L’équipe ANR GILETSJAUNES

Une “ANR” est un projet de recherche financé par l‘Agence nationale de la recherche française. Sur les 99 projets soumis en 2020, 12 ont été financés, dont celui-ci. Il repose sur une équipe de partenaires et sur un réseau d’enquête.

Les partenaires de GILETSJAUNES

Magali Della Sudda

Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS en science politiqueau Centre Émile Durkheim, coordinatrice du projet. Habilitée à diriger les recherche, elle est l’une des initiatrice de l’enquête collective menée dès le 19 novembre 2018 auprès des Gilets jaunes sur différents sites de mobilisations. Sa thèse sur la politisation des femmes avant le droit de vote en France et en Italie a montré comment l’Église catholique a fait entrer les femmes conservatrices dans la civilisation électorale en concevant le suffrage comme un moyen et non une fin. Dans le cadre de l’ANRGENEREL (2011-2014), elle a montré avec Victor Marneur et Fanny Bugnon le rôle du genre dans l’accès des femmes aux mandats municipaux. Après avoir soutenu une habilitation à diriger les recherches sur les recompositions des droites entre 2012 et 2019, elle s’intéresse aux mobilisations contemporaines.

Etienne Walker est maître de conférence en géographie à l’IUT d’Alençon et membre du laboratoire ESO-CAEN. Après m’être attaché à saisir qui étaient les Gilets jaunes mobilisés notamment en Normandie fin 2018, je m’intéresse actuellement à la dimension spatiale de ce mouvement social, l’espace constituant un de ses cadres, enjeux et moyens. Au travers de méthodes géostatistiques, j’analyse d’une part et à l’échelle métropolitaine la géographie des lieux appropriés par les participants, celle de leurs lieux de vie, et ce qu’elles doivent à la division sociale de l’espace. De l’autre et grâce à des entretiens biographiques, je tente d’expliquer les trajectoires d’engagement de quelques participants au mouvement dans l’Orne à l’aune des configurations au sein desquelles elles se déploient, opérant à différentes échelles et dans plusieurs champs.

Yann Le Lann

Yann Le Lann est maître de conférence de sociologie à l’Université de Lille et rattaché au laboratoire Ceriès. Il coordonne le collectif de recherche Quantité Critique.

Frédéric Gonthier

Frédéric Gonthier est professeur des université habilité à diriger les recherches en science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble et rattaché au laboratoire Pacte. Ses travaux portent sur les valeurs des Français et des Européens. Ils interrogent notamment les attitudes à l’égard de l’économie et de l’État providence dans une perspective comparative. Ils ont été publiés dans des revues internationales (Acta Politica, European Journal of Political Research, International Journal of Sociology, French Politics) et nationales (Revue française de science politique, Revue française de sociologie, Rassegna Italiana di Sociologia). En tant que membre du Methodology Group de la European Values Study et responsable de l’International Social Survey Programme pour la France, je suis par ailleurs très impliqué dans les dynamiques de recherche collective mobilisant les grandes enquêtes sociales internationales. Il assure aujourd’hui pour le CNRS une mission de coordination scientifique des grandes enquêtes sociopolitiques en France, dans le cadre de la TGIR Progedo.

Emmanuelle Reungoat

Emmanuelle Reungoat est maîtresse de conférence en science politique à l’Université de Montpellier et membre du CEPEL.

Ses recherches interrogent les conflits et les résistances collectives dans les sociétés contemporaines. Spécialiste des rapports entre les sociétés nationales et la construction européenne, ses travaux ont porté sur les mouvements d’opposition à l’Union européenne de droite et de gauche et leurs effets sur l’espace politique français, et plus largement sur les processus de transformation des pratiques politiques liées à l’intégration européenne. Elle a notamment publié « Enquête Sur Les Opposants à L’Europe. À droite et à Gauche, leur impact d’hier à aujourd’hui », Le Bord de l’eau, 2019 ICI. Depuis 3 ans, ses recherches s’attachent également à la compréhension des processus de mobilisation et de politisation au sein des mouvements sociaux, à partir de l’étude du mouvement des Gilets jaunes et en s’intéressant en particulier aux primo-contestataires. Particulièrement impliquée dans la recherche sur les Gilets jaunes, elle est porteuse du projet « Devenirs Gilets jaunes », MSH SUD, 2019-2020 et du projet inter-MSH : LonGI, approches biographiques comparée des gilets jaunes 2020-2022. Voir :” Becoming Yellow Vests: The Politicization of Ordinary Citizens (France 2018-20) ” APSA Congress ICI;  et  “A Renewal of Protest? Observing the Yellow Vests Through the Biographical Lens” 2020 APSA Congress ICI.  Elle participe au projet BAROC (dir. JY. Dormagen), Baromètre d’opinion en Occitanie, Projet financé par la Région Occitanie, 2019-2021 qui comporte un volet sur les Gielts jaunes. Voir: “Quand le vert divise le jaune. Comment les clivages sur l’écologie opèrent au sein des Gilets jaunes”, Écologie & politique 2021/1 (N° 62), pages 25 à 47.  ICI

Alix Levain

Alix Levain est chargée de recherche en anthropologie au laboratoire AMURE. Elle aborde les changements et les crises environnementales en s’appuyant sur des enquêtes ethnographiques, mobilisées sur différents sites d’étude (notamment en Bretagne et en Chine). Ses travaux portent particulièrement sur les modes de prise en compte et de prise en charge des transformations de l’environnement littoral, au travers d’une analyse diachronique et synchronique de l’émergence des problématiques de prolifération algale et d’eutrophisation littorale, en tant que phénomènes, en tant que problèmes publics et en tant que risque. Dans ce cadre, elle observe plus particulièrement la façon dont les connaissances se construisent, se transforment, circulent et se confrontent dans l’espace public. Sa thèse porte sur les proliférations d’algues vertes en Bretagne. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective de renouvellement de l’analyse des formes contemporaines d’interprétation des pollutions et d’émergence, de cadrage et de prise en charge des problèmes écologiques. Elles se situent ainsi au confluent de l’anthropologie de la nature, de la sociologie des sciences et de la sociologie pragmatique.

Olivier Baisnée

Olivier Baisnée est maître de conférence en science politique à l’Institut d’études politiques de Toulouse. Il est rattaché au LaSSP. Ses domaines de recherche concernent la sociologie du journalisme et de la communication, la sociologie politique de l’UE et les mouvements sociaux et conflits du travail. Il a récemment publié « A study in journalistic boredom. The contested (political) nature of EU news. » in Raymond Kuhn & Rasmus Nielssen (dirs.), Political Journalism in transition, I.B. Tauris, 2013 et avec Sandra Vera Zambrano, “Realms of influence on media accountability” in Susan Fengler et al. (dirs.), Media Accountability and Transparency in Europe, Peter Lang (2014).

L’équipe de GILETSJAUNES et les axes de travail

Configurations et spatialités du mouvement des GJ (Responsable : E. Walker, ESO-Caen)

Charif Elalaoui, est doctorant en sociologie (politique) à l’Université de Caen Université de Caen Normandie, CERReV (EA 3918). Ses recherches portent sur les processus de socialisation au politique, les mouvements sociaux en France, le « Printemps arabe » et les trajectoires militantes au Maroc. Son travail de thèse vise — dans une perspective attentive aux configurations structurelles —  à explorer les espaces vécus et produits par les Gilets jaunes à Caen ; et la manière dont ils/elles redéfinissent le répertoire d’actions collectives.

 

 

Laura Pauchard est Ingénieure d’Études – MEN et membre de l’équipe ESO-Caen. Elle s’occupe de la production, analyse et traitement de données et d’enquêtes. Elle participe à des projet en cours : Atlas social de Caen, https://atlas-social-de-caen.fr/, notre ANR Gilets jaunes, la Revisite de l’observation du changement Social dans le Domfrontais et DAFNOR Dans et Autour des Fôrets Normandes.

 

Mathieu Uhel est Maître de conférences en Géographie, IUT d’Alençon, il est membre de l’équipe ESO-Caen. Il est Membre du collectif d’organisation du séminaire de recherche intitulé Pratiques et pensées de l’émancipation, laboratoires ESO Caen et CERReV, Université de Caen – Normandie, ainsi que de différents collectifs de recherche: Membre du collectif de Revisite de l’Observatoire du Changement Social (ROCS), laboratoires ESO Caen et CERReV, Université de Caen – Normandie; Membre du Groupe de recherche sur le Syndicalisme Universitaire Professionnel (SUP), Universités de Caen, Le Havre et Rouen; Membre du Groupe Universitaire de Recherche sur les Valeurs et Idéologies de la Technocratie comme Classe Hégémonique (GURVITCH), laboratoire CERReV, Université de Caen – Normandie (2012-2019)

Nicolas Raimbault est Maître de conférences à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN). “Mes travaux de recherche ont pour objectif de contribuer à l’analyse des articulations entre les dynamiques de changement social, les modalités de la production des espaces urbains et les logiques de la gouvernance urbaine et métropolitaine. J’analyse ces articulations à partir des périphéries proches et lointaines de plusieurs métropoles européennes (Paris, Rotterdam et Luxembourg) et notamment autour des espaces industriels et logistiques. Dans ce cadre, mes recherches actuelles portent sur les transformations des espaces ouvriers et sur leur gouvernance, dans le contexte de l’essor des emplois ouvriers dans les services, notamment logistiques, et de la chute des emplois manufacturiers, au sein des régions urbaines européennes et nord-américaines. Par cette analyse du redéploiement socio-spatial des ouvriers contemporains, j’articule étude des ségrégations urbaines et économie politique de la production des espaces populaires. Cette perspective pluridisciplinaire (géographie urbaine sociale, géographie économique, aménagement de l’espace et sociologie de l’action publique) montre dans quelle mesure la place des groupes sociaux tient aux médiations territoriales, et notamment aux modalités de la production de l’espace urbain, qui contribuent à les rendre plus ou moins (in)visibles”.

Jean Rivière, est Maître de Conférences – en délégation CNRS dans l’UMR ESO (2019-2020), à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN).

“Mon activité de recherche s’inscrit dans le domaine des sciences sociales, et plus spécifiquement dans le champ de la géographie sociale centrée sur l’étude de la dimension spatiale des inégalités et des rapports de pouvoir et de domination. Je m’attache en effet à analyser les recompositions sociologiques en cours dans différents types d’espaces résidentiels (des centres urbains aux mondes ruraux) en relation avec les comportements électoraux qui s’y expriment. En cela, l’étude contextualisée de la production des votes constitue une entrée thématique qui permet d’envisager plus largement les rythmes et les modalités du changement social, tout autant que les transformations des sociabilités locales, dont la perception par les habitants n’est pas sans effets en matière de dispositions politiques et de choix électoraux.”

Stéphane Loret est ingénieur d’études au laboratoire d’ESO-Nantes.

Pierre Blavier est Chargé de recherche au CNRS au laboratoire Clersé (UMR8019) à Lille. Il est spécialiste de Méthodes quantitatives, Travail et emploi – Budgets de famille – Relations professionnelles – Mouvements sociaux.

Soline Butin est ingénieure d’études contractuelle en « production, traitements et analyses de données et d’enquêtes » au laboratoire Espaces et Sociétés (UMR 6590 CNRS) à Caen et interviendra au sein de l’ANR GJ sur les bases de données spatialisées et autres tâches mobilisant un Système d’Information Géographique (SIG). Elle est diplômée d’un diplôme d’ingénieur en paysage (équivalent Master) où elle a mené un des travaux sur les héritages des forêts classées dans les paysages d’Afrique de l’ouest.

Carrières professionnelles, conditions de travail et revendications salariales (RS : Y. Le Lann, CERIES)

Nathan Gaborit est ingénieur d’études en traitement et analyse de données quantitatives sur le projet. Diplômé du master de science politique de l’Ecole de la Recherche de Sciences Po, il s’est intéressé aux continuités entre les catastrophes sociales et écologiques dans le cadre de son mémoire portant sur les survivalistes en France. Il est également membre du collectif Quantité Critique, au sein duquel il a contribué aux recherches menées sur le mouvement climat en France, et notamment les formes de convergences avec le mouvement des Gilets Jaunes.

 

Quelles valeurs et comportements politiques ? (RS : F. Gonthier, PACTE)

Sandrine Astor, Ingénieure d’études à Sciences Po Grenoble – Laboratoire Pacte.

Simon Persico, professeur des universités en science politique.

Spécialiste des partis politiques, des dynamiques d’attention et des politiques environnementales, Simon Persico est Professeur des Universités à Sciences Po Grenoble, rattaché au laboratoire Pacte depuis septembre 2017. Il a obtenu son doctorat de science politique à Sciences Po Paris en 2014 à la suite d’un travail portant sur la réaction des grands partis de gouvernement face à l’écologie. Il a également été ATER auprès de l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, puis a été post-doctorant auprès de plusieurs projets, auxquels il continue à contribuer, notamment le projet ANR Partipol (Pacte, CNRS, IEP de Bordeaux), qui s’intéresse aux conditions du respect des promesses électorales. Il a aussi collaboré au projet CREATE (Horizon 2020), sur les transformations des politiques de transport dans cinq capitales européennes (Berlin, Copenhague, Londres, Paris, Vienne), ainsi qu’au Comparative Agendas Project. Simon est l’auteur de plus d’une dizaine d’articles et de chapitres sur l’impact des partis sur les politiques publiques, la réaction des partis face aux nouveaux enjeux, et le développement de l’écologie politique.

 

Sonja Zmerli To understand and explain how institutional settings and features of society impinge on individuals’ social and political attitudes and behaviour, and how the latter feed back again into the broader context, is at the core of my research interests. From a comparative perspective and mostly focusing on European societies, I have been conducting empirical research on various topics, such as civil society, social capital, political participation, norms of citizenship as well as political trust and its interrelationship with welfare regimes, corruption and perceptions of income inequality. To gain substantive insights into the complexities of these interactions and their underlying mechanisms, I fully subscribe to the contributions of interdisciplinary analyses with a particular interest in Political Psychology which embraces theoretical and empirical achievements that derive from psychology and social psychology.

Since September 2015, I am Professeure des universités à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Before my arrival at Grenoble, I held various positions at the Goethe-University Frankfurt/Main, at the University of Mannheim and the TU Darmstadt (all previous positions in Germany).

Quels processus de politisation du mouvement et par le mouvement ? (RS : M. Della Sudda, CED ; Co-RS : E. Reungoat, CEPEL)

Camille Bedock est chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim de Sciences po Bordeaux depuis octobre 2018. Elle est titulaire d’un doctorat de l’Institut universitaire européen de Florence (2014). Elle travaille sur les réformes démocratiques dans les démocraties consolidées, sur les opinions des citoyens et des représentants sur leurs systèmes politiques, et sur le changement de système de partis en France et en Europe du Sud. Elle a publié un livre intitulé Reforming Democracy : Institutional Engineering in Western Europe en 2017 chez Oxford University Press, ainsi que dans des revues telles que la Revue européenne de science politique, Gouvernement et opposition, Représentation, French Politics, ou la Revue française de science politique.

Antoine Bernard de Raymond

Sylvain Bordiec

François Buton

Élisabeth Godefroy est doctorante en sociologie politique à Sciences Po Bordeaux, rattachée au Centre Émile Durkheim. C’est dans le cadre de son master en science politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne qu’elle a mené des enquêtes sur les mobilisations de femmes Gilets jaunes et sur l’enjeu de la représentation et des phénomènes de leadership au sein du mouvement, principalement en Ile-de-France. Aujourd’hui, elle poursuit ses recherches doctorales sur les processus de politisation du mouvement et par le mouvement des Gilets jaunes. Ce travail entend mettre en lumière les investissements de militants expérimentés et leurs effets sur les dynamiques de socialisation et de définition des enjeux de cette mobilisation, qui se caractérise par une forte participation d’individus primo-contestataires.

Cécile Jouhanneau

Tinette Schnatterer

Gilets jaunes et problèmes environnementaux : écologies, répertoires d’action, configurations des mobilisations (RS : A. Levain ; co-RS : C. Dondeyne, AMURE)

Christelle Dondeyne

Simon Persico

Emmanuelle Reungoat

Erwan Lecoeur

Etienne Walker

Chloé Alexandre

Magali Della Sudda

Florent Gougou

Zakaria Bendali

Zakaria Bendali est doctorant en sociologie politique à l’Institut d’Études Politiques de l’Université de Lausanne, membre du CRAPUL. Il prépare sous la direction d’Olivier Fillieule (Unil/CRAPUL) et de Dominique Cardon (Sciences Po/Medialab) une thèse portant sur les conséquences biographiques de l’engagement dans le mouvement des gilets jaunes, avec une attention particulière aux trajectoires de primo-militants et aux usages des réseaux sociaux numériques par les mobilisations collectives. Il participe également au collectif Quantité Critique coordonné par Yann Le Lann (CeRIES), qui a publié plusieurs enquêtes sur les gilets jaunes.

Yann Le Lann

La production médiatique des Gilets Jaunes (RS : O. Baisnée, Co-RS : J. Nollet, LaSSP)

Jérémie Nollet est maître de conférences en science politique, à Sciences Po Toulouse, et membre du LaSSP (EA 4175). Ses recherches portent sur les relations entre les médias et les activités politiques (politiques publiques, campagnes électorales et mouvements sociaux). Après avoir étudié la médiatisation de la crise de la “vache folle” en France, et ses effets sur les politiques publiques, il a participé à une recherche collective sur les mobilisations contre la fermeture d’une usine dans une petite ville rurale. Il a récemment publié “Field Theory and the Foundations of Agenda Setting and Social Constructionism Models”. E. Neveu and M. Surdez (ed.), Globalizing Issues. Palgrave Macmillan, 2020. p. 95-114, et, avec Olivier Baisnée, “Journalism as a field”, in : Oxford Research Encyclopedia of Communication. 2019.

 

Cyriac Gousset est doctorant allocataire en science politique, à Sciences Po Toulouse, et membre du LaSSP. Sa thèse en cours porte sur l’encadrement institutionnel et les parcours de socialisation d’enfants « orphelins ». Plus généralement, ses recherches s’inscrivent d’une part en sociologie de la socialisation et, d’autre part, en sociologie des médias. Il a récemment publié dans la revue Sociologie, avec Vincent Hugoo, « Des petits écarts : distance au rôle et reproduction du jugement scolaire dans des sociabilités lycéennes de classes moyennes et supérieures » (2021).

 
 

Alizé Cavé est doctorante allocataire en science politique à Sciences Po Toulouse et membre du LaSSP. Elle réalise actuellement sa thèse sur les modalités d’accueil des fractions précarisées des classes populaires au sein des associations caritatives et des services publics d’aide sociale. Suivant les méthodes d’observation participante et d’entretiens semi-directifs et informels, ses travaux visent à montrer comment les politiques d’aide sociale participent d’une forme de « gouvernement des pauvres ».

 


Fanny Parent est post-doctorante sur le projet. Elle est rattachée au Laboratoire des Sciences Sociales du Politique LASSP-Sciences-Po Toulouse au sein duquel elle a réalisé un premier post-doctorat de 10 mois sur « le travail journalistique à l’épreuve du mouvement des Gilets jaunes ». Ses travaux croisant sociologie de l’action publique, sociologie du travail et sociologie des groupes professionnels portent sur des espaces frontaliers, flous ou en construction que ce soit dans le domaine de la santé (mobilisations professionnelles autour de la pratique de la médecine chinoise en France), de l’éducation (mobilisations autour de projets d’écoles « alternatives ») et de l’information (mobilisations informationnelles dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes). Dernière publication : avec Aïcha Bourad « La foule et l’ordre : gouvernement spatial des conduites dans les meetings électoraux », Carnets de géographes, « Carnets de recherches » du Numéro 15 « Spatialités du maintien de l’ordre », mars 2021.

Maximilien Gidon est doctorant allocataire en science politique au sein du Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (LASSP). Son travail de thèse porte sur les transformations du militantisme de la jeunesse étudiante dans un contexte numérique. À côté de cela, il a travaillé sur les effets du streaming musical sur les pratiques d’écoute. Il participe également à un projet de recherche collectif portant sur la médiatisation du mouvement des Gilets jaunes.

Gilets jaunes et compétition électorale : effets d’agenda, transformations de l’offre politique et recompositions du système partisan (RS : F. Gougou, PACTE)

Quelle réception des Gilets jaunes par les habitants des quartiers populaires (RS : S. Abrial, PACTE)

Le mouvement des GJ a mis en évidence des formes aiguës de précarité sociale. En rendant ainsi visibles les difficultés de certaines populations fragilisées, il a contribué à replacer les catégories populaires au centre du débat public. Comment, dès lors, en retour, les habitants des quartiers populaires, qui partagent avec les GJ une même situation de relégation sociale, perçoivent-ils ce mouvement ? Dans quelle mesure le soutiennent-ils et/ou s’y identifient-ils ? Quels discours, images, représentations structurent-ils autour de ce phénomène ? Et comment interroger plus finement, le fait que les habitants des quartiers populaires ne semblent a priori pas avoir rejoint le mouvement ?

Les revendications sur le pouvoir d’achat, les prix, les taxes, les inégalités, les fins de mois difficiles ont également révélé des expériences quotidiennes de précarité fortement territorialisées (J. Fourquet, 2019). Tout comme les catégories populaires dont il est en grande partie issu, le mouvement des GJ est traversé par des disparités internes, notamment entre zones urbaines denses et secteurs périphériques délaissés. Dès lors, comment ces disparités se retrouvent-elles dans les perceptions du mouvement par des habitants eux-mêmes traversés par ces clivages ?

L’enjeu du WP9 est ainsi d’analyser les logiques et les formes de réception du mouvement des GJ par des habitants issus des catégories populaires, qui ne sont pas eux-mêmes GJ mais qui sont touchés par les inégalités dénoncées par les GJ.

Docteur en science politique, Stéphanie Abrial est ingénieure de recherche CNRS dans l’équipe “Gouvernances” du laboratoire PACTE à Grenoble. Spécialiste de sociologie politique, ses recherches portent sur le vote, les comportements et la formation du jugement politiques et intègrent des méthodologies d’enquêtes qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Elle enseigne à Science Po Grenoble et à l’UGA.

https://cv.archives-ouvertes.fr/stephanie-abrial

Julien Talpin

Responsable du plan de gestion des données :

Sandrine Astor, Ingénieure d’études à Sciences Po Grenoble – Laboratoire Pacte.

Investie, durant une dizaine d’années, en tant que chargée d’études économiques et sociales au sein d’un Observatoire départemental de l’emploi, j’ai contribué en parallèle à la supervision de terrains d’enquêtes sur la délinquance des mineurs et l’insécurité dans le cadre de travaux de Sebastian Roché (DR CNRS). Recrutée comme titulaire à Pacte en 2008, j’interviens comme ingénieure d’études en Sciences Sociales au sein d’Ariane – Groupe d’appui méthodologique. Mes compétences sont principalement centrées sur la production, le traitement, l’analyse et la valorisation des données.

Responsable FAIRisation des données :

Stéphane Loret, s’occupe de la gestion des données selon les principes FAIR. “Les principes FAIR (Findability, Accessibility, Interoperability and Reusability) définissent un ensemble minimal de principes qui permettent aux machines et aux humains de trouver, d’accéder, d’interopérer et de réutiliser les données et métadonnées de recherche. Les principes FAIR doivent être considérés comme des bonnes pratiques destinées à faciliter la réutilisation des données et des résultats de la recherche” d’après Fatiha Idmhand et Ioana Galleron pour le Groupe de travail Data_Cahier. Pour en savoir plus consultez le carnet hypothèse dédié: https://gapn.hypotheses.org/1533

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.