Saisir une mobilisation par l’image: une cartographie des déplacements en manifestation

Le travail que je présente ici est tiré des réflexions et des données recueillies par les membres du WP 7 “Productions médiatiques des Gilets jaunes” de l’ANR Gilets jaunes (O. Baisnée, A. Cavé, C. Gousset, M. Gidon, J. Nollet, F. Parent, LaSSP Sciences-Po Toulouse). En tant que post-doctorante au sein de cette équipe depuis 20201, je me suis investie dans l’analyse des productions visuelles des Gilets jaunes en gardant à l’esprit le questionnement de départ de mon équipe qui consistait à comprendre le décalage entre le traitement médiatique et les images émanant du mouvement et de ses sympathisants, tout comme le vécu de la mobilisation (défiance envers les médias, sentiment d’injustice et de mauvais traitement). Dans ce cadre, ce billet vise à présenter le travail que j’ai réalisé sur l’analyse des vidéos d’un samedi de mobilisation où Toulouse était la « capitale des Gilets jaunes » (l’Acte 22 du 13 avril 2019)2 et à soumettre la méthodologie que j’ai adoptée au regard critique pluridisciplinaire des membres de l’ANR et de tout autre lecteur de ce billet. Pour cela j’exposerai, dans un premier temps, la méthode et les outils que j’ai utilisés en tirant quelques pistes de réflexion sur ce qu’elle apporte à notre enquête sur les productions médiatiques des Gilets jaunes. Dans un second temps, j’ouvrirai le débat sur la place de ce type d’innovation méthodologique et plus largement du travail sur les images animées dans la boîte à outils du chercheur en science politique travaillant sur les mouvements sociaux.

1.    Méthode et outils de cartographie des déplacements des vidéastes en manifestation

Le mouvement des Gilets jaunes ayant été marqué par sa dimension numérique et notamment la place importante qu’ont tenu les plateformes de diffusion numériques comme Facebook et Twitter dans cette mobilisation, la question des images et notamment de la production d’images vidéo live dans les manifestations a tout de suite attiré notre attention. Nous avons donc décidé de travailler sur un corpus de vidéos publiées sur les réseaux sociaux par des comptes de journalistes indépendants, de vidéastes amateurs, et de Gilets jaunes. L’enquête ayant été circonscrite dans un premier temps à Toulouse et ses environs nous avons fait jouer l’effet boule-de-neige et sélectionné dans la mesure du possible les vidéos encore disponibles des personnes que nous avions pu avoir en entretien (à ce jour le corpus, encore inachevé, est composé de 529 vidéos de 13 différents médias).

Je me suis appuyée sur cette base données pour analyser la manifestation des Gilets jaunes du 13 avril 2019 lors de l’acte 22 à Toulouse. Alors que se développent les travaux portant sur l’appropriation de l’espace dans le cadre de l’action collective3 , notre ambition était d’interroger la continuité entre ces espaces sociaux de mobilisation (ici les rues du centre-ville de Toulouse) et les espaces numériques afin de comprendre ce qui se jouait dans le décalage entre le bilan médiatique de la manifestation (ce qui est donné à voir à l’observateur lambda qui s’informe à la télévision) et son vécu sur place et en ligne sur les réseaux sociaux. Dans cette optique, j’ai visionné, codé et pris des notes sur les 23 lives disponibles sur la principale page Facebook des Gilets jaunes de Toulouse pour la journée de mobilisation du 13 avril 2019 à Toulouse (soit environ 14h de vidéos). Le codage et la prise de notes a consisté à repérer les lieux traversés par les liveurs Gilets jaunes (GJ dans la suite du texte) et à les géolocaliser. J’ai également pris des notes sur la chronologie des événements clés : blocage par un cordon de CRS, feu, nassage, points de tension, gaz, etc. Ce travail m’a permis de retracer la chronologie des événements ce jour-là (cf. la carte n°1 ci-dessous).


Carte n°1: Chronologie de la manifestation, Acte 22 (capture d’écran du logiciel CARTO annotée par l’auteure)

J’ai réalisé le même travail sur le site Internet et les réseaux sociaux de BFM-TV (qui diffusaient des passages en direct de Toulouse entre 12h01 et 14h55) et sur le site Internet (live en direct de Toulouse) et le compte Twitter du journaliste de France 3 Occitanie présent ce jour-là.

À partir de ces différentes images animées (que ce soit en capsules vidéo courtes sur Twitter, des vidéos en direct sur BFM-TV ou des vidéos live continu), j’ai pu dégager manuellement 336 positions (c’est-à-dire l’adresse où le journaliste ou le liveur GJ se trouve lorsqu’il filme) ainsi que les horaires correspondants. Le logiciel CARTO4 , m’a permis d’agréger ces positions spatio-temporelles et de tracer les trajets correspondants des journalistes et GJ afin d’en rendre compte visuellement dans l’espace et dans le temps.

Carte n°2: Trajet des journalistes de BFM-TV (capture d’écran du logiciel CARTO)

Ce jour-là, BFM-TV fait deux directs à Toulouse (cf. la carte n°2) en mettant en parallèle la manifestation parisienne et la manifestation toulousaine : l’écran est alors partagé en deux avec les images des deux villes qui tournent pendant que les personnes invitées sur le plateau proposent leur analyse. De manière épisodique la parole est donnée aux journalistes en direct pour des éléments de contextualisation. Le premier direct commence à 14h et le second à 14h30. Les journalistes semblent toutefois présents dès 12h puisque des Tweets sont partagés sur le compte de la chaîne: ils évoquent la présence de « BlackBlocs venus de l’étranger » et la « volonté des manifestants d’en découdre avec les forces de l’ordre ».

Carte n°3: Trajet du journaliste de France 3 Occitanie (capture d’écran du logiciel CARTO)

France 3 Occitanie a mis en place un direct live de l’événement qui permet de suivre la manifestation sur Internet, avec des informations sur les fermetures de métro et en suivant les live tweets d’un de ses journalistes sur place entre 10h27 et 19h15 (cf. carte n°3). On voit ici que la bonne connaissance du terrain par le journaliste lui permet de se mouvoir dans de nombreux espaces et de suivre les différents groupes de manifestants un peu partout, proposant une représentation plus large (dans l’espace et le temps) de l’ensemble de la manifestation.

Carte n°4: Trajet des liveurs GJ (capture d’écran du logiciel CARTO)

Enfin, la carte n°4 reprend les positions des différents liveurs GJ. Sur cette carte on peut voir l’intensité de la production d’images de la part des Gilets jaunes, et leur étalement à la fois dans le temps et dans l’espace.

Si cette présentation graphique est visuellement parlante, son interprétation ne peut toutefois s’extraire de l’ensemble du corpus de données dont nous disposons sur cette journée et sur l’ensemble du mouvement (revue de presse, entretiens avec des liveurs GJ et des journalistes). Elle vient ainsi en appui pour conforter des hypothèses de travail de notre équipe.

Ces représentations cartographiques, en lien avec les autres matériaux d’enquête, illustrent ainsi le décalage entre le cadrage médiatique et le vécu de la mobilisation exprimé par les Gilets jaunes : en matière de spatialité, en matière de durée, en matière de focalisation sur telle ou telle violence et en matière de diversité des lives. Par exemple les trajets des journalistes de BFM-TV (du moins les images qui en sont restitués sur la toile et à la télévision) sont plus réduits et sont concentrés autour des points de dégradation comme par exemple la voiture brûlée et les dégradations sur la place Arnaud Bernard, alors que les images des liveurs GJ montrent ces événements parmi d’autres, comme la nasse de Jean-Jaurès, les différents blocages de ruelles par des cordons de CRS, les gaz récurrents sur les boulevards, etc.

Carte n°5: Position des journalistes et liveurs GJ entre 14h et 15h, acte 22 (capture d’écran du logiciel CARTO)

Par exemple la carte n° 5 ci-dessus montre (points gris) les positions des journalistes BFM-TV (repérée sur les images en direct) entre 14h et 15h, et les positions du journaliste de France 3 Occitanie (point bleu) à la même heure. On peut voir que ces journalistes circulent essentiellement entre la place Arnaud Bernard et la place Jeanne d’Arc. Sur cette heure de la journée plusieurs événements ont pourtant lieu : le feu sur un véhicule (14h20) près de la place Jeanne d’Arc, les confrontations dans les ruelles proches d’Arnaud Bernard, mais aussi le second départ de manifestation au métro Capitole (largement relayé par les comptes Facebook Gilets jaunes). Les positions des liveurs GJ (en violet, jaune et vert) illustrent bien ces différents événements et l’étalement de la manifestation dans le centre-ville.

Cela nous permet d’appuyer, d’une part, une hypothèse déjà présente lorsque l’équipe du LaSSP a réalisé la revue de presse écrite nationale et régionale de cet Acte (en 2019). Ils avaient alors constaté que malgré les nombreux journalistes locaux et nationaux présents ce jour-là, il faut attendre le 30 avril pour qu’un journal (L’Humanité) fasse état de ce qu’il s’y était déroulé. La plupart des titres nationaux reprennent le compte-rendu de l’AFP. Le principal journal local (La Dépêche du Midi) se base principalement sur les sources policières insistant sur le rôle des manifestants dans le déclenchement de l’action des forces de l’ordre. La répression policière particulièrement violente, empêchant dès le début du rassemblement toute tentative de manifestation pacifique (par la mise en place d’une nasse géante sur les allées Jean-Jaurès dès le début de la manifestation), n’est quant à elle jamais signalée5.

D’autre part, l’analyse qualitative des vidéos permet de distinguer différents types de liveurs GJ selon leur placement et la durée du live (certains filment uniquement les prises de paroles et actions festives ; d’autres sont présents du matin au soir, etc.), leur prise de risque face aux forces de l’ordre (s’ils dénoncent tous la répression du mouvement par leurs images, ils diffèrent dans leur manière d’interagir avec les forces de l’ordre sur le terrain); et leur “style” (avec ou sans commentaires, commentaires plus ou moins engagés et politisés). Le croisement avec les données des entretiens renvoie les différences de placement (entre les liveurs violet, vert et jaune) à des différences sociales (en termes d’origine, de position sociale et de trajectoire de politisation) et permet de voir différents usages de ces lives par les liveurs, venant alimenter notre typologie des pratiques de publicisation6 : pour témoigner, mobiliser ; pour communiquer en direct sur les points de blocage, sur les déplacements des manifestants (vu que les trajets ne sont pas déclarés) et aussi pour communiquer sur les positions et sur les blessés ; pour se protéger et avoir des images sous de multiples angles afin d’alimenter la défense des manifestants dans le cadre de leurs procès ; et enfin l’image peut servir à dénoncer des violences policières7. Le nombre important de lives et de liveurs GJ ce jour-là semble alors être corrélé avec l’intensité de la répression policière, ce qui constitue une autre hypothèse de recherche.

L’image apparaît alors ici comme une forme de « prise de parole des « dominés » »8 pour apporter une autre image du mouvement et de ce qu’ils vivent (« en direct » et sans filtre), ce qui nous mène à d’autres types de questionnements : est-ce que l’image animée produite avec son smartphone et diffusée sur les réseaux sociaux offre une possible expression à des populations invisibilisées et stigmatisées dans les espaces médiatiques dominants, de trouver un moyen d’expression à moindre coût d’entrée que l’écriture ? Toute réponse impliquerait de suivre l’histoire de ces images et de leur reprise, partage et diffusion par la suite que ce soit par d’autres internautes ou par des journalistes. Cela supposerait aussi une analyse des méta-données et donc du texte et des commentaires qui accompagnent ces images (ce que nous avions commencé à faire avec l’équipe du LERASS pour la communication à l’AFS 2021). Comme le montre bien André Gunthert, la question de la visibilité des images est au cœur de la question des usages et cette question de la visibilité est profondément transformée à l’ère du numérique9:

« En passant de l’album aux réseaux sociaux, l’image privée d’autrefois a accédé à l’exposition publique, multipliant son impact social dans des proportions inédites. En apportant au débat les ressources du document figuré, l’intégration de l’image au sein de la conversation en ligne (ici dénommée « image conversationnelle ») participe à la construction du récit de l’actualité, pèse sur les choix médiatiques et les décisions politiques. Elle constitue une nouvelle étape dans l’histoire longue de l’accès à la sphère publique10 ». 

Ces quelques pistes d’analyse montrent l’intérêt de combiner cette approche avec d’autres méthodes d’enquêtes.

2.    Un outil complémentaire à combiner avec d’autres usage des images dans l’enquête en science politique

Si l’anthropologie11 et l’histoire12 s’intéressent depuis longtemps aux images, la prise en compte de l’image en science politique semble plus timide. En 2002, Laure de Verdalle et Liora Israël13 soulignaient les réticences des chercheurs en sciences sociales à se saisir des images que ce soit comme source, objet ou problème, et invitent ces derniers à le faire à partir des contextes de production et de réception de ces images. Presque 20 ans plus tard, si les travaux sur le numérique font la part belle aux représentations visuelles mais surtout à leur mode de diffusion (notamment sur la question des usages des réseaux sociaux numériques) force est de constater que l’analyse de l’image n’est toujours pas le premier réflexe du sociologue, encore moins du politiste. Depuis les années 2000, l’image a pourtant connu un regain d’intérêt de la part des sociologues que ce soit comme source, objet ou comme technique d’enquête, notamment dans la lignée des réflexions d’Howard Becker sur la sociologie visuelle14. On voit par exemple apparaître la revue Image du travail, travail de l’image15 qui propose d’intégrer l’image dans la boîte à outil du sociologue du travail et des groupes professionnels. En science politique, malgré l’invitation de certains sociologues du politique à se saisir des images pour traiter des objets politiques (affiches politiques, symboles, etc.), l’intérêt des chercheurs reste limité et porte plus sur les documents iconographiques que sur les documents audiovisuels.

C’est du côté des mobilisations collectives16 que l’on trouve quelques exceptions, avec par exemple un regain d’intérêt pour la dimension émotionnelle de l’action collective chez Christophe Traïni17 ou encore un intérêt méthodologique et théorique pour l’iconographie de la contestation chez Alexandre Dezé18. En effet, les mobilisations collectives sont à la fois des espaces de productions visuelles riches du côté des protestataires (« la production et le partage d’images [devenant] un élément central du répertoire contemporain de la contestation »19) mais elles sont aussi saisies et restituées par des professionnels de l’image : journalistes et photographes de presse. Patrick Champagne montre bien toute l’importance de s’intéresser à cette dimension médiatique pour analyser les « manifestations de papier » qui semblent devenir dominantes depuis les années 1980. Ces dernières ayant pour objectif nous dit-il, d’« agir sur les journalistes afin d’occuper l’espace médiatique dans le but de déclencher les prises de position des différents agents qui cherchent à peser sur l’“opinion publique” et par là sur le pouvoir »20. Et pourtant les travaux abordant les mobilisations au prisme des productions médiatiques restent majoritairement produits par des chercheurs en sciences de l’information et de la communication avec quelques exceptions notamment dans le cadre de l’abondante littérature sur les printemps arabes21. Par exemple, alors même que le mouvement des Gilets jaunes a marqué les esprits par l’ampleur de sa dimension visuelle, que ce soit par l’abondance de sa couverture médiatique sur les chaînes d’information continue ou par la production de nombreux contenus vidéos sur les réseaux sociaux (diffusion de nombreuses images, lives, montages vidéo qui construisent ce que Patrick Champagne appelait une « manifestation de second degré »22), c’est bien la presse écrite que Jean-Louis Siroux choisit d’étudier pour rendre compte du traitement médiatique du mouvement23 et les quelques exceptions émanent d’initiatives de chercheurs eux-mêmes impliqués dans la production d’image24.  

En définitive, comme Christine Pina et Éric Savarese, on peut s’interroger :

« Plus encore avec les évolutions techniques, dont la plus importante nous semble ici le développement du numérique (se traduisant en particulier par la progression des facilités liées à la transmission, au partage, à l’indexation, au traçage des photographies…), nombre de difficultés liées au support argentique ont disparu. Toutefois, cette plus grande facilité d’utilisation (visible dans les pratiques ordinaires mais également dans le développement d’un photo-journalisme documentaire) n’a pas produit un bouleversement identique quant à l’usage de ces mêmes supports dans la recherche en sciences sociales »25

L’étude des mouvements sociaux gagnerait alors à combiner les différents usages de l’image en sciences sociales : l’image produite par le chercheur, au cours de son ethnographie de la mobilisation, l’image comme facilitateur dans la démarche d’enquête (ou photo-élicitation qui consiste à confronter les enquêtés aux images pendant l’entretien26) et l’image comme objet d’étude. Elle gagnerait également à ne pas se limiter à l’analyse de l’image (faire de l’analyse de contenu de cette image) mais la prendre dans son contexte de production et de diffusion et donc de s’intéresser aux producteurs et récepteurs de ces documents, mais aussi aux supports de leur diffusion (type de plateforme et effets).

Premièrement, comme le dit Alexandre Dézé, le travail des images présente une juxtaposition des types de « manifeste »27 pouvant intéresser le chercheur qui tente de saisir une mobilisation puisque les supports iconiques (affiches, pancartes, banderoles et dans notre cas, des slogans et dessins sur les gilets jaunes) sont plus ou moins filmés, plus ou moins longtemps et prennent une place plus ou moins importante au sein des vidéos qu’on étudie. étudier les images et leur diffusion sur les réseaux sociaux s’avère donc particulièrement heuristique pour compléter l’analyse des trajectoires par entretiens car l’image permet d’interroger les logiques d’engagement et de désengagement (à partir de quand commence à apparaitre les publications ? quand est-ce qu’elles s’arrêtent ?) ; mais également d’identifier des agents ayant gagné en visibilité dans l’espace de la mobilisation ; et de poser la question de la viralité de certaines images et donc de leurs usages. Cela permet ainsi de questionner sous un nouveau jour plusieurs problématiques plus classiques qui nous intéressent comme par exemple les frontières professionnelles du journalisme, la question de l’engagement dans les mobilisations, la question des usages du numérique. Dans le cadre des investigations du WP7, cette attention sur les images a aussi rendu possible l’émergence de nouvelles problématiques de recherche comme la question de la mise à l’agenda médiatique et politique des violences policières. Étudier la production d’images sur les manifestations éclaire ainsi sous un autre angle la question des usages sociaux et politiques des images (vidéo) par les manifestants, les passants, les journalistes et les commentateurs (éditorialistes et politiques).

Deuxièmement, le travail en amont sur les images diffusées sur les réseaux sociaux permet de restaurer la mémoire des enquêtés qui, lorsqu’ils sont interrogés un ou deux ans (voire plus) après les faits, pouvaient se perdre dans leurs souvenirs d’un mouvement qui a été long et éprouvant. Cela permet de saisir le mouvement dans sa dimension temporelle et de rendre compte, grâce à l’analyse des trajectoires, de la mobilisation de dispositions antérieures et de l’acquisition de compétences au fil du mouvement.

Ce travail sur les images animées se heurte cependant à certaines difficultés liées aux enjeux de la récolte, de la conservation et de l’exploitation des images. Dans notre cas d’étude, certains comptes Facebook, Youtube ou Twitter de Gilets jaunes ont été fermés pendant la période d’enquête et d’autres étaient des groupes privés qui ne savaient pas qu’on enquêtait sur eux (ce qui pose aussi des problèmes éthiques). De plus, le mouvement ayant duré dans le temps et les publications étant très nombreuses, le recueil de l’ensemble des images diffusées sur les réseaux sociaux présente des problèmes d’ordre technique puisque les interfaces de Facebook et de Twitter ne permettent pas d’enregistrer et de transposer les données facilement. Le travail pluridiciplinaire (comme celui que nous menons dans le cadre de cette ANR) semble alors particulièrement adapté pour mener à bien ce type d’enquête, que ce soit en mobilisant des disciplines plus familières avec le recueil de données de masse sur Internet (comme les sciences de l’information et de la communication ou l’informatique) ou des disciplines plus familières avec les représentations spatiales et les outils de la cartographie (comme la géographie).



  1. Financé de 2020 à 2021 sur les Programmes de R&D2020 -Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse dans le cadre d’un partenariat avec des membres du LERASS Toulouse et la société Immédiat, puis financement ANR en 2021. []
  2. Ce travail a été présenté en partie lors du congrès de l’Association Française de Sociologie 2021, RT 21, dans le cadre d’une communication commune entre l’équipe du LaSSP (Olivier Baisnée, Alizé Cavé, Cyriac Gousset, Maximilien Gidon, Jérémie Nollet et moi-même) et l’équipe du LERASS (Julie Renard et Brigitte Sebbah) intitulée « Entre espaces numériques et espaces publics : les contours de la mobilisation des Gilets jaunes Toulouse ». Dans cette communication, nous proposions de croiser la dimension territoriale et la dimension numérique de la mobilisation. []
  3. Auyero J. (2005), « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. no 160, no 5, pp. 122-132 ; Hmed C. (2008), « Des mouvements sociaux “sur une tête d’épingle” ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants ». Politix 84, no 4, 145‑65 ; Hmed C. (2020), « Espace géographique et mouvements sociaux ». In Dictionnaire des mouvements sociaux, 2e éd.:237‑44. Références. Paris: Presses de Sciences Po ; Segas S. (2020), « Introduction : de nouveaux territoires du politique ? Interroger les évolutions du répertoire de la territorialité dans les domaines de l’action collective, des politiques publiques et de la compétition politique », Pôle Sud, vol. 52, no. 1, pp. 7-19. []
  4. Je remercie Pierre Vincenot de la société Immédiat partenaire de notre recherche en 2020-2021 pour m’avoir présenté ce logiciel et aidé à sa prise en main. []
  5. Baisnée, Olivier, Cavé, Alizé, Gousset, Cyriac et Jérémie Nollet, « La ‘violence’ des Gilets jaunes : quand la fait-diversification fait diversion. Les routines journalistiques à l’épreuve des manifestations à Toulouse (novembre 2018-juin 2019) », Sur le journalisme, 10(1), p. 28-43. []
  6. Cette typologie est présentée dans un article en cours d’évaluation pour la revue French Politics dans un dossier consacré au mouvement. []
  7. Gunthert, André. « L’image virale comme preuve. Les vidéos des violences policières dans la crise des Gilets jaunes », Communications, vol. 106, no. 1, 2020, pp. 187-207 et Gunthert, André. « Violences publiques. L’image virale donne l’alerte », Questions de communication, vol. 38, no. 2, 2020, pp. 333-350. []
  8. Alviso-Marino, Anahi. « Soutenir la mobilisation politique par l’image. Photographie contestataire au Yémen », Participations, vol. 7, no. 3, 2013, pp. 47-71, p.70. []
  9. Sur les images sur Twitter, à la fois arguments et supports des débats et sur les différentes manières de faire sens en fonction des supports de communication voir aussi Bouté, Édouard, et Clément Mabi. « Des images en débat : de la blessure de Geneviève Legay à la répression des Gilets Jaunes », Études de communication, vol. 54, no. 1, 2020, pp. 29-52. []
  10. Gunthert, André. « ‪La visibilité des anonymes‪. Les images conversationnelles colonisent l’espace public », Questions de communication, vol. 34, no. 2, 2018, p. 135. []
  11. Conord S., « Usages et fonctions de la photographie », Ethnologie française, vol. 37, n°1, p.11-12. []
  12. Gervereau Laurent, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 2004. []
  13. de Verdalle, Laure, et Liora Israël. « Image(s) des sciences sociales (avant-propos) », Terrains & travaux, vol. 3, no. 1, 2002, pp. 7-13. []
  14. Becker Howard S. « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme », Communications, vol. 71, 2001, p. 333-351. []
  15. Voir par exemple : Christian Papinot et Marc Perrenoud, “Le travail à l’écran. Mise en scène des groupes professionnels par les médias”, Images du travail, travail des images [Online], 5 | 2018, , consulté le 11 January 2022. URL: http://journals.openedition.org/itti/797; Flora Bajard. Les usages « sauvages » de l’image. Retours sur une expérience profane de la sociologie visuelle. Images du travail, travail des images, Université de Poitiers, 2017, pp.[En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01476165. []
  16. Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2017. []
  17. Traïni, Christophe. Émotions… Mobilisation !Presses de Sciences Po, 2009. []
  18. Dezé Alexandre « Pour une iconographie de la contestation », Culture et conflits, vol 3-4, n°91/92, 2013, p.13-29. []
  19. Bertho, Alain. « Énoncés visuels des mobilisations : autoportraits des peuples. » Anthropologie et Sociétés, volume 40, numéro 1, 2016, p. 33. []
  20. Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Minuit, 1990, p.339. []
  21. Notamment les travaux d’Anahi Alviso-Marino sur l’image comme « dispositif politique de mobilisation ».  L’enquête porte sur douze artistes visuels participant au sit‑in de Sanaa, dont la moitié était composée de photographes. Ces photographes « en voie de professionnalisation » apportent à la mobilisation leur savoir-faire qui permettent de la documenter. La photographie est envisagée comme « un dispositif qui prolonge la mobilisation à travers l’émotion qu’elle suscite et la sensibilisation qu’elle produit ». Alviso-Marino, Anahi. « Soutenir la mobilisation politique par l’image. Photographie contestataire au Yémen », Participations, vol. 7, no. 3, 2013, pp. 47-71. Ou encore, sur la variété des usages vidéo dans le cadre des printemps arabes voir : Boëx, Cécile. « Montrer, dire et lutter par l’image », Vacarme, vol. 61, no. 4, 2012, pp. 118-131 ; Riboni U. L., « Représentations mobilisatrices et stratégies visuelles pour convaincre et fédérer dans les productions vidéo de Tunisie ». []
  22. Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Minuit, 1990, p.339. []
  23. Jean-Louis Siroux, Qu’ils se servent de leurs armes. Le traitement médiatique des gilets jaunes, Paris, éditions du Croquant, 2020. []
  24. Voir par exemple : Brice Le Gall, « L’observation photographique. Auto-analyse d’une enquête sur les gilets jaunes », Condition humaine / Conditions politiques [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 20 juin 2021, consulté le 23 mars 2022. URL : http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=506 []
  25. Christine Pina, Éric Savarese (dir.), Le politique par l’image. Iconographie politique et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2017, p. 25. []
  26. Collier, J. and Collier, M.,Visual anthropology: Photography as a research method, University of New Mexico Press, Albuquerque, 1986 ; Meyer, Michaël. « 9. Le travail des regards. Photographier les interactions et interagir avec les photographies », Marc Perrenoud éd., Les mondes pluriels de Howard S. Becker. La Découverte, 2013, pp. 147-166. []
  27.  Dezé Alexandre « Pour une iconographie de la contestation », Culture et conflits, vol 3-4, n°91/92, 2013, p.19. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.