Archives de catégorie : Ecologie et Gilets Jaunes

Journée d’études “Les Gilets jaunes : un ‘écologisme des pauvres’?

Université de Paris – site Olympe de Gouges, Jeudi 15 octobre 2020

Cette journée d’étude a réexaminé la notion “d’écologisme des pauvres” (Enrvironmentalism of the Poor), développée par Juan Martinez Alier pour qualifier les luttes sociales dans les pays du Sud et les mobilisations de justice environnementale dans les pays industriels. Le mouvement social des Gilets jaunes, né de la contestation d’une taxe sur les carburant à l’automne 2018 soulève la question de l’articulation entre une mobilisation initialement portée sur le pouvoir d’achat et des formes justes de la transition écologique.

Jaunes et verts Vers un écologisme populaire?

par Théo GREMION, Diplômé de M2 Sociologie, EHESS et Maxime GABORIT, Doctorant et Assistant à l’Université de Saint-Louis (Bruxelles).

Grémion Théo et Maxime Gaborit, “Jaunes et verts : Vers un écologisme populaire ?, La Vie des idées, 20 décembre 2019.

L’opposition des gilets jaunes à la hausse de la taxe carbone exprimait-elle une indifférence aux enjeux écologiques? Comparant le mouvement aux marches pour le climat, deux sociologues identifient un discours écologique des classes populaires, entre conviction pratique et contraintes sociales.

À l’automne 2018 débute une période de forte contestation politique au cours de laquelle deux mouvements, surprenants par leur forme, leur durée et leurs modes d’action, ont ébranlé le paysage politique. Le mouvement pour le climat, d’un côté, émerge à la suite d’un été marqué par l’importante médiatisation des conclusions du GIEC, puis par la démission de Nicolas Hulot. En réaction à l’inaction gouvernementale, de grandes manifestations mobilisent plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plusieurs villes de France. Si des manifestations pour le climat avaient déjà été organisées en marge de la COP21 en 2015, elles ne sont toutefois pas comparables avec la récurrence des mobilisations mensuelles du début d’année, rejointes par une partie de la jeunesse à l’occasion de «grèves pour le climat», qui ont notamment rassemblé, le 15 mars 2019, plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants.

De l’autre côté, en novembre 2018, une mesure politique présentée comme écologique — la hausse d’une taxe sur le carburant — conduisit des milliers de Français à déposer sur le tableau de bord de leur voiture, puis à revêtir un gilet de signalisation jaune fluo devenu emblématique, au point d’incarner le ras-le-bol social d’une frange importante de la population. À partir du 17 novembre, des gilets jaunes commencent à occuper des ronds-points, et des manifestations sont organisées tous les samedis, un an durant.

À première vue, l’écart paraît important entre ces deux mouvements. Aux revendications initiales de pouvoir d’achat des gilets jaunes, semble s’opposer la volonté des militants pour le climat d’imposer à l’agenda politique des mesures à la hauteur de l’urgence écologique. Le mouvement des gilets jaunes a lui été abondamment décrit comme anti-écologiste et ses membres comme des individus refusant de faire un effort pour enrayer la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Les contradictions entre les deux mouvements se sont également matérialisées sur le terrain des modalités d’action. La «non-violence» affichée du mouvement pour le climat contraste avec certains «actes» (notamment les 1 et 8 décembre) des gilets jaunes, et avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels. Une division semble s’établir entre ceux qui luttent pacifiquement pour l’écologie et des gilets jaunes violents indifférents à ces enjeux.

Lire la suite en accès libre :

https://laviedesidees.fr/Jaunes-et-verts.html