête Gilets Jaunes

Le mouvement des Gilets jaunes a suscité de nombreuses réflexions et interrogations. Depuis le 19 novembre 2018 un collectif de recherche pluridisciplinaire mène l’enquête auprès des participantes et participants à cette mobilisation inédite. Il privilégie la collecte de données in situ, sur les lieux d’action en France et à l’étranger.
Ce carnet de recherche vise à rendre accessible à un public académique et non académique les résultats de l’enquête menée par le collectif de recherche « Enquête Gilets Jaunes ». Ce collectif basé au Centre Emile Durkheim (UMR5116) rassemble plus de 70 personnes de différentes disciplines – science politique, sociologie, géographie, anthropologie, économie et philosophie.
Il présente la méthodologie, des réflexions et résultats ainsi qu’une bibliographie sur le mouvement.

Elle apprend le métier de sociologue au contact des Gilets jaunes

Le Journal de Saône et Loire
Creusot-Autun, Montceau-les-Mines, Bresse, Chalon-sur-Saône, Charolais-Brionnais, Mâcon Saône-et-Loire, lundi 11 mars 2019 – 772 mots, p. Saône-et-Loire 5

par Benoît Montaggioni

La Mâconnaise Pauline Liochon est étudiante en Sciences sociales à Paris. Elle participe à une enquête sociologique sur les Gilets jaunes. Un travail qui l’a conduit au cœur des manifs parisiennes, mais aussi sur les ronds-points du Mâconnais.

Un carnet de notes en main, un dictaphone sur la table, et des dizaines de questions à poser aux Gilets jaunes : profil socioprofessionnel, passé militant, rapport aux politiques, aux médias, au travail, à l’écologie, à l’Europe…

Contrairement aux apparences Pauline Liochon n’est pas journaliste. La jeune femme de 21 ans, étudiante en 3e année de licence de Sciences sociales à Paris Dauphine, participe à une enquête sociologique sur le mouvement des Gilets jaunes. C’est après avoir observé les premières manifestations à Paris que la Mâconnaise a souhaité approfondir le sujet. « Avec un ami, nous avons demandé à un de nos professeurs s’il existait déjà une enquête sur le sujet. » Les étudiants apprennent alors que Magali Della Sudda enseignante-chercheuse au Centre Émile-Durkheim de Bordeaux pilote une étude sur la France fluo. Pauline Liochon a immédiatement été volontaire pour y participer. L’étudiante explique : « Ce mouvement m’interrogeait, j’avais envie de comprendre ce qui se passait. » La Mâconnaise et son camarade de promotion sont alors intégrés au collectif de chercheurs.

Questionnaires au milieu des manifs parisiennes

À Paris, au cœur des manifestations, ils sont ainsi allés faire remplir des questionnaires aux Gilets jaunes. Ceux-ci visaient notamment à déterminer le profil économique ou le positionnement politique des participants de ce mouvement social inédit. « On a toujours été bien reçus. Dans ce mouvement, il y a une volonté forte de faire entendre sa parole », a constaté l’étudiante. Mais la sociologie est aussi un sport de combat, et les conditions de travail au milieu des manifs ont été quelquefois compliquées. « Parfois, il fallait s’interrompre à cause d’assauts des CRS ou de tirs de lacrymos. »

Pauline Liochon est également allée à la rencontre de la France des ronds-points. En retournant voir sa famille à Crottet sur la rive gauche de la Saône, l’étudiante en a profité pour étudier les Gilets jaunes de Crêches-sur-Saône au sud de Mâcon. Le plus souvent c’est avec une chasuble fluo sur le dos qu’elle s’est rendue sur le rond-point : « C’est un choix qui ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs. Moi, je trouve que ça rend les choses plus faciles. »

700 questionnaires et des entretiens

Au final, près de 700 questionnaires ont été récoltés par le collectif de chercheurs. Pauline est maintenant entrée dans la deuxième étape de l’enquête. Elle conduit désormais auprès de Gilets jaunes volontaires de longs entretiens.

Et même si le travail est loin d’être achevé, la jeune femme a déjà pu tirer quelques enseignements. Notamment sur l’aspect politique : « Nous n’avons pas encore croisé l’extrême droite sur le terrain, on a plutôt vu des gens qui avaient des affinités avec La France insoumise. Mais globalement une grande part des Gilets jaunes n’est pas politisée. » Les questionnaires révèlent néanmoins qu’un Gilet jaune sur huit a appartenu par le passé à un syndicat ou un parti politique : « C’est six fois plus que la moyenne de la population. » Mais l’étudiante prévient : « J’ai été surprise par la non-pertinence de la distinction entre la gauche et la droite. C’est une grille de lecture qui n’a plus de sens. Les gens piochent un peu partout et ne s’identifient plus vraiment à un bloc de valeur. » Très intéressée par les questions de genre, Pauline Liochon a constaté que « dans ce mouvement, les femmes font des efforts pour imposer leur place et contester le leadership masculin. Ce mouvement n’est pas forcément féministe, mais dans leur façon de se structurer, on retrouve des actes féministes. »

Alors qu’elle a été embauchée pour poursuivre les entretiens de Gilets jaunes dans toute la France entre le mois d’avril et la fin de l’été, la Mâconnaise s’enthousiasme : « Avoir un tel objet d’étude c’est inespéré. En sociologie il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. »

« Ce sont les questions de genre et le rôle de l’école dans les inégalités qui m’ont amenée à la sociologie », explique Pauline Liochon, étudiante mâconnaise en Sciences sociales.

Avoir un tel objet d’étude, c’est inespéré. En sociologie, il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. Pauline Liochon

Illustration(s) : Photo Benoit MONTAGGIONI

Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes

Arsinée André, Camille Bedock, Zakaria Bendali, Antoine Bernard de Raymond, Anne-Gaëlle Beurier, Pierre Blavier, Loïc Bonin, Amaïa Courty, Magali Della Sudda, Gauthier Delozière, Christèle Dondeyne , Charif Elalaoui, Fabrice Flipo, Camille Frémont, Maxime Gaborit,Antonin Girardin, Théo Grémion, Pierre Guillemin, Métilde Havard, Mila Ivanovic, Damien Larrouqué, Alix Levain, Pauline Liochon, Frédéric Neyrat, Lucas Ormière-Noblet, Laura Pauchard, François Pigot, Emmanuelle Reungoat, Tinette Schnatterer, Ludwig Spéter-Lejeune, Floriane Soulié, Valeria Alfieri, Etienne Walker, Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes. Revue Francaise de Science Politique, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2019, 69 (5-6), pp.869-892. ⟨10.3917/rfsp.695.0869⟩. ⟨halshs-02413233⟩

Cette note de recherche est issue d’une enquête collective par questionnaire administrée entre novembre 2018 et mars 2019, conduite in situ pendant la mobilisation des Gilets jaunes. Elle se penche sur trois aspects : les difficultés méthodologiques inhérentes à l’enquête par questionnaire dans les mouvements sociaux, les caractéristiques sociodémographiques des participants et, enfin, leur rapport au politique et leurs revendications. Les Gilets jaunes ont mobilisé certaines fractions des classes populaires et moyennes. C’est aussi un mouvement social dans lequel se retrouvent à la fois des personnes primo-mobilisées et des individus aux ressources militantes certaines. Nous montrons l’existence de différences de profils sociaux et politiques selon le lieu et le moment de l’implication des personnes auprès de qui nous avons enquêté.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02413233v1

Qui sommes-nous?

L’enquête collective menée auprès des Gilets jaunes a été lancée le 19 novembre 2018 par des chercheuses du Centre Émile Durkheim (Bordeaux). Elle a réuni une centaine de personnes – étudiantes et étudiants de licence et master, doctorantes et doctorants ou ayant achevé leur thèse, des enseignantes-enseignants et chercheuses-chercheurs.

Aujourd’hui, différents projets de recherche ont obtenu des financements. Ce carnet de recherche présente les travaux en cours de l’ANR GILETS JAUNES (2021-2025) coordonnée par Magali Della Sudda (CNRS/Centre Émile Durkheim), avec Etienne Walker (Université de Caen/ESO), Yann Le Lann (Université de Lille/Clersé), Frédéric Gonthier (Institut d’études politiques de Grenoble/Pacte), Emmanuelle Reungoat (Université de Montpellier/CEPEL), Alix Levain (CNRS/AMURE), Olivier Baisnée (Institut d’études politiques de Toulouse/LERASS).

Les membres de l’équipe ANR GILETSJAUNES et axe de travail

Les membres du réseau d’enquête Gilets jaunes

Le réseau d’enquête est constitué des étudiantes, étudiants, doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants et collègues travaillant sur différents sujets en lien avec les Gilets jaunes. Nous organisons des manifestations scientifiques communes et échangeons sur nos recherches respectives.

Collectif de recherche sur le mouvement des gilets jaunes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search