Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

ANR Giletsjaunes: c’est parti!

L’enquête collective menée depuis le 19 novembre auprès des Gilets jaunes se poursuit avec un soutien de l’Agence nationale de la Recherche. Six équipes de recherches vont travailler durant quatre ans auprès des personnes participant ou ayant participé à ce mouvement social d’ampleur inédite.

La contestation des Gilets jaunes (GJ) a surpris par son ampleur, ses formes et ses évolutions. Ce projet réunit les différents collectifs de recherche qui travaillent sur les GJ depuis le début du mouvement. Il vise d’abord à documenter les caractéristiques sociospatiales, sociologiques et politiques des GJ. Il s’intéresse ensuite aux processus de politisation et de transformations du répertoire d’action, en approfondissant la question du rapport aux enjeux environnementaux. Interrogeant également la portée de la contestation, le projet vise enfin à mesurer la réception médiatique, politique et sociale du mouvement. Pour ce faire, le projet s’appuiera sur un très riche corpus de données quantitatives et qualitatives collectées depuis novembre 2018. Ces données seront enrichies et mises en perspective avec de nouvelles données permettant notamment d’approfondir les effets de politisation du mouvement, ses formes et logiques de médiatisation, ainsi que ses conséquences sur l’offre et la demande politiques. Notre design de recherche repose sur la mixité des méthodes pour analyser des matériaux de nature et d’origine variés, mais constitués en corpus dont la richesse (diversité des modes et des échelles de recueil, ancrage dans différents espaces, dimension diachronique) et la complémentarité concourent à la portée heuristique du projet. La démarche comparative et l’approche pluridisciplinaire que nous mobilisons visent ainsi à rendre compte du mouvement des GJ dans ses différentes dimensions et à éclairer sa complexité configurationnelle, tout en permettant des généralisations par la mise en regard des différents matériaux et sites. Des formations communes (BaseX, SIG, numérique) permettront de mettre cette démarche à l’épreuve des corpus. Trois questions de recherche guident notre travail: premièrement, quelle sont les caractéristiques sociospatiales et sociologiques des Gilets jaunes? Pour y répondre l’équipe ESO explore les “configurations et spatialités du mouvement des GJ” (WP2) , tandis que l’équipe CERIES restitue les “carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales” (WP3) afin d’expliquer le déplacement de la conflictualité dans de nouveaux espaces. La seconde problématique concerne le rapport au politique des Gilets jaunes. Les valeurs et comportements politiques sont traitées par l’une des équipes de Pacte (WP4) et mis en relation avec les “processus de politisation du mouvement et par le mouvement” (WP5) étudiés de manière longitudinale par l’équipe CED. Plus spécifiquement, le projet montre comment s’articulent les “Gilets jaunes et problèmes environnementaux” via l’étude de leurs “écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations” (WP6) faite par l’équipe AMURE. La troisième question de recherche porte sur les réceptions médiatiques, politiques et sociales du mouvement des Gilets jaunes. L’équipe du LASSP s’intéresse à “la production médiatique des Gilets Jaunes” (WP7), en lien avec les “effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan” que produit le mouvement saisis par l’équipe de Pacte (WP8). Plus particulièrement, l’équipe de Pacte se penche sur la “réception des Gilets jaunes par les habitant.e.s des quartiers populaires”. Au finale, avec ce projet résolument pluridisciplinaire, inscrit au coeur de l’axe 4.4 « Inégalités, discriminations », nous ambitionnons d’expliquer la fois qui sont les GJ, ce qu’ils font à la politique et ce que la politique leur fait.