Archives de catégorie : Projet de recherche Gilets jaunes

Les informations sur le projet de recherche ANR GILETSJAUNES

Comprendre le mouvement des Gilets jaunes avec des méthodes mixtes/Understanding the French Yellow Vest Movement through the lens of mixed methods”

Mercredi 29 Septembre 2021, 14h00-19h15

Cette journée était initialement organisée dans le cadre d’une mini-conférence de la conférence de l’American Political Science Association. En raison de la crise sanitaire, elle n’a pu se dérouler comme prévu. Nous avons donc choisi de présenter les communications à Paris, avec le soutien des programmes de recherche LONGI et de l’ANR GILETSJAUNES. En raison de la crise sanitaire, elle ne peut se tenir en présence du public. Mais nous trouverons des formats accessibles pour diffuser nos résultats.

This workshop was initially organised as a mini-conference of the American Political Science Association conference. Due to the COVID crisis, it could not take place as planned. We therefore chose to present the papers in Paris, with the support of the LONGI research programme and the ANR GILETSJAUNES. Due to the health crisis, our meeting cannot be held in public. But we will find accessible formats to disseminate our results.

Crédit: C. Sagat, Centre Emile Durkheim

Session 1 :   14h15-15h45 How the YVM Challenges Social Movements Studies and Assumptions about Contentious Politics

Chair : Emmanuelle Reungoat, CEPEL/Univ. de Montpellier

Discussant: Olivier Fillieule, Univ. de Lausanne/CRAPUL.

14h15-14h35:  “How political are Yellow Vests’ Ecologies?”

Alix Levain, CNRS/AMURE/ University of Brest, Christèle Dondeyne, University of Brest, Yann Le Lann, University of Lille, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Magali Della Sudda CNRS/CED, Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL.

14h35-14h55: “Gender, a Useful Category of Analysis for the Yellow Vests Movement”/Male Standards of Behaviour and Women’s Involvement in the Yellow Vests Movement”

Jean-Baptiste Devaux, Sciences Po Lyon, Marion Lang Univ. of Saint-Etienne, Antoine Lévêque Sciences Po Lyon, Christophe Parnet, Sciences Po Lyon, Valentin Thomas, IRISSO.

14h55-15h15: “Family as a vehicle for mobilization. The Yellow Vests movement in France”

Antoine Bernard de Raymond, INRAE/GRETHA & Sylvain Bordiec, University of Bordeaux.

15h15-15h45 Discussion by Olivier Fillieule

Session 2:   16h-17h30 Understanding a Social Movement through various Quantitative analysis: the Case of the Yellow Vests Movement

Chair: Magali Della Sudda, CNRS/CED

Discussant: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po, Paris/Washington State University)

16h00-16h20: “Punish or partake? The Yellow Vests’ democratic aspirations through mixed methods analysis”

Camille Bedock, CNRS/CED, Frédéric Gonthier, Sciences Po Grenoble/PACTE; Tristan Guerra, Sciences Po Grenoble/PACTE; Chloé Alexandre, Sciences Po Grenoble/PACTE, Stephanie Abrial, CNRS/PACTE.

16h20-16h40: “Shedding light on the Yellow Vests movement through its spatial dimension, from the gathering places to the origins of the participants”

P. Blavier, CNRS/CLERSÉ & É. Walker, Univ. de Caen/ESO.

16h40-17h00: “Gathered in their diversity. Understanding the social and political dynamics of the Yellow vest’s mobilization”

Jean-Yves Dormagen, Univ. Montpellier/CEPEL; Laura Michel, Univ. Montpellier/CEPEL; Emmanuelle Reungoat Univ. Montpellier/CEPEL.

17h00-17h30: Discussion by Amy G. Mazur.

Pause 10 min

Session 3:   17h45-19h15 Social movements as stepping stone to politicization

Chair: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po Paris/Washington State University

Discussant: Nina Eliasoph, Professor of Sociology, University of Southern California.

17h45-18h15: “Becoming Political While Avoiding Politics: A Study of Yellow Vests First-Timers”

Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL; François Buton CNRS/ENS Lyon; Cécile Jouhanneau, Univ. Paul Valéry Montpellier/Art-Dev.

18h15-18h35 “From the Yellow Vests protest to the City Council “

Magali Della Sudda, CNRS/CED.

18h35-18h55 “Live-streaming as engagement in the Yellow vests movement”

Olivier Baisnée, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Alizé Cavé, Sciences Po Toulouse/ LaSSP, Cyriac Gousset, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/ LaSSP & Fanny Parent, Sciences Po Toulouse/ LaSSP.

18h55-19h15: Discussion by Nina Eliasoph.

Organisation :

Emmanuelle Reungoat, Assistant Professor of Political Science, University of Montpellier (France)/CEPEL* emmanuelle.reungoat@umontpellier.fr

Magali Della Sudda, CNRS Research Fellow in Political Science, CNRS/Centre Emile Durkheim-Bordeaux Political Science Institute & Visiting Scholar 2020-21 CASBS, Stanford.  * m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr

Fundings : ANR GILETSJAUNES & LONGI

Gestion des données et confidentialité

Le Plan de gestion des données

Le Plan de gestion des données (PGD) est un outil qui récapitule la manière dont les données sont collectées, traitées, conservées accessibles, qui en est la ou le propriétaire, en conformité avec le Règlement européen 2016/679 sur la protection des données (RGPD) et la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée. Il a été établi en juin 2021 et sera révisé tous les 6 mois. Pour l’établir, nous utilisons le portail public OPIDoR, sécurisée et conforme aux objectifs de la sciences ouvertes qui guident la recherche publique.

Vos données personnelles

Une donnée personnelle est toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable. L’objectif du RGPD est de protéger la vie privée et les libertés individuelles. Pour ce faire, notre équipe a suivi et organise des formations et a mis en place des outils. Une responsable des données personnelles coordonne la politique de gestion avec la coordinatrice de l’ANR et chaque axe de recherche a une personne responsable en son sein. Lorsque des données personnelles sont collectées, la personne participant à l’enquête doit être informée de leur utilisation : comment et dans quel but elles sont collectées, anonymisées ou pseudonymisées, traitées et stockées, ainsi que les conditions de leur réutilisation au sein de l’équipe ou par d’autres équipes de recherche. Si les données collectées sont sensibles au sens RGPD, un consentement signé par la personne est requis. Chaque personne participant à l’enquête a un droit d’accès à ses données personnelles, un droit de rectification, un droit à l’oubli, un droit à la limitation, un droit à la portabilité et un droit à l’opposition. Elle peut aussi retirer son consentement en contactant la responsable de la gestion des données et la coordinatrice du projet ANR GILETSJAUNES. Un travail global de mise en conformité et de gestion des risques est en cours avec l’appui du service de protection des données du CNRS.

 

Valorisation des résultats de la recherche

En lien avec les principes dits FAIR (facilité à trouver, accessibilité, interopérabilité et réutilisation), notre stratégie de dissémination s’organisera autour des trois axes suivants. Nous visons une mise à disposition du public, via le portail français d’accès Progedo Quetelet Diffusion, a) des bases de données quantitatives primaires et secondaires, et b/ d’un catalogue harmonisé référençant les données (non identifiantes) et métadonnées clefs des entretiens, focus-groups et
observations réalisées dans le cadre du projet et en amont du projet. L’ouverture des données sera examinée au cas par cas au regard du cadre juridique et sous réserve de l’accord des propriétaires de données. Les partenaires s’appuieront ici sur les compétences des Plates-formes Universitaires de Données, présentes à Caen, Grenoble, Lille et Toulouse. Pour accompagner l’ouverture, un ou plusieurs data papers seront publiés dans des revues à comité de lecture de type data journal.

Outre le dépôt (obligatoire) des articles en archives ouvertes (Hal-SHS), nous privilégierons une valorisation de nos livrables scientifiques sur la plateforme OpenEdition et via les solutions revues.org, Hypothèses.org et OpenEdition Books. Notre carnet Hypothèses (Collectif Jaune Vif) sera régulièrement alimenté par nos résultats de recherche et, dans la mesure du possible, d’un podcast nourri par les membres des différents Work Packages (Axes de recherche). Le nombre important de partenaires engagés dans le projet et de thématiques examinées permet une multiplication des livrables. De même, le fait d’inscrire le projet dans un temps long, en couvrant notamment les prochaines grandes échéances électorales, garantit une forme d’actualité aux productions envisagées.

ANR Giletsjaunes: c’est parti!

L’enquête collective menée depuis le 19 novembre auprès des Gilets jaunes se poursuit avec un soutien de l’Agence nationale de la Recherche. Six équipes de recherches vont travailler durant quatre ans auprès des personnes participant ou ayant participé à ce mouvement social d’ampleur inédite.

La contestation des Gilets jaunes (GJ) a surpris par son ampleur, ses formes et ses évolutions. Ce projet réunit les différents collectifs de recherche qui travaillent sur les GJ depuis le début du mouvement. Il vise d’abord à documenter les caractéristiques sociospatiales, sociologiques et politiques des GJ. Il s’intéresse ensuite aux processus de politisation et de transformations du répertoire d’action, en approfondissant la question du rapport aux enjeux environnementaux. Interrogeant également la portée de la contestation, le projet vise enfin à mesurer la réception médiatique, politique et sociale du mouvement. Pour ce faire, le projet s’appuiera sur un très riche corpus de données quantitatives et qualitatives collectées depuis novembre 2018. Ces données seront enrichies et mises en perspective avec de nouvelles données permettant notamment d’approfondir les effets de politisation du mouvement, ses formes et logiques de médiatisation, ainsi que ses conséquences sur l’offre et la demande politiques. Notre design de recherche repose sur la mixité des méthodes pour analyser des matériaux de nature et d’origine variés, mais constitués en corpus dont la richesse (diversité des modes et des échelles de recueil, ancrage dans différents espaces, dimension diachronique) et la complémentarité concourent à la portée heuristique du projet. La démarche comparative et l’approche pluridisciplinaire que nous mobilisons visent ainsi à rendre compte du mouvement des GJ dans ses différentes dimensions et à éclairer sa complexité configurationnelle, tout en permettant des généralisations par la mise en regard des différents matériaux et sites. Des formations communes (BaseX, SIG, numérique) permettront de mettre cette démarche à l’épreuve des corpus. Trois questions de recherche guident notre travail: premièrement, quelle sont les caractéristiques sociospatiales et sociologiques des Gilets jaunes? Pour y répondre l’équipe ESO explore les “configurations et spatialités du mouvement des GJ” (WP2) , tandis que l’équipe CERIES restitue les “carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales” (WP3) afin d’expliquer le déplacement de la conflictualité dans de nouveaux espaces. La seconde problématique concerne le rapport au politique des Gilets jaunes. Les valeurs et comportements politiques sont traitées par l’une des équipes de Pacte (WP4) et mis en relation avec les “processus de politisation du mouvement et par le mouvement” (WP5) étudiés de manière longitudinale par l’équipe CED. Plus spécifiquement, le projet montre comment s’articulent les “Gilets jaunes et problèmes environnementaux” via l’étude de leurs “écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations” (WP6) faite par l’équipe AMURE. La troisième question de recherche porte sur les réceptions médiatiques, politiques et sociales du mouvement des Gilets jaunes. L’équipe du LASSP s’intéresse à “la production médiatique des Gilets Jaunes” (WP7), en lien avec les “effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan” que produit le mouvement saisis par l’équipe de Pacte (WP8). Plus particulièrement, l’équipe de Pacte se penche sur la “réception des Gilets jaunes par les habitant.e.s des quartiers populaires”. Au finale, avec ce projet résolument pluridisciplinaire, inscrit au coeur de l’axe 4.4 « Inégalités, discriminations », nous ambitionnons d’expliquer la fois qui sont les GJ, ce qu’ils font à la politique et ce que la politique leur fait.