Elle apprend le métier de sociologue au contact des Gilets jaunes

Le Journal de Saône et Loire
Creusot-Autun, Montceau-les-Mines, Bresse, Chalon-sur-Saône, Charolais-Brionnais, Mâcon Saône-et-Loire, lundi 11 mars 2019 – 772 mots, p. Saône-et-Loire 5

par Benoît Montaggioni

La Mâconnaise Pauline Liochon est étudiante en Sciences sociales à Paris. Elle participe à une enquête sociologique sur les Gilets jaunes. Un travail qui l’a conduit au cœur des manifs parisiennes, mais aussi sur les ronds-points du Mâconnais.

Un carnet de notes en main, un dictaphone sur la table, et des dizaines de questions à poser aux Gilets jaunes : profil socioprofessionnel, passé militant, rapport aux politiques, aux médias, au travail, à l’écologie, à l’Europe…

Contrairement aux apparences Pauline Liochon n’est pas journaliste. La jeune femme de 21 ans, étudiante en 3e année de licence de Sciences sociales à Paris Dauphine, participe à une enquête sociologique sur le mouvement des Gilets jaunes. C’est après avoir observé les premières manifestations à Paris que la Mâconnaise a souhaité approfondir le sujet. « Avec un ami, nous avons demandé à un de nos professeurs s’il existait déjà une enquête sur le sujet. » Les étudiants apprennent alors que Magali Della Sudda enseignante-chercheuse au Centre Émile-Durkheim de Bordeaux pilote une étude sur la France fluo. Pauline Liochon a immédiatement été volontaire pour y participer. L’étudiante explique : « Ce mouvement m’interrogeait, j’avais envie de comprendre ce qui se passait. » La Mâconnaise et son camarade de promotion sont alors intégrés au collectif de chercheurs.

Questionnaires au milieu des manifs parisiennes

À Paris, au cœur des manifestations, ils sont ainsi allés faire remplir des questionnaires aux Gilets jaunes. Ceux-ci visaient notamment à déterminer le profil économique ou le positionnement politique des participants de ce mouvement social inédit. « On a toujours été bien reçus. Dans ce mouvement, il y a une volonté forte de faire entendre sa parole », a constaté l’étudiante. Mais la sociologie est aussi un sport de combat, et les conditions de travail au milieu des manifs ont été quelquefois compliquées. « Parfois, il fallait s’interrompre à cause d’assauts des CRS ou de tirs de lacrymos. »

Pauline Liochon est également allée à la rencontre de la France des ronds-points. En retournant voir sa famille à Crottet sur la rive gauche de la Saône, l’étudiante en a profité pour étudier les Gilets jaunes de Crêches-sur-Saône au sud de Mâcon. Le plus souvent c’est avec une chasuble fluo sur le dos qu’elle s’est rendue sur le rond-point : « C’est un choix qui ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs. Moi, je trouve que ça rend les choses plus faciles. »

700 questionnaires et des entretiens

Au final, près de 700 questionnaires ont été récoltés par le collectif de chercheurs. Pauline est maintenant entrée dans la deuxième étape de l’enquête. Elle conduit désormais auprès de Gilets jaunes volontaires de longs entretiens.

Et même si le travail est loin d’être achevé, la jeune femme a déjà pu tirer quelques enseignements. Notamment sur l’aspect politique : « Nous n’avons pas encore croisé l’extrême droite sur le terrain, on a plutôt vu des gens qui avaient des affinités avec La France insoumise. Mais globalement une grande part des Gilets jaunes n’est pas politisée. » Les questionnaires révèlent néanmoins qu’un Gilet jaune sur huit a appartenu par le passé à un syndicat ou un parti politique : « C’est six fois plus que la moyenne de la population. » Mais l’étudiante prévient : « J’ai été surprise par la non-pertinence de la distinction entre la gauche et la droite. C’est une grille de lecture qui n’a plus de sens. Les gens piochent un peu partout et ne s’identifient plus vraiment à un bloc de valeur. » Très intéressée par les questions de genre, Pauline Liochon a constaté que « dans ce mouvement, les femmes font des efforts pour imposer leur place et contester le leadership masculin. Ce mouvement n’est pas forcément féministe, mais dans leur façon de se structurer, on retrouve des actes féministes. »

Alors qu’elle a été embauchée pour poursuivre les entretiens de Gilets jaunes dans toute la France entre le mois d’avril et la fin de l’été, la Mâconnaise s’enthousiasme : « Avoir un tel objet d’étude c’est inespéré. En sociologie il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. »

« Ce sont les questions de genre et le rôle de l’école dans les inégalités qui m’ont amenée à la sociologie », explique Pauline Liochon, étudiante mâconnaise en Sciences sociales.

Avoir un tel objet d’étude, c’est inespéré. En sociologie, il est difficile de trouver un sujet qui n’a pas déjà été traité de multiples fois. Pauline Liochon

Illustration(s) : Photo Benoit MONTAGGIONI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.