Archives de catégorie : Publications

La « violence » des Gilets jaunes : quand la fait-diversification fait diversion.

Les routines journalistiques à l’épreuve des manifestations à Toulouse (novembre 2018-juin 2019)

 

Un article publié par Olivier Baisnée, Alizé Cavé, Cyriac Gousset, Jérémie Nollet (Sciences-Po Toulouse) dans la revue Sur le journalisme (vol.10, n°1, 2021 )

Mots-clés :

 

Routines journalistiques, Gilets jaunes, Violence, Mobilisation, Manifestation

 

Résumé

 

FR. L’article analyse la production des cadrages journalistiques du mouvement des Gilets jaunes, dans les premiers mois de celui-ci (novembre 2018-juin 2019). Analysant le travail des journalistes lors des manifestations qui ont eu lieu chaque samedi à Toulouse, il souligne que ces dernières ont été très souvent médiatisées sous l’angle des violences de certains manifestants contre des biens (vitrines de banques, matériel urbain, etc.), mais aussi contre les forces de l’ordre et parfois contre des journalistes. Ce cadrage invisibilise d’autres aspects structurants de ces mobilisations, telles que la violence sociale qui en est à l’origine, et la violence physique des forces de l’ordre contre les manifestants. L’hypothèse explicative défendue dans cet article est que les routines du travail journalistique (dépendance aux sources officielles, à la représentation politique, etc.) n’étaient pas ajustées aux propriétés spécifiques de ce mouvement : recrutement social parmi les franges de la population les moins médiatisées, refus de désigner des porte-paroles et de développer des stratégies d’accès aux médias, violence des manifestations qui complique le travail des journalistes. Il en découle un cadrage fait-diversier qui tend à dépolitiser la représentation du mouvement des Gilets jaunes, en réduisant les manifestations à des éruptions de violences arbitraires et gratuites. Cet article repose sur un travail d’enquête collectif mené depuis novembre 2018. Celui-ci combine des observations dans les manifestations toulousaines, des entretiens semi-directifs (journalistes locaux ou nationaux, « street-reporters » etc.) et une étude du corpus de presse écrite et audiovisuelle, mais aussi des réseaux socio-numériques des Gilets jaunes.

 

***

 

EN. This study looks at how journalists framed the first months of the Gilets jaunes (Yellow vests) demonstrations in Toulouse (November 2018 – June 2019). An analysis of the journalism covering the weekly Saturday protests shows a disproportionate depiction of violence by some protesters against property (bank windows, public property, etc.), police and sometimes journalists. This framing renders some structuring elements of the movement invisible, including root cause social violence and police brutality against protesters. The hypothesis proposed in this paper suggests that journalism protocol (reliance on official sources, political representation, etc.) did not take into account the unique features of the movement, which complicated the work of journalists: the participation of less-mediatized fringe population groups; demonstrators’ refusal to appoint spokespersons and develop media access strategies; and the violence inherent in the protests. The result is an unbalanced framing that depoliticizes the Gilets jaunes movement by diminishing the demonstrations to eruptions of arbitrary and gratuitous violence. This paper is based on a collaborative study carried out since November 2018 that combines observations of the Toulouse demonstrations, semi-structured interviews (local and national journalists, “street-reporters,” etc.) and a study of the written and audiovisual journalism corpus and the social media networks of the Gilets jaunes.

Jaunes et verts Vers un écologisme populaire?

par Théo GREMION, Diplômé de M2 Sociologie, EHESS et Maxime GABORIT, Doctorant et Assistant à l’Université de Saint-Louis (Bruxelles).

Grémion Théo et Maxime Gaborit, “Jaunes et verts : Vers un écologisme populaire ?, La Vie des idées, 20 décembre 2019.

L’opposition des gilets jaunes à la hausse de la taxe carbone exprimait-elle une indifférence aux enjeux écologiques? Comparant le mouvement aux marches pour le climat, deux sociologues identifient un discours écologique des classes populaires, entre conviction pratique et contraintes sociales.

À l’automne 2018 débute une période de forte contestation politique au cours de laquelle deux mouvements, surprenants par leur forme, leur durée et leurs modes d’action, ont ébranlé le paysage politique. Le mouvement pour le climat, d’un côté, émerge à la suite d’un été marqué par l’importante médiatisation des conclusions du GIEC, puis par la démission de Nicolas Hulot. En réaction à l’inaction gouvernementale, de grandes manifestations mobilisent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plusieurs villes de France. Si des manifestations pour le climat avaient déjà été organisées en marge de la COP21 en 2015, elles ne sont toutefois pas comparables avec la récurrence des mobilisations mensuelles du début d’année, rejointes par une partie de la jeunesse à l’occasion de «grèves pour le climat», qui ont notamment rassemblé, le 15 mars 2019, plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants.

De l’autre côté, en novembre 2018, une mesure politique présentée comme écologique — la hausse d’une taxe sur le carburant — conduisit des milliers de Français à déposer sur le tableau de bord de leur voiture, puis à revêtir un gilet de signalisation jaune fluo devenu emblématique, au point d’incarner le ras-le-bol social d’une frange importante de la population. À partir du 17 novembre, des gilets jaunes commencent à occuper des ronds-points, et des manifestations sont organisées tous les samedis, un an durant.

À première vue, l’écart paraît important entre ces deux mouvements. Aux revendications initiales de pouvoir d’achat des gilets jaunes, semble s’opposer la volonté des militants pour le climat d’imposer à l’agenda politique des mesures à la hauteur de l’urgence écologique. Le mouvement des gilets jaunes a lui été abondamment décrit comme anti-écologiste et ses membres comme des individus refusant de faire un effort pour enrayer la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Les contradictions entre les deux mouvements se sont également matérialisées sur le terrain des modalités d’action. La «non-violence» affichée du mouvement pour le climat contraste avec certains «actes» (notamment les 1 et 8 décembre) des gilets jaunes, et avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Une division semble s’établir entre ceux qui luttent pacifiquement pour l’écologie et des gilets jaunes violents indifférents à ces enjeux.

Lire la suite en accès libre :

https://laviedesidees.fr/Jaunes-et-verts.html

Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes

Arsinée André, Camille Bedock, Zakaria Bendali, Antoine Bernard de Raymond, Anne-Gaëlle Beurier, Pierre Blavier, Loïc Bonin, Amaïa Courty, Magali Della Sudda, Gauthier Delozière, Christèle Dondeyne , Charif Elalaoui, Fabrice Flipo, Camille Frémont, Maxime Gaborit,Antonin Girardin, Théo Grémion, Pierre Guillemin, Métilde Havard, Mila Ivanovic, Damien Larrouqué, Alix Levain, Pauline Liochon, Frédéric Neyrat, Lucas Ormière-Noblet, Laura Pauchard, François Pigot, Emmanuelle Reungoat, Tinette Schnatterer, Ludwig Spéter-Lejeune, Floriane Soulié, Valeria Alfieri, Etienne Walker, Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes. Revue Francaise de Science Politique, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2019, 69 (5-6), pp.869-892. ⟨10.3917/rfsp.695.0869⟩. ⟨halshs-02413233⟩

Cette note de recherche est issue d’une enquête collective par questionnaire administrée entre novembre 2018 et mars 2019, conduite in situ pendant la mobilisation des Gilets jaunes. Elle se penche sur trois aspects : les difficultés méthodologiques inhérentes à l’enquête par questionnaire dans les mouvements sociaux, les caractéristiques sociodémographiques des participants et, enfin, leur rapport au politique et leurs revendications. Les Gilets jaunes ont mobilisé certaines fractions des classes populaires et moyennes. C’est aussi un mouvement social dans lequel se retrouvent à la fois des personnes primo-mobilisées et des individus aux ressources militantes certaines. Nous montrons l’existence de différences de profils sociaux et politiques selon le lieu et le moment de l’implication des personnes auprès de qui nous avons enquêté.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02413233v1

“How to investigate a mobilisation in the heat of the moment : The case of a questionnaire survey among the Yellow jackets”

Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes*, “Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les Gilets jaunes”, Revue française de science politique, 2019, n°5, Vol. 69, pages 869 à 892.

https://doi.org/10.3917/rfsp.695.0869

This article, originally published in the Revue française de science politique, is based methodological issues raised during a collective research among the Yellow Vests. It is based on a face-to-face survey conducted in situ between November 2018 and March 2019, during the Yellow Vest movement. It focuses on three areas: the methodological challenges linked to survey research in social movements; the sociodemographic characteristics of participants and, lastly, their engagement and demands in relation to politics. The Yellow Vest movement has mobilized certain segments of lower- and middle-income groups. As a social movement, it also brings together people with very different levels of prior experience in political activism. We also show the existence of different social and political profiles according to the place and time at which interviewees were involved in the movement.

Authors : Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes : Alfieri Valeria, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Arsinée André, volonteer civil service; Camille Bedock, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Zakaria Bendali, PhD student, Sociology, CRAPUL ; Antoine Bernard de Raymond, Researcher, Sociology, INRA, Irisso, université Paris-Dauphine ; Anne-Gaëlle Beurier,  master student,  Political science, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye ; Pierre Blavier, researcher, sociology, CNRS, Clersé ; Loïc Bonin, master student, ENS ; Amaïa  Courty, PhD student, Political science, Centre Émile Durkheim ; Magali  Della Sudda, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Gauthier Delozière, graduate student, Sciences Po Paris ; Christèle Dondeyne, lecturer, LABERS & université de Bretagne occidentale ; Charif Elalaoui, PhD student, sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Fabrice Flipo, Professor, Philosophy, Institut Mines-Télécom BS/LCSP & université de Paris ; Camille Frémont, PhD Sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Maxime  Gaborit, PhD student, Sociology, université Saint-Louis, Bruxelles ; Antonin Girardin, PhD student geography, ESO & université de Caen ; Theo Grémion, master student Sociology, EHESS ; Pierre Guillemin, PhD student,  ESO & université  de  Caen  Normandie ;  Métilde Havard, PhD student geography, ESO-Caen ; Mila Ivanovic, PhD Political science, ; Damien Larrouqué, post-doc INAP, universidad de Chile ; Alix Levain, researcher, CNRS, AMURE ; Pauline Liochon, master student IOES, université Paris-Dauphine, EHESS, MINES ParisTech ; Frédéric Neyrat, professor, Sociology, DySoLab & université de Rouen ; Lucas Ormiere-Noblet, PhD student, Centre Émile Durkheim & Sciences Po Bordeaux, Universidad Autónoma, Madrid ; Laura Pauchard, research engineer, ESO & université  de  Caen  Normandie; François Pigot, master student, Political science institute Bordeaux ; Emmanuelle Reungoat, lecturer, CEPEL, université de Montpellier ; Tinette Schnatterer, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux ; Ludwig Spéter Lejeune, master student, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Floriane Soulié, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Étienne Walker, lecturer, geography, ESO & université de Caen Normandie.