Archives de catégorie : Billets

Comprendre le mouvement des Gilets jaunes avec des méthodes mixtes/Understanding the French Yellow Vest Movement through the lens of mixed methods”

Mercredi 29 Septembre 2021, 14h00-19h15

Cette journée était initialement organisée dans le cadre d’une mini-conférence de la conférence de l’American Political Science Association. En raison de la crise sanitaire, elle n’a pu se dérouler comme prévu. Nous avons donc choisi de présenter les communications à Paris, avec le soutien des programmes de recherche LONGI et de l’ANR GILETSJAUNES. En raison de la crise sanitaire, elle ne peut se tenir en présence du public. Mais nous trouverons des formats accessibles pour diffuser nos résultats.

This workshop was initially organised as a mini-conference of the American Political Science Association conference. Due to the COVID crisis, it could not take place as planned. We therefore chose to present the papers in Paris, with the support of the LONGI research programme and the ANR GILETSJAUNES. Due to the health crisis, our meeting cannot be held in public. But we will find accessible formats to disseminate our results.

Crédit: C. Sagat, Centre Emile Durkheim

Session 1 :   14h15-15h45 How the YVM Challenges Social Movements Studies and Assumptions about Contentious Politics

Chair : Emmanuelle Reungoat, CEPEL/Univ. de Montpellier

Discussant: Olivier Fillieule, Univ. de Lausanne/CRAPUL.

14h15-14h35:  “How political are Yellow Vests’ Ecologies?”

Alix Levain, CNRS/AMURE/ University of Brest, Christèle Dondeyne, University of Brest, Yann Le Lann, University of Lille, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Magali Della Sudda CNRS/CED, Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL.

14h35-14h55: “Gender, a Useful Category of Analysis for the Yellow Vests Movement”/Male Standards of Behaviour and Women’s Involvement in the Yellow Vests Movement”

Jean-Baptiste Devaux, Sciences Po Lyon, Marion Lang Univ. of Saint-Etienne, Antoine Lévêque Sciences Po Lyon, Christophe Parnet, Sciences Po Lyon, Valentin Thomas, IRISSO.

14h55-15h15: “Family as a vehicle for mobilization. The Yellow Vests movement in France”

Antoine Bernard de Raymond, INRAE/GRETHA & Sylvain Bordiec, University of Bordeaux.

15h15-15h45 Discussion by Olivier Fillieule

Session 2:   16h-17h30 Understanding a Social Movement through various Quantitative analysis: the Case of the Yellow Vests Movement

Chair: Magali Della Sudda, CNRS/CED

Discussant: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po, Paris/Washington State University)

16h00-16h20: “Punish or partake? The Yellow Vests’ democratic aspirations through mixed methods analysis”

Camille Bedock, CNRS/CED, Frédéric Gonthier, Sciences Po Grenoble/PACTE; Tristan Guerra, Sciences Po Grenoble/PACTE; Chloé Alexandre, Sciences Po Grenoble/PACTE, Stephanie Abrial, CNRS/PACTE.

16h20-16h40: “Shedding light on the Yellow Vests movement through its spatial dimension, from the gathering places to the origins of the participants”

P. Blavier, CNRS/CLERSÉ & É. Walker, Univ. de Caen/ESO.

16h40-17h00: “Gathered in their diversity. Understanding the social and political dynamics of the Yellow vest’s mobilization”

Jean-Yves Dormagen, Univ. Montpellier/CEPEL; Laura Michel, Univ. Montpellier/CEPEL; Emmanuelle Reungoat Univ. Montpellier/CEPEL.

17h00-17h30: Discussion by Amy G. Mazur.

Pause 10 min

Session 3:   17h45-19h15 Social movements as stepping stone to politicization

Chair: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po Paris/Washington State University

Discussant: Nina Eliasoph, Professor of Sociology, University of Southern California.

17h45-18h15: “Becoming Political While Avoiding Politics: A Study of Yellow Vests First-Timers”

Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL; François Buton CNRS/ENS Lyon; Cécile Jouhanneau, Univ. Paul Valéry Montpellier/Art-Dev.

18h15-18h35 “From the Yellow Vests protest to the City Council “

Magali Della Sudda, CNRS/CED.

18h35-18h55 “Live-streaming as engagement in the Yellow vests movement”

Olivier Baisnée, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Alizé Cavé, Sciences Po Toulouse/ LaSSP, Cyriac Gousset, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/ LaSSP & Fanny Parent, Sciences Po Toulouse/ LaSSP.

18h55-19h15: Discussion by Nina Eliasoph.

Organisation :

Emmanuelle Reungoat, Assistant Professor of Political Science, University of Montpellier (France)/CEPEL* emmanuelle.reungoat@umontpellier.fr

Magali Della Sudda, CNRS Research Fellow in Political Science, CNRS/Centre Emile Durkheim-Bordeaux Political Science Institute & Visiting Scholar 2020-21 CASBS, Stanford.  * m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr

Fundings : ANR GILETSJAUNES & LONGI

« Gilets jaunes » : Essoufflement et pandémie… Où en est le mouvement, deux ans après sa création ?

Trois membres de l’enquête GILETSJAUNES évoquent le mouvement pour ses deux ans d’existence. Entretien avec Tristan Guerra, Frédéric Gonthier, Magali Della Sudda par Lucie Bras.

Bras, Lucie, Della Sudda, Magali, Gonthier Frédéric, Guerra Tristan, « Gilets jaunes » : Essoufflement et pandémie… Où en est le mouvement, deux ans après sa création ?, 20 Minutes, 16 novembre 2020.

https://www.20minutes.fr/societe/2909443-20201116-gilets-jaunes-essoufflement-pandemie-o-mouvement-deux-ans-apres-creation

Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

ANR Giletsjaunes: c’est parti!

L’enquête collective menée depuis le 19 novembre auprès des Gilets jaunes se poursuit avec un soutien de l’Agence nationale de la Recherche. Six équipes de recherches vont travailler durant quatre ans auprès des personnes participant ou ayant participé à ce mouvement social d’ampleur inédite.

La contestation des Gilets jaunes (GJ) a surpris par son ampleur, ses formes et ses évolutions. Ce projet réunit les différents collectifs de recherche qui travaillent sur les GJ depuis le début du mouvement. Il vise d’abord à documenter les caractéristiques sociospatiales, sociologiques et politiques des GJ. Il s’intéresse ensuite aux processus de politisation et de transformations du répertoire d’action, en approfondissant la question du rapport aux enjeux environnementaux. Interrogeant également la portée de la contestation, le projet vise enfin à mesurer la réception médiatique, politique et sociale du mouvement. Pour ce faire, le projet s’appuiera sur un très riche corpus de données quantitatives et qualitatives collectées depuis novembre 2018. Ces données seront enrichies et mises en perspective avec de nouvelles données permettant notamment d’approfondir les effets de politisation du mouvement, ses formes et logiques de médiatisation, ainsi que ses conséquences sur l’offre et la demande politiques. Notre design de recherche repose sur la mixité des méthodes pour analyser des matériaux de nature et d’origine variés, mais constitués en corpus dont la richesse (diversité des modes et des échelles de recueil, ancrage dans différents espaces, dimension diachronique) et la complémentarité concourent à la portée heuristique du projet. La démarche comparative et l’approche pluridisciplinaire que nous mobilisons visent ainsi à rendre compte du mouvement des GJ dans ses différentes dimensions et à éclairer sa complexité configurationnelle, tout en permettant des généralisations par la mise en regard des différents matériaux et sites. Des formations communes (BaseX, SIG, numérique) permettront de mettre cette démarche à l’épreuve des corpus. Trois questions de recherche guident notre travail: premièrement, quelle sont les caractéristiques sociospatiales et sociologiques des Gilets jaunes? Pour y répondre l’équipe ESO explore les “configurations et spatialités du mouvement des GJ” (WP2) , tandis que l’équipe CERIES restitue les “carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales” (WP3) afin d’expliquer le déplacement de la conflictualité dans de nouveaux espaces. La seconde problématique concerne le rapport au politique des Gilets jaunes. Les valeurs et comportements politiques sont traitées par l’une des équipes de Pacte (WP4) et mis en relation avec les “processus de politisation du mouvement et par le mouvement” (WP5) étudiés de manière longitudinale par l’équipe CED. Plus spécifiquement, le projet montre comment s’articulent les “Gilets jaunes et problèmes environnementaux” via l’étude de leurs “écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations” (WP6) faite par l’équipe AMURE. La troisième question de recherche porte sur les réceptions médiatiques, politiques et sociales du mouvement des Gilets jaunes. L’équipe du LASSP s’intéresse à “la production médiatique des Gilets Jaunes” (WP7), en lien avec les “effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan” que produit le mouvement saisis par l’équipe de Pacte (WP8). Plus particulièrement, l’équipe de Pacte se penche sur la “réception des Gilets jaunes par les habitant.e.s des quartiers populaires”. Au finale, avec ce projet résolument pluridisciplinaire, inscrit au coeur de l’axe 4.4 « Inégalités, discriminations », nous ambitionnons d’expliquer la fois qui sont les GJ, ce qu’ils font à la politique et ce que la politique leur fait.

Tenir, les Gilets jaunes mouvement d’occupation de places publiques

Par Antoine de Raymond & Sylvain Bordiec, 14/10/2019

Le mouvement des Gilets jaunes survenu à l’automne 2018 étonne par son ampleur comme par sa durée. Comme l’indique une enquête ethnographique conduite dans le Sud-Ouest, ce succès tient en partie aux ressources organisationnelles, symboliques et sociales qu’offrent l’occupation des ronds-points et la construction de cabanes.

Pour lire la suite:

https://www.metropolitiques.eu/Tenir-les-Gilets-jaunes-mouvement-d-occupation-de-places-publiques.html

Enquête gilets jaunes et écologie

Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)
Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)

Le mouvement des gilets jaunes s’est déclenché, en novembre 2018, suite à l’annonce d’une augmentation de la taxe sur les carburants. Cette mesure était alors présentée par le Gouvernement d’Edouard Philippe comme la mise en oeuvre d’un engagement de campagne d’Emmanuel Macron et comme une étape importante dans la mise en place d’une fiscalité écologique visant la transition vers une économie bas carbone et la réduction de la dépendance des Français à une énergie “à la fois chère, étrangère et polluante” (E. Philippe, RTL Matin, 14 novembre 2018). Aussi le mouvement a-t-il pu apparaître ou être présenté initialement comme la traduction d’une résistance, voire d’une opposition à l’écologie politique d’une part, à l’écologisation des politiques publiques d’autre part. Dans le cadre de l’enquête nationale qu’il a engagée à la naissance du mouvement, le collectif de recherche Jaune Vif se penche depuis lors sur les relations complexes entre écologie et Gilets Jaunes : qu’est-ce que l’écologie pour les personnes engagées dans le mouvement? De quelle(s) écologie(s) sont-elles porteuses? Que le mouvement nous apprend-il sur le rapport des classes populaires à celle-ci? Comment, où, autour de quels enjeux et à quelle(s) échelle(s) l’écologie politique et les revendications des Gilets Jaunes se rencontrent-ils? Le groupe, constitué d’une dizaine de chercheur-e-s s’appuie sur l’enquête nationale par questionnaire portée par le collectif Jaune Vif, sur des observations de terrain et sur des entretiens réalisés dans le Bordelais, la région montpelliéraine, l’Ile-de-France, les Hauts de France et la Bretagne pour donner à voir une image circonstanciée et nuancée du rapport des Gilets Jaunes aux enjeux environnementaux, bien éloignée d’une indifférence, d’une résistance de principe ou d’un déni de circonstance. Pour contacter le groupe : Magali della Sudda (m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr); Alix Levain (alix.levain@univ-brest.fr)

Enquête Gilets Jaunes

Le mouvement des Gilets jaunes a suscité de nombreuses réflexions et interrogations. Depuis le 19 novembre 2018 un collectif de recherche pluridisciplinaire mène l’enquête auprès des participantes et participants à cette mobilisation inédite. Il privilégie la collecte de données in situ, sur les lieux d’action en France et à l’étranger.
Ce carnet de recherche vise à rendre accessible à un public académique et non académique les résultats de l’enquête menée par le collectif de recherche « Enquête Gilets Jaunes ». Ce collectif basé au Centre Emile Durkheim (UMR5116) rassemble plus de 70 personnes de différentes disciplines – science politique, sociologie, géographie, anthropologie, économie et philosophie.
Il présente la méthodologie, des réflexions et résultats ainsi qu’une bibliographie sur le mouvement.

Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes

Arsinée André, Camille Bedock, Zakaria Bendali, Antoine Bernard de Raymond, Anne-Gaëlle Beurier, Pierre Blavier, Loïc Bonin, Amaïa Courty, Magali Della Sudda, Gauthier Delozière, Christèle Dondeyne , Charif Elalaoui, Fabrice Flipo, Camille Frémont, Maxime Gaborit,Antonin Girardin, Théo Grémion, Pierre Guillemin, Métilde Havard, Mila Ivanovic, Damien Larrouqué, Alix Levain, Pauline Liochon, Frédéric Neyrat, Lucas Ormière-Noblet, Laura Pauchard, François Pigot, Emmanuelle Reungoat, Tinette Schnatterer, Ludwig Spéter-Lejeune, Floriane Soulié, Valeria Alfieri, Etienne Walker, Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les gilets jaunes. Revue Francaise de Science Politique, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2019, 69 (5-6), pp.869-892. ⟨10.3917/rfsp.695.0869⟩. ⟨halshs-02413233⟩

Cette note de recherche est issue d’une enquête collective par questionnaire administrée entre novembre 2018 et mars 2019, conduite in situ pendant la mobilisation des Gilets jaunes. Elle se penche sur trois aspects : les difficultés méthodologiques inhérentes à l’enquête par questionnaire dans les mouvements sociaux, les caractéristiques sociodémographiques des participants et, enfin, leur rapport au politique et leurs revendications. Les Gilets jaunes ont mobilisé certaines fractions des classes populaires et moyennes. C’est aussi un mouvement social dans lequel se retrouvent à la fois des personnes primo-mobilisées et des individus aux ressources militantes certaines. Nous montrons l’existence de différences de profils sociaux et politiques selon le lieu et le moment de l’implication des personnes auprès de qui nous avons enquêté.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02413233v1

“How to investigate a mobilisation in the heat of the moment : The case of a questionnaire survey among the Yellow jackets”

Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes*, “Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation en cours : une étude sur les Gilets jaunes”, Revue française de science politique, 2019, n°5, Vol. 69, pages 869 à 892.

https://doi.org/10.3917/rfsp.695.0869

This article, originally published in the Revue française de science politique, is based methodological issues raised during a collective research among the Yellow Vests. It is based on a face-to-face survey conducted in situ between November 2018 and March 2019, during the Yellow Vest movement. It focuses on three areas: the methodological challenges linked to survey research in social movements; the sociodemographic characteristics of participants and, lastly, their engagement and demands in relation to politics. The Yellow Vest movement has mobilized certain segments of lower- and middle-income groups. As a social movement, it also brings together people with very different levels of prior experience in political activism. We also show the existence of different social and political profiles according to the place and time at which interviewees were involved in the movement.

Authors : Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes : Alfieri Valeria, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Arsinée André, volonteer civil service; Camille Bedock, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Zakaria Bendali, PhD student, Sociology, CRAPUL ; Antoine Bernard de Raymond, Researcher, Sociology, INRA, Irisso, université Paris-Dauphine ; Anne-Gaëlle Beurier,  master student,  Political science, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye ; Pierre Blavier, researcher, sociology, CNRS, Clersé ; Loïc Bonin, master student, ENS ; Amaïa  Courty, PhD student, Political science, Centre Émile Durkheim ; Magali  Della Sudda, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux; Gauthier Delozière, graduate student, Sciences Po Paris ; Christèle Dondeyne, lecturer, LABERS & université de Bretagne occidentale ; Charif Elalaoui, PhD student, sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Fabrice Flipo, Professor, Philosophy, Institut Mines-Télécom BS/LCSP & université de Paris ; Camille Frémont, PhD Sociology, CERReV & université de Caen Normandie ; Maxime  Gaborit, PhD student, Sociology, université Saint-Louis, Bruxelles ; Antonin Girardin, PhD student geography, ESO & université de Caen ; Theo Grémion, master student Sociology, EHESS ; Pierre Guillemin, PhD student,  ESO & université  de  Caen  Normandie ;  Métilde Havard, PhD student geography, ESO-Caen ; Mila Ivanovic, PhD Political science, ; Damien Larrouqué, post-doc INAP, universidad de Chile ; Alix Levain, researcher, CNRS, AMURE ; Pauline Liochon, master student IOES, université Paris-Dauphine, EHESS, MINES ParisTech ; Frédéric Neyrat, professor, Sociology, DySoLab & université de Rouen ; Lucas Ormiere-Noblet, PhD student, Centre Émile Durkheim & Sciences Po Bordeaux, Universidad Autónoma, Madrid ; Laura Pauchard, research engineer, ESO & université  de  Caen  Normandie; François Pigot, master student, Political science institute Bordeaux ; Emmanuelle Reungoat, lecturer, CEPEL, université de Montpellier ; Tinette Schnatterer, researcher, Political science, CNRS, Centre Émile Durkheim & Political science institute Bordeaux ; Ludwig Spéter Lejeune, master student, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Floriane Soulié, PhD student, Political science, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Étienne Walker, lecturer, geography, ESO & université de Caen Normandie.

Qui sommes-nous?

L’enquête collective menée auprès des Gilets jaunes a été lancée le 19 novembre 2018 par des chercheuses du Centre Émile Durkheim (Bordeaux). Elle a réuni une centaine de personnes – étudiantes et étudiants de licence et master, doctorantes et doctorants ou ayant achevé leur thèse, des enseignantes-enseignants et chercheuses-chercheurs.

Aujourd’hui, différents projets de recherche ont obtenu des financements. Ce carnet de recherche présente les travaux en cours de l’ANR GILETS JAUNES (2021-2025) coordonnée par Magali Della Sudda (CNRS/Centre Émile Durkheim), avec Etienne Walker (Université de Caen/ESO), Yann Le Lann (Université de Lille/Clersé), Frédéric Gonthier (Institut d’études politiques de Grenoble/Pacte), Emmanuelle Reungoat (Université de Montpellier/CEPEL), Alix Levain (CNRS/AMURE), Olivier Baisnée (Institut d’études politiques de Toulouse/LERASS).

Les membres de l’équipe ANR GILETSJAUNES et axe de travail

Les membres du réseau d’enquête Gilets jaunes

Le réseau d’enquête est constitué des étudiantes, étudiants, doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants et collègues travaillant sur différents sujets en lien avec les Gilets jaunes. Nous organisons des manifestations scientifiques communes et échangeons sur nos recherches respectives.