Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

Comprendre le mouvement des Gilets jaunes avec des méthodes mixtes/Understanding the French Yellow Vest Movement through the lens of mixed methods”

Mercredi 29 Septembre 2021, 14h00-19h15

Cette journée était initialement organisée dans le cadre d’une mini-conférence de la conférence de l’American Political Science Association. En raison de la crise sanitaire, elle n’a pu se dérouler comme prévu. Nous avons donc choisi de présenter les communications à Paris, avec le soutien des programmes de recherche LONGI et de l’ANR GILETSJAUNES. En raison de la crise sanitaire, elle ne peut se tenir en présence du public. Mais nous trouverons des formats accessibles pour diffuser nos résultats.

This workshop was initially organised as a mini-conference of the American Political Science Association conference. Due to the COVID crisis, it could not take place as planned. We therefore chose to present the papers in Paris, with the support of the LONGI research programme and the ANR GILETSJAUNES. Due to the health crisis, our meeting cannot be held in public. But we will find accessible formats to disseminate our results.

Crédit: C. Sagat, Centre Emile Durkheim

Session 1 :   14h15-15h45 How the YVM Challenges Social Movements Studies and Assumptions about Contentious Politics

Chair : Emmanuelle Reungoat, CEPEL/Univ. de Montpellier

Discussant: Olivier Fillieule, Univ. de Lausanne/CRAPUL.

14h15-14h35:  “How political are Yellow Vests’ Ecologies?”

Alix Levain, CNRS/AMURE/ University of Brest, Christèle Dondeyne, University of Brest, Yann Le Lann, University of Lille, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Magali Della Sudda CNRS/CED, Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL.

14h35-14h55: “Gender, a Useful Category of Analysis for the Yellow Vests Movement”/Male Standards of Behaviour and Women’s Involvement in the Yellow Vests Movement”

Jean-Baptiste Devaux, Sciences Po Lyon, Marion Lang Univ. of Saint-Etienne, Antoine Lévêque Sciences Po Lyon, Christophe Parnet, Sciences Po Lyon, Valentin Thomas, IRISSO.

14h55-15h15: “Family as a vehicle for mobilization. The Yellow Vests movement in France”

Antoine Bernard de Raymond, INRAE/GRETHA & Sylvain Bordiec, University of Bordeaux.

15h15-15h45 Discussion by Olivier Fillieule

Session 2:   16h-17h30 Understanding a Social Movement through various Quantitative analysis: the Case of the Yellow Vests Movement

Chair: Magali Della Sudda, CNRS/CED

Discussant: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po, Paris/Washington State University)

16h00-16h20: “Punish or partake? The Yellow Vests’ democratic aspirations through mixed methods analysis”

Camille Bedock, CNRS/CED, Frédéric Gonthier, Sciences Po Grenoble/PACTE; Tristan Guerra, Sciences Po Grenoble/PACTE; Chloé Alexandre, Sciences Po Grenoble/PACTE, Stephanie Abrial, CNRS/PACTE.

16h20-16h40: “Shedding light on the Yellow Vests movement through its spatial dimension, from the gathering places to the origins of the participants”

P. Blavier, CNRS/CLERSÉ & É. Walker, Univ. de Caen/ESO.

16h40-17h00: “Gathered in their diversity. Understanding the social and political dynamics of the Yellow vest’s mobilization”

Jean-Yves Dormagen, Univ. Montpellier/CEPEL; Laura Michel, Univ. Montpellier/CEPEL; Emmanuelle Reungoat Univ. Montpellier/CEPEL.

17h00-17h30: Discussion by Amy G. Mazur.

Pause 10 min

Session 3:   17h45-19h15 Social movements as stepping stone to politicization

Chair: Amy G. Mazur, Johnson Professor of Political Science/ Associate Researcher, LIEPP Sciences Po Paris/Washington State University

Discussant: Nina Eliasoph, Professor of Sociology, University of Southern California.

17h45-18h15: “Becoming Political While Avoiding Politics: A Study of Yellow Vests First-Timers”

Emmanuelle Reungoat, Univ. Montpellier/CEPEL; François Buton CNRS/ENS Lyon; Cécile Jouhanneau, Univ. Paul Valéry Montpellier/Art-Dev.

18h15-18h35 “From the Yellow Vests protest to the City Council “

Magali Della Sudda, CNRS/CED.

18h35-18h55 “Live-streaming as engagement in the Yellow vests movement”

Olivier Baisnée, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Alizé Cavé, Sciences Po Toulouse/ LaSSP, Cyriac Gousset, Sciences Po Toulouse/ LaSSP; Jérémie Nollet, Sciences Po Toulouse/ LaSSP & Fanny Parent, Sciences Po Toulouse/ LaSSP.

18h55-19h15: Discussion by Nina Eliasoph.

Organisation :

Emmanuelle Reungoat, Assistant Professor of Political Science, University of Montpellier (France)/CEPEL* emmanuelle.reungoat@umontpellier.fr

Magali Della Sudda, CNRS Research Fellow in Political Science, CNRS/Centre Emile Durkheim-Bordeaux Political Science Institute & Visiting Scholar 2020-21 CASBS, Stanford.  * m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr

Fundings : ANR GILETSJAUNES & LONGI

Gestion des données et confidentialité

Le Plan de gestion des données

Le Plan de gestion des données (PGD) est un outil qui récapitule la manière dont les données sont collectées, traitées, conservées accessibles, qui en est la ou le propriétaire, en conformité avec le Règlement européen 2016/679 sur la protection des données (RGPD) et la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée. Il a été établi en juin 2021 et sera révisé tous les 6 mois. Pour l’établir, nous utilisons le portail public OPIDoR, sécurisée et conforme aux objectifs de la sciences ouvertes qui guident la recherche publique.

Vos données personnelles

Une donnée personnelle est toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable. L’objectif du RGPD est de protéger la vie privée et les libertés individuelles. Pour ce faire, notre équipe a suivi et organise des formations et a mis en place des outils. Une responsable des données personnelles coordonne la politique de gestion avec la coordinatrice de l’ANR et chaque axe de recherche a une personne responsable en son sein. Lorsque des données personnelles sont collectées, la personne participant à l’enquête doit être informée de leur utilisation : comment et dans quel but elles sont collectées, anonymisées ou pseudonymisées, traitées et stockées, ainsi que les conditions de leur réutilisation au sein de l’équipe ou par d’autres équipes de recherche. Si les données collectées sont sensibles au sens RGPD, un consentement signé par la personne est requis. Chaque personne participant à l’enquête a un droit d’accès à ses données personnelles, un droit de rectification, un droit à l’oubli, un droit à la limitation, un droit à la portabilité et un droit à l’opposition. Elle peut aussi retirer son consentement en contactant la responsable de la gestion des données et la coordinatrice du projet ANR GILETSJAUNES. Un travail global de mise en conformité et de gestion des risques est en cours avec l’appui du service de protection des données du CNRS.

 

Valorisation des résultats de la recherche

En lien avec les principes dits FAIR (facilité à trouver, accessibilité, interopérabilité et réutilisation), notre stratégie de dissémination s’organisera autour des trois axes suivants. Nous visons une mise à disposition du public, via le portail français d’accès Progedo Quetelet Diffusion, a) des bases de données quantitatives primaires et secondaires, et b/ d’un catalogue harmonisé référençant les données (non identifiantes) et métadonnées clefs des entretiens, focus-groups et
observations réalisées dans le cadre du projet et en amont du projet. L’ouverture des données sera examinée au cas par cas au regard du cadre juridique et sous réserve de l’accord des propriétaires de données. Les partenaires s’appuieront ici sur les compétences des Plates-formes Universitaires de Données, présentes à Caen, Grenoble, Lille et Toulouse. Pour accompagner l’ouverture, un ou plusieurs data papers seront publiés dans des revues à comité de lecture de type data journal.

Outre le dépôt (obligatoire) des articles en archives ouvertes (Hal-SHS), nous privilégierons une valorisation de nos livrables scientifiques sur la plateforme OpenEdition et via les solutions revues.org, Hypothèses.org et OpenEdition Books. Notre carnet Hypothèses (Collectif Jaune Vif) sera régulièrement alimenté par nos résultats de recherche et, dans la mesure du possible, d’un podcast nourri par les membres des différents Work Packages (Axes de recherche). Le nombre important de partenaires engagés dans le projet et de thématiques examinées permet une multiplication des livrables. De même, le fait d’inscrire le projet dans un temps long, en couvrant notamment les prochaines grandes échéances électorales, garantit une forme d’actualité aux productions envisagées.

L’équipe ANR GILETSJAUNES

Une “ANR” est un projet de recherche financé par l‘Agence nationale de la recherche française. Sur les 99 projets soumis en 2020, 12 ont été financés, dont celui-ci. Il repose sur une équipe de partenaires et sur un réseau d’enquête.

Les partenaires de GILETSJAUNES

Magali Della Sudda

Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS en science politiqueau Centre Émile Durkheim, coordinatrice du projet. Habilitée à diriger les recherche, elle est l’une des initiatrice de l’enquête collective menée dès le 19 novembre 2018 auprès des Gilets jaunes sur différents sites de mobilisations. Sa thèse sur la politisation des femmes avant le droit de vote en France et en Italie a montré comment l’Église catholique a fait entrer les femmes conservatrices dans la civilisation électorale en concevant le suffrage comme un moyen et non une fin. Dans le cadre de l’ANRGENEREL (2011-2014), elle a montré avec Victor Marneur et Fanny Bugnon le rôle du genre dans l’accès des femmes aux mandats municipaux. Après avoir soutenu une habilitation à diriger les recherches sur les recompositions des droites entre 2012 et 2019, elle s’intéresse aux mobilisations contemporaines.

Etienne Walker est maître de conférence en géographie à l’IUT d’Alençon et membre du laboratoire ESO-CAEN.

Yann Le Lann

Yann Le Lann est maître de conférence de sociologie à l’Université de Lille et rattaché au laboratoire Ceriès. Il coordonne le collectif de recherche Quantité Critique.

Frédéric Gonthier

Frédéric Gonthier est professeur des université habilité à diriger les recherches en science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble et rattaché au laboratoire Pacte. Ses travaux portent sur les valeurs des Français et des Européens. Ils interrogent notamment les attitudes à l’égard de l’économie et de l’État providence dans une perspective comparative. Ils ont été publiés dans des revues internationales (Acta Politica, European Journal of Political Research, International Journal of Sociology, French Politics) et nationales (Revue française de science politique, Revue française de sociologie, Rassegna Italiana di Sociologia). En tant que membre du Methodology Group de la European Values Study et responsable de l’International Social Survey Programme pour la France, je suis par ailleurs très impliqué dans les dynamiques de recherche collective mobilisant les grandes enquêtes sociales internationales. Il assure aujourd’hui pour le CNRS une mission de coordination scientifique des grandes enquêtes sociopolitiques en France, dans le cadre de la TGIR Progedo.

Emmanuelle Reungoat

Emmanuelle Reungoat est maîtresse de conférence en science politique à l’Université de Montpellier et membre du CEPEL. Docteure en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2012), elle a reçu l’accessit du Prix de thèse P. Pfimlin, Parlement Européen. Particulièrement impliquée dans la recherche sur les Gilets jaunes, elle est porteuse du projet « Devenirs Gilets jaunes », MSH SUD, 2019-2020, du projet inter-MSH : LonGI, approches biographiques comparée des gilets jaunes 2020-2022 . Elle a participé au projet « Gilettes, les Gilets jaunes au prisme du genre », Projet « Les Gilettes » financé par le GIS Genre, 2019-2020 et est associée au projet BAROC (dir. JY. Dormagen), Baromètre d’opinion en Occitanie, Projet financé par la Région Occitanie, 2019-2021.

Alix Levain

Alix Levain est chargée de recherche en anthropologie au laboratoire AMURE. Elle aborde les changements et les crises environnementales en s’appuyant sur des enquêtes ethnographiques, mobilisées sur différents sites d’étude (notamment en Bretagne et en Chine). Ses travaux portent particulièrement sur les modes de prise en compte et de prise en charge des transformations de l’environnement littoral, au travers d’une analyse diachronique et synchronique de l’émergence des problématiques de prolifération algale et d’eutrophisation littorale, en tant que phénomènes, en tant que problèmes publics et en tant que risque. Dans ce cadre, elle observe plus particulièrement la façon dont les connaissances se construisent, se transforment, circulent et se confrontent dans l’espace public. Sa thèse porte sur les proliférations d’algues vertes en Bretagne. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective de renouvellement de l’analyse des formes contemporaines d’interprétation des pollutions et d’émergence, de cadrage et de prise en charge des problèmes écologiques. Elles se situent ainsi au confluent de l’anthropologie de la nature, de la sociologie des sciences et de la sociologie pragmatique.

Olivier Baisnée

Olivier Baisnée est maître de conférence en science politique à l’Institut d’études politiques de Toulouse. Il est rattaché au LaSSP. Ses domaines de recherche concernent la sociologie du journalisme et de la communication, la sociologie politique de l’UE et les mouvements sociaux et conflits du travail. Il a récemment publié « A study in journalistic boredom. The contested (political) nature of EU news. » in Raymond Kuhn & Rasmus Nielssen (dirs.), Political Journalism in transition, I.B. Tauris, 2013 et avec Sandra Vera Zambrano, “Realms of influence on media accountability” in Susan Fengler et al. (dirs.), Media Accountability and Transparency in Europe, Peter Lang (2014).

L’équipe de GILETSJAUNES et les axes de travail

Configurations et spatialités du mouvement des GJ (Responsable : E. Walker, ESO-Caen)

Charif Elalaoui, est doctorant en sociologie (politique) à l’Université de Caen Université de Caen Normandie, CERReV (EA 3918). Ses recherches portent sur les processus de socialisation au politique, les mouvements sociaux en France, le « Printemps arabe » et les trajectoires militantes au Maroc. Son travail de thèse vise — dans une perspective attentive aux configurations structurelles —  à explorer les espaces vécus et produits par les Gilets jaunes à Caen ; et la manière dont ils/elles redéfinissent le répertoire d’actions collectives.

 

Laura Pauchard est Ingénieure d’Études – MEN et membre de l’équipe ESO-Caen. Elle s’occupe de la production, analyse et traitement de données et d’enquêtes. Elle participe à des projet en cours : Atlas social de Caen, https://atlas-social-de-caen.fr/, notre ANR Gilets jaunes, la Revisite de l’observation du changement Social dans le Domfrontais et DAFNOR Dans et Autour des Fôrets Normandes.

 

Mathieu Uhel est Maître de conférences en Géographie, IUT d’Alençon, il est membre de l’équipe ESO-Caen. Il est Membre du collectif d’organisation du séminaire de recherche intitulé Pratiques et pensées de l’émancipation, laboratoires ESO Caen et CERReV, Université de Caen – Normandie, ainsi que de différents collectifs de recherche: Membre du collectif de Revisite de l’Observatoire du Changement Social (ROCS), laboratoires ESO Caen et CERReV, Université de Caen – Normandie; Membre du Groupe de recherche sur le Syndicalisme Universitaire Professionnel (SUP), Universités de Caen, Le Havre et Rouen; Membre du Groupe Universitaire de Recherche sur les Valeurs et Idéologies de la Technocratie comme Classe Hégémonique (GURVITCH), laboratoire CERReV, Université de Caen – Normandie (2012-2019)

Nicolas Raimbault est Maître de conférences à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN). “Mes travaux de recherche ont pour objectif de contribuer à l’analyse des articulations entre les dynamiques de changement social, les modalités de la production des espaces urbains et les logiques de la gouvernance urbaine et métropolitaine. J’analyse ces articulations à partir des périphéries proches et lointaines de plusieurs métropoles européennes (Paris, Rotterdam et Luxembourg) et notamment autour des espaces industriels et logistiques. Dans ce cadre, mes recherches actuelles portent sur les transformations des espaces ouvriers et sur leur gouvernance, dans le contexte de l’essor des emplois ouvriers dans les services, notamment logistiques, et de la chute des emplois manufacturiers, au sein des régions urbaines européennes et nord-américaines. Par cette analyse du redéploiement socio-spatial des ouvriers contemporains, j’articule étude des ségrégations urbaines et économie politique de la production des espaces populaires. Cette perspective pluridisciplinaire (géographie urbaine sociale, géographie économique, aménagement de l’espace et sociologie de l’action publique) montre dans quelle mesure la place des groupes sociaux tient aux médiations territoriales, et notamment aux modalités de la production de l’espace urbain, qui contribuent à les rendre plus ou moins (in)visibles”.

Jean Rivière, est Maître de Conférences – en délégation CNRS dans l’UMR ESO (2019-2020), à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN).

“Mon activité de recherche s’inscrit dans le domaine des sciences sociales, et plus spécifiquement dans le champ de la géographie sociale centrée sur l’étude de la dimension spatiale des inégalités et des rapports de pouvoir et de domination. Je m’attache en effet à analyser les recompositions sociologiques en cours dans différents types d’espaces résidentiels (des centres urbains aux mondes ruraux) en relation avec les comportements électoraux qui s’y expriment. En cela, l’étude contextualisée de la production des votes constitue une entrée thématique qui permet d’envisager plus largement les rythmes et les modalités du changement social, tout autant que les transformations des sociabilités locales, dont la perception par les habitants n’est pas sans effets en matière de dispositions politiques et de choix électoraux.”

Stéphane Loret est ingénieur d’études au laboratoire d’ESO-Nantes.

Pierre Blavier est Chargé de recherche au CNRS au laboratoire Clersé (UMR8019) à Lille. Il est spécialiste de Méthodes quantitatives, Travail et emploi – Budgets de famille – Relations professionnelles – Mouvements sociaux.

Carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales (RS : Y. Le Lann, CERIES)

Nathan Gaborit est ingénieur d’études en traitement et analyse de données quantitatives sur le projet. Diplômé du master de science politique de l’Ecole de la Recherche de Sciences Po, il s’est intéressé aux continuités entre les catastrophes sociales et écologiques dans le cadre de son mémoire portant sur les survivalistes en France. Il est également membre du collectif Quantité Critique, au sein duquel il a contribué aux recherches menées sur le mouvement climat en France, et notamment les formes de convergences avec le mouvement des Gilets Jaunes.

 

Quelles valeurs et comportements politiques ? (RS : F. Gonthier, PACTE)

Sandrine Astor, Ingénieure d’études à Sciences Po Grenoble – Laboratoire Pacte.

Simon Persico, professeur des universités en science politique.

Spécialiste des partis politiques, des dynamiques d’attention et des politiques environnementales, Simon Persico est Professeur des Universités à Sciences Po Grenoble, rattaché au laboratoire Pacte depuis septembre 2017. Il a obtenu son doctorat de science politique à Sciences Po Paris en 2014 à la suite d’un travail portant sur la réaction des grands partis de gouvernement face à l’écologie. Il a également été ATER auprès de l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, puis a été post-doctorant auprès de plusieurs projets, auxquels il continue à contribuer, notamment le projet ANR Partipol (Pacte, CNRS, IEP de Bordeaux), qui s’intéresse aux conditions du respect des promesses électorales. Il a aussi collaboré au projet CREATE (Horizon 2020), sur les transformations des politiques de transport dans cinq capitales européennes (Berlin, Copenhague, Londres, Paris, Vienne), ainsi qu’au Comparative Agendas Project. Simon est l’auteur de plus d’une dizaine d’articles et de chapitres sur l’impact des partis sur les politiques publiques, la réaction des partis face aux nouveaux enjeux, et le développement de l’écologie politique.

 

Sonja Zmerli To understand and explain how institutional settings and features of society impinge on individuals’ social and political attitudes and behaviour, and how the latter feed back again into the broader context, is at the core of my research interests. From a comparative perspective and mostly focusing on European societies, I have been conducting empirical research on various topics, such as civil society, social capital, political participation, norms of citizenship as well as political trust and its interrelationship with welfare regimes, corruption and perceptions of income inequality. To gain substantive insights into the complexities of these interactions and their underlying mechanisms, I fully subscribe to the contributions of interdisciplinary analyses with a particular interest in Political Psychology which embraces theoretical and empirical achievements that derive from psychology and social psychology.

Since September 2015, I am Professeure des universités à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Before my arrival at Grenoble, I held various positions at the Goethe-University Frankfurt/Main, at the University of Mannheim and the TU Darmstadt (all previous positions in Germany).

Quels processus de politisation du mouvement et par le mouvement ? (RS : M. Della Sudda, CED ; Co-RS : E. Reungoat, CEPEL)

Camille Bedock

Antoine Bernard de Raymond

Sylvain Bordiec

François Buton

Élisabeth Godefroy est doctorante en sociologie politique à Sciences Po Bordeaux, rattachée au Centre Émile Durkheim. C’est dans le cadre de son master en science politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne qu’elle a mené des enquêtes sur les mobilisations de femmes Gilets jaunes et sur l’enjeu de la représentation et des phénomènes de leadership au sein du mouvement, principalement en Ile-de-France. Aujourd’hui, elle poursuit ses recherches doctorales sur les processus de politisation du mouvement et par le mouvement des Gilets jaunes. Ce travail entend mettre en lumière les investissements de militants expérimentés et leurs effets sur les dynamiques de socialisation et de définition des enjeux de cette mobilisation, qui se caractérise par une forte participation d’individus primo-contestataires.

Cécile Jouhanneau

Tinette Schnatterer

Gilets jaunes et problèmes environnementaux : écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations (RS : A. Levain ; co-RS : C. Dondeyne, AMURE)

Christelle Dondeyne

Simon Persico

Emmanuelle Reungoat

Erwan Lecoeur

Etienne Walker

Chloé Alexandre

Magali Della Sudda

Florent Gougou

Zakaria Bendali

Yann Le Lann

La production médiatique des Gilets Jaunes (RS : O. Baisnée, Co-RS : J. Nollet, LaSSP)

Jérémie Nollet

Cyriac Gousset

Fanny Parent

Alizé Cavé

Gilets jaunes et compétition électorale : effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan (RS : F. Gougou, PACTE)

Quelle réception des Gilets jaunes par les habitants des quartiers populaires (RS : S. Abrial, PACTE)

Stéphanie Abrial

Julien Talpin

Responsable du plan de gestion des données :

Sandrine Astor, Ingénieure d’études à Sciences Po Grenoble – Laboratoire Pacte.

Investie, durant une dizaine d’années, en tant que chargée d’études économiques et sociales au sein d’un Observatoire départemental de l’emploi, j’ai contribué en parallèle à la supervision de terrains d’enquêtes sur la délinquance des mineurs et l’insécurité dans le cadre de travaux de Sebastian Roché (DR CNRS). Recrutée comme titulaire à Pacte en 2008, j’interviens comme ingénieure d’études en Sciences Sociales au sein d’Ariane – Groupe d’appui méthodologique. Mes compétences sont principalement centrées sur la production, le traitement, l’analyse et la valorisation des données.

Responsable FAIRisation des données :

Stéphane Loret, s’occupe de la gestion des données selon les principes FAIR. “Les principes FAIR (Findability, Accessibility, Interoperability and Reusability) définissent un ensemble minimal de principes qui permettent aux machines et aux humains de trouver, d’accéder, d’interopérer et de réutiliser les données et métadonnées de recherche. Les principes FAIR doivent être considérés comme des bonnes pratiques destinées à faciliter la réutilisation des données et des résultats de la recherche” d’après Fatiha Idmhand et Ioana Galleron pour le Groupe de travail Data_Cahier. Pour en savoir plus consultez le carnet hypothèse dédié: https://gapn.hypotheses.org/1533

 

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

Vincendon, Salomé, “Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans”, BFMTV, 17/11/2020

Dans cet article, la journaliste Salomé Vincendon revient sur le mouvement social des Gilets jaunes en donnant la parole aux participantes et participants, ainsi qu’à Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et Magali Della Sudda, chargée de recherche en science politique au Centre Émile Durkheim (CNRS/Sciences Po Bordeaux).

“On retrouve entre un tiers et la moitié de primo-manifestants, voire des primo-contestataires”, soit qui n’ont jamais participé à une mobilisation sociale, explique à BFMTV.com Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Montpellier. Elle réalise depuis la fin 2018 des enquêtes qualitatives et quantitatives sur la mobilisation des gilets jaunes, avec un groupe de chercheurs.

Emmanuelle Reungoat, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

« Gilets jaunes » : Essoufflement et pandémie… Où en est le mouvement, deux ans après sa création ?

Trois membres de l’enquête GILETSJAUNES évoquent le mouvement pour ses deux ans d’existence. Entretien avec Tristan Guerra, Frédéric Gonthier, Magali Della Sudda par Lucie Bras.

Bras, Lucie, Della Sudda, Magali, Gonthier Frédéric, Guerra Tristan, « Gilets jaunes » : Essoufflement et pandémie… Où en est le mouvement, deux ans après sa création ?, 20 Minutes, 16 novembre 2020.

https://www.20minutes.fr/societe/2909443-20201116-gilets-jaunes-essoufflement-pandemie-o-mouvement-deux-ans-apres-creation

Emmanuelle Reungoat, chercheuse en sciences politiques : les gilets jaunes “sont susceptibles de se remobiliser”

Emmanuelle Reungoat revient dans l’Union sur le mouvement des Gilets jaunes pour ses deux ans d’anniversaire.

Reungoat, Emmanuelle, “Emmanuelle Reungoat, chercheuse en sciences politiques : les gilets jaunes “sont susceptibles de se remobiliser””, L’Union, 16 novembre 2020.

https://www.lunion.fr/id207493/article/2020-11-16/emmanuelle-reungoat-chercheuse-en-sciences-politiques-les-gilets-jaunes-sont

Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

ANR Giletsjaunes: c’est parti!

L’enquête collective menée depuis le 19 novembre auprès des Gilets jaunes se poursuit avec un soutien de l’Agence nationale de la Recherche. Six équipes de recherches vont travailler durant quatre ans auprès des personnes participant ou ayant participé à ce mouvement social d’ampleur inédite.

La contestation des Gilets jaunes (GJ) a surpris par son ampleur, ses formes et ses évolutions. Ce projet réunit les différents collectifs de recherche qui travaillent sur les GJ depuis le début du mouvement. Il vise d’abord à documenter les caractéristiques sociospatiales, sociologiques et politiques des GJ. Il s’intéresse ensuite aux processus de politisation et de transformations du répertoire d’action, en approfondissant la question du rapport aux enjeux environnementaux. Interrogeant également la portée de la contestation, le projet vise enfin à mesurer la réception médiatique, politique et sociale du mouvement. Pour ce faire, le projet s’appuiera sur un très riche corpus de données quantitatives et qualitatives collectées depuis novembre 2018. Ces données seront enrichies et mises en perspective avec de nouvelles données permettant notamment d’approfondir les effets de politisation du mouvement, ses formes et logiques de médiatisation, ainsi que ses conséquences sur l’offre et la demande politiques. Notre design de recherche repose sur la mixité des méthodes pour analyser des matériaux de nature et d’origine variés, mais constitués en corpus dont la richesse (diversité des modes et des échelles de recueil, ancrage dans différents espaces, dimension diachronique) et la complémentarité concourent à la portée heuristique du projet. La démarche comparative et l’approche pluridisciplinaire que nous mobilisons visent ainsi à rendre compte du mouvement des GJ dans ses différentes dimensions et à éclairer sa complexité configurationnelle, tout en permettant des généralisations par la mise en regard des différents matériaux et sites. Des formations communes (BaseX, SIG, numérique) permettront de mettre cette démarche à l’épreuve des corpus. Trois questions de recherche guident notre travail: premièrement, quelle sont les caractéristiques sociospatiales et sociologiques des Gilets jaunes? Pour y répondre l’équipe ESO explore les “configurations et spatialités du mouvement des GJ” (WP2) , tandis que l’équipe CERIES restitue les “carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales” (WP3) afin d’expliquer le déplacement de la conflictualité dans de nouveaux espaces. La seconde problématique concerne le rapport au politique des Gilets jaunes. Les valeurs et comportements politiques sont traitées par l’une des équipes de Pacte (WP4) et mis en relation avec les “processus de politisation du mouvement et par le mouvement” (WP5) étudiés de manière longitudinale par l’équipe CED. Plus spécifiquement, le projet montre comment s’articulent les “Gilets jaunes et problèmes environnementaux” via l’étude de leurs “écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations” (WP6) faite par l’équipe AMURE. La troisième question de recherche porte sur les réceptions médiatiques, politiques et sociales du mouvement des Gilets jaunes. L’équipe du LASSP s’intéresse à “la production médiatique des Gilets Jaunes” (WP7), en lien avec les “effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan” que produit le mouvement saisis par l’équipe de Pacte (WP8). Plus particulièrement, l’équipe de Pacte se penche sur la “réception des Gilets jaunes par les habitant.e.s des quartiers populaires”. Au finale, avec ce projet résolument pluridisciplinaire, inscrit au coeur de l’axe 4.4 « Inégalités, discriminations », nous ambitionnons d’expliquer la fois qui sont les GJ, ce qu’ils font à la politique et ce que la politique leur fait.

“La fin des cabanes. Ethnographie de l’espace militant des ronds-points de Camon” par Loïc Bonin & Pauline Liochon

Bonin, Loïc, Liochon, Pauline, “La fin des cabanes. Ethnographie de l’espace militant des ronds-points de Camon”, Contretemps : Revue de critique communiste, 2 juin 2020.

“Le 17 novembre 2018[1], date de début du mouvement des gilets jaunes, s’érigent un peu partout en France des cabanes sur les ronds-points. Espace informationnel, organisationnel et social, les cabanes ont été les centres névralgiques d’une contestation populaire. Il convient d’appréhender ces lieux dans une double dimension : à la fois comme un espace géographique physique avec ses frontières et ses bâtis, aménagé et aménageable par les militants, puis comme un espace social où des individus entretiennent des relations plus ou moins organisées et hiérarchisées.”

L. Bonin & P. Liochon, “La fin des cabanes…”

« Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes », Le Monde, 10/12/2018

Légende: Gilets jaunes Bordeaux Acte 1
Crédits photographiques : Pleinledos.org

Les premiers résultats d’une étude de sociologues, politologues et géographes sur cette mobilisation démontrent que les manifestants portent des revendications sociales plutôt que nationalistes

S’il n’y a pas de portrait type des manifestants, puisqu’une des caractéristiques du mouvement est sa diversité, les « gilets jaunes » sont d’abord des personnes, hommes et femmes, qui travaillent (ou, étant retraités, ont travaillé), âgées de 45 ans en moyenne, appartenant aux classes populaires ou à la « petite » classe moyenne. Les résultats, encore très provisoires, présentés ici s’appuient sur l’analyse de 166 questionnaires distribués auprès des participants aux actions sur les ronds-points et aux péages, ou lors des manifestations des 24 et 1er décembre, par une équipe d’une dizaine de chercheurs et d’étudiants.

Une surreprésentation des employés et une sous-représentation des cadres Certaines catégories apparaissent comme particulièrement surreprésentées au sein des « gilets jaunes » qui nous ont répondu. C’est le cas des employés, qui constituent 33 % des participants (soit 45 % des actifs présents, ­contre 27 % de la population active française). Ils sont plus de deux fois plus nombreux que les ouvriers, qui représentent 14 % des participants. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprise sont également particulièrement nombreux : 10,5 % des participants (14 % des actifs présents, contre 6,5 % de la population active française).

A l’inverse, les professions intermédiaires et les cadres sont peu représentés : les premiers comptent pour 10 % des participants (13 % des actifs présents, contre 26 % de la population active française); les seconds sont à peine 5 % des participants (7 % des actifs présents, contre 18 % de la population active française) dans les cortèges et blocages qui ont eu lieu entre le 24 novembre et le 1er décembre. Un quart des participants au mouvement des « gilets jaunes » appartiennent à la catégorie « inactifs »; pour la majeure partie, il s’agit de retraités.

Des manifestants « d’âge moyen » Les « gilets jaunes » participant à l’enquête ont en moyenne 45 ans, un peu plus que l’âge moyen de la population française, qui s’élève à 41,4 ans. Les classes d’âge les plus mobilisées sont les 35-49 ans (27,2 %), puis les 50-64 ans (26,6 %) et les 25-34 ans. Les 18-24 ans représentent 6,2 % des participants; les plus de 65 ans, 17,3 %.

Un mouvement mixte Les hommes (54 %) sont un peu plus nombreux que les femmes (45 %). Cependant, la forte proportion de femmes, appartenant souvent aux classes populaires, une catégorie sociale traditionnellement peu mobilisée politiquement, est un fait notable. On y lit une propension de femmes à manifester identique à celle que nous avons observée dans les cortèges des 24 novembre et 1er décembre. Un écart comparable (55 % d’hommes, 44 % de femmes parmi les répondants) était observé dans le questionnaire administré dans La Manif pour tous du 16 octobre 2016.

Les femmes ont toujours manifesté, comme le montrent de nombreux travaux historiques. Elles sont en revanche ici plus visibles. A cela plusieurs raisons : sans porte-parole officiel, représentants syndicaux et politiques, qui sont habituellement des hommes, et en absence de structures, les médias sont contraints de tourner le regard vers les participantes et participants « ordinaires . La forte dimension sociale du ­conflit et la centralité des revendications sur les conditions matérielles d’existence dans le mouvement social participent à la visibilité des femmes.

Une surreprésentation des bacheliers et des titulaires de CAP et BEPQuelque 20 % des personnes interrogées sont diplômées du supérieur (contre 27 % de la population générale, données Insee 2014); 5 % des participants ont un bac + 4 et au-delà, tandis que les deux niveaux de diplôme les plus représentés sont les détenteurs de BEP et CAP, qui sont 35 % (contre 24 % dans la population générale), et les bacheliers (29,3 % des répondants, contre 16,5 % de la population générale). Seuls 15,4 % des participants ont un diplôme inférieur au brevet (31,4 % de la population générale). Toutefois, le 8 décembre, nous avons reçu davantage de réponses de la part de personnes ayant un diplôme de master ou équivalent. Se dessine ainsi une population de participants ayant des niveaux de qualification intermédiaires.

Des mobilisés aux revenus modestes Quelque 55 % des répondants nous déclarent être imposables (une proportion presque identique à la population générale) et 85 % indiquent posséder une voiture. Le revenu médian du foyer déclaré représente 1 700 euros par mois, soit environ 30 % de moins que le revenu médian moyen déclaré de l’ensemble des ménages (enquête « Revenus fiscaux et sociaux » 2015 de l’Insee). Les participants aux actions des « gilets jaunes » sont donc pour la majorité d’entre eux des individus aux revenus modestes. Ils n’appartiennent pas aux catégories les plus précarisées économiquement : 10 % d’entre eux déclarent avoir un revenu inférieur à 800 euros par mois (contre 519 euros pour les 10 % des ménages français les plus pauvres).

Des primo-manifestants en nombre et des modes d’action variés Pour presque la moitié des répondants (47 %), le mouvement des « gilets jaunes » constitue leur première mobilisation. Seuls 44 % ont déjà participé à une grève. Il s’agit donc de participants peu rompus à l’action collective. Aux questions posées sur les formes d’action collective que la personne serait prête à accomplir ou à laquelle elle a déjà participé, la manifestation est le mode d’action le plus plébiscité (81 %), suivi par la pétition (69,4 % d’entre eux déclarent en avoir déjà signé une). Presque 9 participants sur 10 rejettent les modes d’action impliquant des violences aux biens, mais 58,8 % d’entre eux se déclarent par exemple prêts à occuper un bâtiment administratif. La moitié exclut également l’idée d’aller manifester à Paris, les répondants évoquant des raisons économiques, la violence et la nécessité de rester visible en province pour justifier ce choix. Sur le consentement à l’impôt, seuls 5 % des participants déclarent avoir déjà refusé de payer l’impôt, tandis que 58,4 % l’excluent complètement comme moyen d’action. Des analyses séparées ont d’ailleurs relevé très peu de différences entre les réponses des hommes et des femmes.

Un rejet des organisations représentatives traditionnelles et des orientations politiques atypiques Notre enquête confirme également le large rejet des organisations représentatives traditionnelles : 64 % considèrent que les syndicats n’ont pas leur place dans le mouvement, 81 % pensent de même pour tous les partis politiques.

Ce rapport de distance ou de méfiance à l’égard du système de représentation institué se retrouve lorsque les répondants sont invités à se situer sur l’échelle gauche-droite. La réponse dominante consiste à se déclarer comme apolitique, ou « ni de droite ni de gauche » (33 %). En revanche, parmi ceux qui se positionnent, 15 % se situent à l’extrême gauche, contre 5,4 % à l’extrême droite; 42,6 % se situent à gauche, 12,7 % à droite et, surtout, seulement 6 % au centre. En comparaison, un sondage conduit par Ipsos en avril montrait que 22 % des Français rejettent le clivage gauche-droite, quand 32 % se situent à gauche et 39 % à droite. Cette grande diversité du rapport au politique est un élément majeur de la singularité du mouvement.

Les motivations : pour le pouvoir d’achat et contre une politique favorable aux riches Pour les répondants, il s’agit moins d’une révolte contre une taxe en particulier, ou pour la défense de l’usage de la voiture, qu’une révolte contre un système fiscal et de redistribution jugé inique. Une révolte contre les inégalités, mais aussi contre une parole politique qui les méprise et les infériorise symboliquement. Il s’agit à la fois de défendre leur pouvoir d’achat et leur accès à un standard de vie (notamment les loisirs, de plus en plus inaccessibles) et d’une exigence de respect à leur égard et de reconnaissance de leur dignité de la part du personnel politique (gouvernement et président de la République).

Nous avons invité les participants à s’exprimer sur leurs motivations à travers une question ouverte en début du questionnaire (« Pourquoi manifestez-vous aujourd’hui? »). Un pouvoir d’achat trop faible est le premier motif évoqué (plus de la moitié des répondants). Plusieurs personnes se plaignent de ne plus pouvoir s’offrir le moindre plaisir (« J’ai la vingtaine et j’ai pas une thune. Si je veux sortir, je dois me mettre à découvert. »). Des mères de famille nous font part de leurs fins de mois difficiles (« J’aimerais bien que mes enfants puissent avoir à manger dans leurs assiettes, et pas que des patates les deux dernières semaines du mois »), qui entraînent parfois des difficultés de logement, dont ont témoigné aussi bien des jeunes étudiants (« Je n’ai pas les moyens de me loger, je vis dans la dépendance d’une amie. ») que cette mère de famille (« Nous étions obligés de descendre dans le Sud pour vivre chez ma belle-mère. »).

Suit, dans la liste des motivations, le fardeau fiscal trop important (69 répondants, dont 18 qui pointent explicitement le prix élevé du carburant). Près d’un sur cinq déclare être là pour protester contre le gouvernement actuel et demande la démission d’Emmanuel Macron, évoquant l’ « arrogance » de l’exécutif. Les termes de « monarchie », d’ « oligarchie » ou de « dictature » reviennent pour souligner son caractère illégitime. On voit poindre le 24 novembre, puis se confirmer le 1er décembre, la demande de réformes institutionnelles. Un dixième des enquêtés demandent des réformes institutionnelles. Cette tendance semble accentuée chez les participantes et participants aux cortèges du 8 décembre.

Une deuxième question ouverte portait sur les mesures que le gouvernement devrait prendre pour répondre aux revendications des « gilets jaunes . La réponse la plus fréquente est sans surprise une baisse des taxes et impôts, évoquée spontanément par un tiers des répondants. Pour 48 enquêtés, des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat sont également nécessaires. Parmi eux, 28 personnes demandent une augmentation du smic, voire des salaires en général, 14 une augmentation générale du pouvoir d’achat, 8 une augmentation des retraites. Des demandes de redistribution des richesses reviennent dans les réponses de 36 participants : 19 demandent spontanément la réintroduction de l’ISF, 5 une répartition plus juste des impôts.

Plus d’un cinquième des répondants demandent d’ailleurs tout simplement que le gouvernement écoute les citoyens, « qu’il se mette à [leur] place . Il s’agit ainsi d’une des préoccupations principales des personnes rencontrées. Enfin, une des spécificités de ce mouvement est la présence de revendications institutionnelles, en plus des revendications sociales. Ainsi, 26 personnes ont déclaré que des réformes institutionnelles importantes seront nécessaires pour qu’elles puissent considérer que le mouvement est un succès : 18 en demandant des changements parfois fondamentaux (par exemple, en réclamant une « réforme totale de l’Etat », « un autre système politique »), 8 en demandant la fin des privilèges des parlementaires et 4 en se disant convaincus de la nécessité d’une VIe République.

Il est à noter que seulement 2 des 166 personnes interrogées ont mentionné la gestion de l’immigration dans leurs réponses aux deux questions présentées. Cela invite à reconsidérer les analyses qui font du mouvement une émanation de l’extrême droite.

Les deux principales motivations des personnes mobilisées apparaissent donc comme étant une plus grande justice sociale (qu’il s’agisse d’un système fiscal faisant davantage participer les plus aisés, d’une meilleure redistribution des richesses ou encore du maintien des services publics) et la demande d’écoute de la part du pouvoir. Au ­contraire, les revendications nationalistes, liées notamment à l’identité ou à l’immigration, sont très marginales, démentant l’idée d’un mouvement qui serait noyauté par les électeurs ou les militants du Rassemblement national. Comme le souligne le sociologue Alexis Spire, auteur de Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat (Seuil, 312 pages, 22 euros), c’est avant tout le sentiment d’injustice fiscale, plus prégnant chez les classes populaires, qui explique cette mobilisation.

En résumé, cette révolte est bien celle du « peuple » – comme se revendiquent nombre de personnes interrogées au sens des classes populaires et des « petites » classes moyennes, celle des revenus modestes. Dès lors, plusieurs éléments font des « gilets jaunes » une ­contestation singulière par rapport aux mouvements sociaux des dernières décennies. Outre son ampleur, la forte présence des employés, des personnes peu diplômées, des primo-manifestants et, surtout, la diversité des rapports au politique et des préférences partisanes déclarées font des ronds-points et des péages des lieux de rencontre d’une France peu habituée à prendre les places publiques et la parole, mais aussi des lieux d’échange et de construction de collectifs aux formes rarement vues dans les mobilisations.Note(s) :

Autrices et auteurs : Camille Bedock, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS; Antoine Bernard de Raymond, Irisso, université Paris-Dauphine, INRA; Magali Della Sudda, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS; Théo Grémion, diplômé d’un master de géopolitique et d’une maîtrise d’urbanisme; Emmanuelle Reungoat, Centre d’études politiques de l’Europe latine, université de Montpellier; Tinette Schnatterer, Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS.

Jaunes et verts Vers un écologisme populaire?

par Théo GREMION, Diplômé de M2 Sociologie, EHESS et Maxime GABORIT, Doctorant et Assistant à l’Université de Saint-Louis (Bruxelles).

Grémion Théo et Maxime Gaborit, “Jaunes et verts : Vers un écologisme populaire ?, La Vie des idées, 20 décembre 2019.

L’opposition des gilets jaunes à la hausse de la taxe carbone exprimait-elle une indifférence aux enjeux écologiques? Comparant le mouvement aux marches pour le climat, deux sociologues identifient un discours écologique des classes populaires, entre conviction pratique et contraintes sociales.

À l’automne 2018 débute une période de forte contestation politique au cours de laquelle deux mouvements, surprenants par leur forme, leur durée et leurs modes d’action, ont ébranlé le paysage politique. Le mouvement pour le climat, d’un côté, émerge à la suite d’un été marqué par l’importante médiatisation des conclusions du GIEC, puis par la démission de Nicolas Hulot. En réaction à l’inaction gouvernementale, de grandes manifestations mobilisent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plusieurs villes de France. Si des manifestations pour le climat avaient déjà été organisées en marge de la COP21 en 2015, elles ne sont toutefois pas comparables avec la récurrence des mobilisations mensuelles du début d’année, rejointes par une partie de la jeunesse à l’occasion de «grèves pour le climat», qui ont notamment rassemblé, le 15 mars 2019, plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants.

De l’autre côté, en novembre 2018, une mesure politique présentée comme écologique — la hausse d’une taxe sur le carburant — conduisit des milliers de Français à déposer sur le tableau de bord de leur voiture, puis à revêtir un gilet de signalisation jaune fluo devenu emblématique, au point d’incarner le ras-le-bol social d’une frange importante de la population. À partir du 17 novembre, des gilets jaunes commencent à occuper des ronds-points, et des manifestations sont organisées tous les samedis, un an durant.

À première vue, l’écart paraît important entre ces deux mouvements. Aux revendications initiales de pouvoir d’achat des gilets jaunes, semble s’opposer la volonté des militants pour le climat d’imposer à l’agenda politique des mesures à la hauteur de l’urgence écologique. Le mouvement des gilets jaunes a lui été abondamment décrit comme anti-écologiste et ses membres comme des individus refusant de faire un effort pour enrayer la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Les contradictions entre les deux mouvements se sont également matérialisées sur le terrain des modalités d’action. La «non-violence» affichée du mouvement pour le climat contraste avec certains «actes» (notamment les 1 et 8 décembre) des gilets jaunes, et avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Une division semble s’établir entre ceux qui luttent pacifiquement pour l’écologie et des gilets jaunes violents indifférents à ces enjeux.

Lire la suite en accès libre :

https://laviedesidees.fr/Jaunes-et-verts.html

Tenir, les Gilets jaunes mouvement d’occupation de places publiques

Par Antoine de Raymond & Sylvain Bordiec, 14/10/2019

Le mouvement des Gilets jaunes survenu à l’automne 2018 étonne par son ampleur comme par sa durée. Comme l’indique une enquête ethnographique conduite dans le Sud-Ouest, ce succès tient en partie aux ressources organisationnelles, symboliques et sociales qu’offrent l’occupation des ronds-points et la construction de cabanes.

Pour lire la suite:

https://www.metropolitiques.eu/Tenir-les-Gilets-jaunes-mouvement-d-occupation-de-places-publiques.html

Enquête gilets jaunes et écologie

Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)
Un gilet jaune portant les couleurs de la France Insoumise lors de la manifestation régionale de l’acte XII, à Morlaix, le 2 février 2019 (photo: Alix Levain)

Le mouvement des gilets jaunes s’est déclenché, en novembre 2018, suite à l’annonce d’une augmentation de la taxe sur les carburants. Cette mesure était alors présentée par le Gouvernement d’Edouard Philippe comme la mise en oeuvre d’un engagement de campagne d’Emmanuel Macron et comme une étape importante dans la mise en place d’une fiscalité écologique visant la transition vers une économie bas carbone et la réduction de la dépendance des Français à une énergie “à la fois chère, étrangère et polluante” (E. Philippe, RTL Matin, 14 novembre 2018). Aussi le mouvement a-t-il pu apparaître ou être présenté initialement comme la traduction d’une résistance, voire d’une opposition à l’écologie politique d’une part, à l’écologisation des politiques publiques d’autre part. Dans le cadre de l’enquête nationale qu’il a engagée à la naissance du mouvement, le collectif de recherche Jaune Vif se penche depuis lors sur les relations complexes entre écologie et Gilets Jaunes : qu’est-ce que l’écologie pour les personnes engagées dans le mouvement? De quelle(s) écologie(s) sont-elles porteuses? Que le mouvement nous apprend-il sur le rapport des classes populaires à celle-ci? Comment, où, autour de quels enjeux et à quelle(s) échelle(s) l’écologie politique et les revendications des Gilets Jaunes se rencontrent-ils? Le groupe, constitué d’une dizaine de chercheur-e-s s’appuie sur l’enquête nationale par questionnaire portée par le collectif Jaune Vif, sur des observations de terrain et sur des entretiens réalisés dans le Bordelais, la région montpelliéraine, l’Ile-de-France, les Hauts de France et la Bretagne pour donner à voir une image circonstanciée et nuancée du rapport des Gilets Jaunes aux enjeux environnementaux, bien éloignée d’une indifférence, d’une résistance de principe ou d’un déni de circonstance. Pour contacter le groupe : Magali della Sudda (m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr); Alix Levain (alix.levain@univ-brest.fr)

Enquête Gilets Jaunes

Le mouvement des Gilets jaunes a suscité de nombreuses réflexions et interrogations. Depuis le 19 novembre 2018 un collectif de recherche pluridisciplinaire mène l’enquête auprès des participantes et participants à cette mobilisation inédite. Il privilégie la collecte de données in situ, sur les lieux d’action en France et à l’étranger.
Ce carnet de recherche vise à rendre accessible à un public académique et non académique les résultats de l’enquête menée par le collectif de recherche « Enquête Gilets Jaunes ». Ce collectif basé au Centre Emile Durkheim (UMR5116) rassemble plus de 70 personnes de différentes disciplines – science politique, sociologie, géographie, anthropologie, économie et philosophie.
Il présente la méthodologie, des réflexions et résultats ainsi qu’une bibliographie sur le mouvement.